Catégories

Isco

Catégories

Entre le Real Madrid et Isco, c’est une histoire compliquée. Depuis son arrivée en 2013 en provenance de Malaga, où il avait régalé durant la campagne de Ligue des Champions 2012-2013, le milieu offensif a vécu des hauts et des bas sur le plan individuel. Tour à tour simple remplaçant ou indispensable au jeu merengue, il a été décisif sur certaines saisons, anodins sur d’autres. L’exercice en cours est un mauvais cru pour l’international espagnol qui a semble-t-il perdu les faveurs de son entraîneur Zinedine Zidane, pourtant sensible à son style de jeu.

La suite après cette publicité

Avec seulement trois titularisations en Liga au cœur d’une saison au calendrier resserrée, Isco est lassé et souhaite quitter la Casa Blanca. Il voulait même partir cet hiver mais Zidane a fermé la porte, demandant à ses dirigeants de ne surtout pas vendre le joueur, histoire d’avoir des solutions viables sur le banc de touche. Mais comme l’assure As, Isco, sous contrat jusqu’en 2022, partira à l’issue de la saison. Et le joueur a déjà choisi sa destination.

Le média espagnol explique en effet que c’est le FC Séville qu’il souhaite rejoindre, et ce malgré les très nombreux intérêts le concernant, de l’Italie à l’Angleterre. Isco a tranché en faveur du club andalou en raison de l’identité de son entraîneur, Julen Lopetegui, l’homme avec lequel il s’est montré le plus brillant, notamment en sélection espagnole. Le Real Madrid acceptera de vendre son joueur de 28 ans contre une somme comprise entre 15 et 20 M€ et pourra économiser son salaire de 7 M€ annuel net.

Footmercato

Au Real Madrid, le cas Isco pose quelques soucis. Le meneur de jeu espagnol, pourtant plein de talent, semble avoir été mis au placard par Zinedine Zidane. Ainsi, le joueur de 28 ans n’a participé qu’à 10 matchs cette saison. Et certains clubs pourraient tenter de profiter de sa situation compliquée pour le récupérer à moindre coût.

La suite après cette publicité

A moins que l’entraîneur français ne lui offre des opportunités de briller. D’après Marca, Zidane, qui avait déclaré ne pas avoir vu le vrai niveau d’Isco, croirait toujours au fait de pouvoir le relancer. Ses entrées en jeu dans le milieu madrilène couplées avec un travail à l’entraînement pourraient bien le faire revenir petit à petit à son meilleur niveau. En tout cas, ZZ ne semble pas avoir abandonné l’idée.

Footmercato

La suite après cette publicité

Neuf apparitions en Liga, 332 minutes jouées, la situation d’Isco (28 ans) au Real Madrid cette saison demeure complexe. Le milieu offensif espagnol est voué à jouer les seconds rôles au sein de la Casa Blanca. Conscient que Zinedine Zidane ne lui offrira pas une place de titulaire sur un plateau, l’international ibérique se serait résolu à quitter les Merengues en janvier prochain. Si la Juventus, le Séville FC et l’AC Milan surveillent avec attention la situation de l’intéressé, aucun de ces clubs n’est passé à l’action pour l’instant.

Mais selon les informations de Sport, un nouveau prétendant pourrait se positionner cet hiver : Arsenal. Les Gunners souhaiteraient se renforcer pour insuffler une nouvelle dynamique à l’équipe entraînée par Mikel Arteta, et Isco constituerait un profil susceptible d’intéresser le club londonien. Mais en parallèle, Arsenal n’aurait toujours pas refermé le dossier Houssem Aouar… Reste à savoir si l’un de ses deux joueurs portera la tunique des Gunners en janvier prochain.

Footmercato

Ces dernières semaines, au Real Madrid, Marcelo (32 ans) et Isco (28 ans) jouent moins. Le premier a été pris pour cible par les critiques, après des dernières sorties ratées et une statistique peu flatteuse. Le second, lui, semble avoir l’intention de quitter la Casa Blanca cet hiver en raison de son faible temps de jeu. Interrogé sur ces deux cas en conférence de presse, Zinedine Zidane a réaffirmé qu’il avait toujours confiance en eux.

La suite après cette publicité

«J’aurai toujours confiance en eux. C’est vrai qu’ils n’ont pas beaucoup joué dernièrement, mais je vais compter sur eux, assurément. Ils ont toujours démontré qui ils sont. Leur passé parle pour eux. Ils n’ont pas beaucoup joué récemment, je dois faire des choix, c’est mon travail, mais ils s’entraînent bien et je vais compter sur l’ensemble du groupe», a-t-il lâché, précisant sur le meneur de jeu espagnol. «Je comprends qu’il joue peu de minutes, pour un joueur de ce niveau. C’est la situation à un moment ponctuel. Le plus important, c’est qu’il s’entraîne très bien. L’essentiel c’est qu’il soit prêt à saisir sa chance. Ils compliquent la vie de l’entraîneur qui ne peut en choisir que 11», a expliqué le Français. Le message est passé.

Footmercato

L’avenir d’Isco (28 ans) est sur toutes les lèvres ces derniers jours du côté du Real Madrid, le milieu offensif ayant demandé à quitter la Casa Blanca pour gagner en temps de jeu et découvrir un nouveau championnat. Zinedine Zidane, interrogé en conférence de presse à la veille d’Inter-Real (4e journée de Ligue des Champions), a botté en touche sur ce sujet précis.

«Isco est un de nos joueurs, pour l’instant, c’est comme ça, nous sommes contents de lui, je n’entrerai pas dans ce débat», a lâché le technicien madrilène, répondant à une question sur un éventuel échange avec Christian Eriksen (28 ans), en difficulté de son côté chez les Nerazzurri.

Footmercato

6 apparitions en championnat, 261 petites minutes en tout. Voici le temps de jeu dont bénéficie Isco, 28 ans, au Real Madrid cette saison. Une situation qui le pousse à vouloir quitter le Real Madrid dans un futur très proche. C’est ce que nous apprenions il y a quelques jours. Le joueur a déjà discuté de cette situation avec son entraîneur et Zinedine Zidane ne fermera pas la porte à un départ de son milieu offensif en janvier.

La suite après cette publicité

En effet, c’est en hiver que l’Espagnol compte bien plier ses bagages puisqu’il souhaite trouver du temps de jeu et essayer d’accrocher un wagon pour le prochain Euro avec l’Espagne de Luis Enrique. Toutefois, sa situation contractuelle est encore loin d’être simple. Il est sous contrat avec les Merengues jusqu’au 30 juin 2022 et dispose d’une clause de résiliation dans son contrat de l’ordre de 700 M€.

Le Real l’estime entre 60 et 70 M€

Avisé de ses envies de départ, le club madrilène attendait que ses représentants leur apportent des offres. Mais selon les informations d’As, ça ne se bouscule pas du tout au portillon pour récupérer l’ancien joueur de Malaga. Du côté du club merengue, on est un peu surpris du manque d’offre puisque le joueur a demandé à partir. On s’attendait alors à ce que son père, qui le représente, apporte quelque chose de concret.

Zidane, lui, espérait toujours le réveil d’Isco. Preuve en est, Luka Modric, dont le contrat s’achève à la fin de la saison, n’a toujours pas renouvelé. Cette négociation a été gelée par ZZ, qui espérait donc trouver un nouvel Isco. Un Isco capable de prendre la suite du Croate dans l’entrejeu de son équipe. Mais visiblement, c’est peine perdue. Sauf si un club se montre intéressé et est capable de débourser entre 60 et 70 millions d’euros…

Footmercato

Symbole du Real Madrid qui gagne, Isco (28 ans) a été pendant des années l’un des joueurs clefs du club merengue. À son actif, quatre Ligues des Champions (2014, 2016, 2017 et 2018) et deux Liga (2017 et 2020) notamment pour pas moins de 16 trophées soulevés avec la Casa Blanca. S’il n’a pas toujours été titulaire, il a toujours été précieux avec en point d’orgue ses saisons 2016/2017 (11 buts et 9 passes décisives en 42 matches) et 2017/2018 (9 buts et 10 passes décisives en 49 matches). Devenant vraiment titulaire dans l’équipe madrilène, le natif de Benalmádena était aussi au sommet en sélection. Son coach du moment Julen Lopetegui décide d’en faire l’un des piliers de l’Espagne en vue de la Coupe du monde 2018. Cela se traduit dans les performances avec notamment un doublé d’Isco contre l’Italie (3-0) en qualifications et même un triplé en amical contre l’Argentine (6-1). Cependant, Julen Lopetegui signera au Real Madrid et sera limogé de la sélection. Sous la houlette de Fernando Hierro, Isco ne se montrera pas au même niveau tout comme la Roja qui sera piteusement éliminée en huitièmes de finale par la Russie (1-1, 4-3 aux tirs au but). Malgré cet échec en sélection, les signaux restent positifs pour le joueur. Surtout qu’il va retrouver en club l’homme qui a tiré le maximum de son potentiel, Julen Lopetegui.

La suite après cette publicité

Nommé à la tête du Real Madrid, le coach espagnol entend plus tenir le ballon et présenter un club merengue davantage dans la maîtrise. Isco apparaît donc comme l’un des joueurs clefs de ce renouveau madrilène. Surtout que Cristiano Ronaldo est parti à la Juventus et que Gareth Bale reste alors très fragile. Mais la greffe ne prendra pas. Après de bons premiers matches, le projet de jeu de Julen Lopetegui ne prend finalement pas et le groupe merengue n’adhère pas au discours du coach. Isco lui va être victime d’une appendicite qui lui fera manquer plusieurs matches importants. Revenu contre Levante lors d’une défaite (2-1), c’est impuissant qu’il s’inclinera avec ses partenaires contre le FC Barcelone (5-1). Une humiliation qui mettra alors fin au séjour de Julen Lopetegui sur le banc du Real Madrid. C’est alors que Santiago Solari se retrouve propulsé entraîneur. Ce dernier ne va pas être très fan d’Isco et va pointer du doigt son investissement ainsi que sa condition physique. Santiago Solari avait même demandé chaque lundi à ses joueurs de passer sur la balance et Isco dont le poids de forme n’était pas au rendez-vous a toujours refusé. Souvent sur le banc et jamais titulaire en Liga avec le coach espagnol, Isco vit alors une relation tendue avec son coach et ce dernier décide de ne pas le titulariser lors du match retour contre l’Ajax Amsterdam en huitième de finale retour de Ligue des Champions.

Une condition physique qui questionne

La goutte de trop pour Isco qui refuse de monter dans le but et ne sera pas dans le groupe dans ce match. «Nous gérons les problèmes de discipline en interne. Pour jouer, il faut d’abord se mettre en forme, puis en compétition, c’est inexorable» avait lâché son coach de l’époque en mars 2019. Une remontrance sur l’état de forme d’Isco qui placardise un peu plus le joueur. Sauf que le milieu espagnol se voit offrir une nouvelle chance. Suite à ses mauvais résultats et une élimination par l’Ajax Amsterdam en huitième de finale de Ligue des Champions, Santiago Solari doit laisser sa place sur le banc à Zinedine Zidane. Le Français qui avait fait progresser Isco et en avait tiré bénéfice lors des meilleures années de l’Espagnol voulait le relancer. Le joueur était alors motivé et savourait le retour de son coach : «nous le connaissons tous. En tant que joueur du Real Madrid, il a été impressionnant, comme entraîneur, il a tout gagné. Son retour à Madrid est une bonne nouvelle pour tous. Le fait de le voir revenir maintenant en dit beaucoup sur lui. Il aime le Real Madrid et j’espère qu’il va pouvoir nous aider à retrouver le chemin de la victoire.» En marquant contre le Celta de Vigo puis Huesca, le milieu de terrain espagnol rendra sa confiance à Zinedine Zidane et l’espoir était permis lors de la saison 2019/2020.

Voulant s’appuyer sur son joueur, Zinedine Zidane va rapidement se rendre à l’évidence. Isco n’est plus l’ombre que lui-même. Touché au biceps crural, il manque le début de saison et sera souvent à court physiquement. Revenu en décembre 2019 et janvier 2020 dans l’effectif lorsque le Real Madrid décide de passer avec 5 milieux autour de Karim Benzema, Isco retrouve des sensations, mais la pandémie de Coronavirus mettra fin à sa lancée. Depuis, le milieu espagnol a connu plein de petits pépins musculaires. Depuis trois ans, il comptabilise pas moins de 10 blessures et a été sur le flanc pendant 129 jours. Une fragilité récurrente alors que le joueur n’était pas ou peu sujet aux blessures auparavant. Peu utilisé en ce début de saison avec 5 matches à son actif (0 en Ligue des Champions) dont 2 titularisations contre Valladolid (1-0) et Cadiz (défaite 1-0) avant d’affronter le Valence CF, Isco se savait clairement scruté.

La fin des soirées d’Isco à Madrid ?

«Ce qu’il doit faire, c’est continuer à travailler. J’insiste là-dessus avec lui. Ce n’est pas un problème de la part d’Isco, mais celui de l’entraîneur. Dernièrement, je ne l’ai pas fait démarrer. Il est entré un peu en jeu et ne joue pas beaucoup. J’insiste avec lui pour qu’il continue à travailler. Il traverse un moment compliqué, mais il a eu de très bons moments aussi. Je ne vais pas l’occulter. Il aura l’occasion de se montrer. Nous aurons de nombreux matches à venir même s’il ne joue pas beaucoup actuellement» expliquait son coach avant le match bien convaincu de pouvoir compter sur celui qui a longtemps été un référent technique. Pourtant avant le match contre les Murciélagos, il était le 19e joueur de l’effectif en termes de temps de jeu et des joueurs comme Eden Hazard, Martin Odegaard et Alvaro Odriozola qu’il devançait doivent ce faible temps de jeu aux blessures.

Contre Valence on a encore vu un Isco très limité. S’il a pu rester sur la pelouse jusqu’à la 83e minute et son remplacement par Luka Jovic, le milieu de terrain a encore déçu. Il est le Madrilène qui a perdu le plus de ballons (10) et a remporté que 16,7% de ses duels. Des chiffres faméliques auxquels on peut ajouter un impact quasi inexistant dans le jeu de son équipe. «Isco était sans importance, car il était perdu et il a été d’une passivité sans précédent. L’homme de Malaga est physiquement à un point très bas» n’hésitait pas à constater AS après la rencontre. Convoqué de façon assez étrange en sélection alors qu’il n’y avait plus évolué depuis le 10 juin 2019 et une victoire contre la Suède (3-0), Isco semble empêtré dans une situation bien compliquée. Loin de la jeune pépite de Malaga ou du prometteur milieu espagnol qui accompagnait le Real Madrid dans ses succès européens, il va devoir vite inversé la courbe. Pourtant seulement âgé de 28 ans et sous contrat jusqu’en juin 2022 avec le Real Madrid, il dispose encore de belles années dans sa carrière. À condition qu’il soit bien plus rigoureux physiquement et qu’il retrouve le niveau qui était le sien. Ce n’est pas gagné.

Footmercato

Les années passent et les saisons se ressemblent pour Isco (28 ans). Titulaire indiscutable lors du premier mandat de Zinedine Zidane au Real Madrid, le milieu de terrain est devenu moins important au fil des années. L’Espagnol s’est d’ailleurs plaint de son temps de jeu cette saison avant le Clasico, remporté par les Merengues (3-1) : «S’il doit me remplacer, il me fait sortir à la 50e ou 60e, parfois à la mi-temps. S’il doit me faire entrer, il le fait à la 80e.» Des déclarations qui ne sont pas passées inaperçues en Espagne auxquelles a répondu l’entraîneur madrilène avant le choc de Ligue des Champions face au Borussia Mönchengladbach : «C’est de l’ambition. Il veut jouer, comme tous les joueurs, et c’est positif. Les joueurs veulent toujours jouer et cela ne dépend pas d’eux. Ce qu’ils doivent faire, c’est travailler pour être prêts. Ensuite, je prends des décisions pour faire le onze et être en mesure de le modifier ensuite. Et ça ne changera pas.»

Mais pour le quotidien AS, l’avenir d’Isco pourrait s’assombrir un peu plus. Selon le journal madrilène, l’international espagnol (38 sélections, 13 buts) entre dans la «liste noire» du technicien français. À l’instar d’autres joueurs avant lui, comme Gareth Bale, James Rodriguez ou encore Dani Ceballos, leur relation pourrait continuer de se dégrader. C’est la façon dont Zidane procède avec les joueurs sur lesquels il ne compte plus vraiment, indique encore AS. Le point de non-retour pourrait être atteint à l’issue de la saison. Pour rappel, Isco est sous contrat jusqu’en 2022 avec le Real Madrid.

Footmercato

La suite après cette publicité

Isco a été pointé du doigt suite à la dernière défaite du Real Madrid contre Cadiz (0-1). Interrogé ce mardi en conférence de presse, à la veille de la réception du Shakhtar Donetsk (1ère journée de Ligue des Champions), Zinedine Zidane l’a défendu, comme tout son groupe. «Ici, on est tous dans le même bateau, les critiques nous rendront tous plus forts. C’est normal d’être critiqués, surtout après notre dernier match. Mais nous ne pouvons penser qu’au prochain match», a-t-il lancé avant de poursuivre.

«On mérite les critiques, moi le premier, les joueurs eux essayent, donnent tout. Nous allons essayer d’inverser la tendance. Il y aura toujours des critiques, même en cas de victoire». Le technicien merengue, relancé sur le sujet du meneur espagnol, s’est montré très clair. «Il est au niveau, il l’a toujours démontré, je n’en ai aucun doute. On peut parler de tout le monde, moi le premier, contre Cadiz, c’était un jour sans. Isco va rebondir. Je n’ai aucun doute sur ce point», a-t-il affirmé. L’Ibère appréciera le soutien.

Footmercato