Une victoire à l’extérieur, synonyme de trois nouveaux points glanés. Un clean-sheet. Une domination de presque tous les instants. Tout était réuni pour que Thomas Tucbel soit satisfait au sortir du succès de son Paris SG à Reims (0-2, 5e journée de Ligue 1). Et pourtant, face aux micros tendus, par Téléfoot et beIN Sports Mena, l’Allemand s’est surtout montré passablement irrité.

La suite après cette publicité

«On a raté trop d’occasions, avec nos qualités, c’est trop. On peut terminer ce match dans les 20 premières minutes, il doit y avoir 4-0 pour nous. On reste à 1-0 et Reims a même une occasion de revenir à 1-1 avec ce tir sur le poteau. La première mi-temps n’était pas trop mal, mais on a absolument oublié de tuer de ce match. La deuxième mi-temps n’était pas bien. Pas du tout», a-t-il lâché, insistant à souhait. «Je ne suis pas content de la deuxième mi-temps ! »

Manque de sérieux et d’efficacité

«Contre Marseille et Metz, peut-être que les matches étaient plus serrés, mais on a été plus sérieux. On a joué une mi-temps ce soir (dimanche). On a clairement été la meilleure équipe en première mi-temps, mais on n’a marqué qu’une fois. On a peut-être eu le sentiment que c’était trop facile. En deuxième mi-temps, ce n’était pas assez sérieux. (…) On ne peut pas jouer un match comme ça parce que l’efficacité, ça compte aussi», a-t-il regretté, pointant clairement du doigt ses éléments offensifs.

Remonté, le coach parisien ne semblait même pas savoir quoi faire face à ce triste constat. «Clairement, on est en déficit. On a de grandes occasions, honnêtement, je n’ai pas d’explications. Je ne sais pas comment travailler sur ça… Des occasions à deux mètres, quatre mètres des buts adverses, parfois sans gardien… Je ne peux pas faire d’entraînement sur ça…», a-t-il conclu. L’ambiance promet d’être tendue au retour à l’entraînement.

Footmercato

Déjà 302 000 dans de Foot inscrits
Recevez par email chaque semaine au choix les actualités, les résultats, les meilleurs articles et les pronostics sélectionnés par le Dr Socrates.
Tir Au But !
close-link