Avec la trêve hivernale et les fêtes de fin d’année, les clubs de Ligue 1 craignent une augmentation des cas de Covid-19 et l’apparition de clusters. Mais ils ne mettent pas en place des mesures drastiques et appellent plutôt leurs joueurs à la prudence.

La 19e journée de Ligue 1, la dernière de l’année 2021, n’a finalement pas été perturbée par le Covid-19. Pourtant, les craintes étaient nombreuses, avec la détection de cas aux Girondins, ainsi qu’à Reims et Angers. Les rencontres ont malgré tout pu se dérouler (à l’exception du match Clermont-Strasbourg, reporté à cause du brouillard). Mais la menace sanitaire reste bien présente, surtout avec les vacances de Noël, propices aux rassemblements. Dans tous les clubs du championnat, les entraineurs ont appelé leurs joueurs à la prudence et les déplacements à l’étrangers seront limités. Mais il n’y a pas de consignes strictes.

« On leur dit de faire attention »

Pour les joueurs de Ligue 1, les fêtes de Noël se dérouleront comme pour le reste de la population: sans contraintes strictes. Mais les coaches appellent à la responsabilité. A Lorient, Christophe Pelissier a notamment voulu avertir les jeunes. « On leur dit de faire très attention, d’éviter les rassemblements. J’espère qu’ils vont prendre conscience de cette situation, surtout les jeunes. On a l’impression que ça n’arrive qu’aux autres mais non. En janvier dernier, on a eu un cluster ici et on espère ne pas le revivre », a-t-il confié après le match nul contre le PSG (1-1).

« Il faut respecter toutes les consignes sanitaires. Il en est de la responsabilité de chacun d’entre nous. Nous sommes des citoyens, il faut qu’on s’en sorte et on s’en sortira tous ensemble », a appuyé Pascal Dupraz, après sa première sur le banc des Verts (défaite 1-0 contre Nantes). « Il faut qu’ils voient leur famille, en essayant de faire attention, comme tout le monde, mais ce n’est pas le plus simple. Il faut qu’ils évitent de sortir en boîte tous les jours quoi », a souri le Lensois Franck Haise.

« On a sensibilisé les joueurs », a assuré Jocelyn Gourvennec. « On a vu que ça flambait pas mal, et pas qu’à Bordeaux. Il faut qu’on soit très vigilant car quand il vous manque des joueurs, c’est un vrai problème pour préparer les matchs », a-t-il poursuivi, avec pragmatisme.

Les déplacement à l’étranger au cas par cas

La gestion des joueurs étrangers qui souhaitent retourner dans leurs pays natals pour les fêtes est plus délicate et se fait en fonction des situations. Par exemple, le Niçois Dante rejoindra sa famille au Brésil. Mauricio Pochettino, lui, n’ira pas en Argentine. « Je pense qu’il est important de profiter de nos familles dans ces moments difficiles. Malheureusement, on ne pourra pas aller en Argentine mais je pense qu’il est important que les joueurs profitent de leurs familles », a déclaré le coach parisien mercredi. Lionel Messi a de son côté opté pour Tenerife. L’Argentin est d’ailleurs parti juste après la rencontre face à Lorient, en avion privé.

« On ne peut pas tout contrôler »

Si les avertissements et les demandes de précautions ont été distribués, les clubs de Ligue 1 regardent la recrudescence des cas avec fatalité. « On va leur demander de faire attention mais on ne peut pas tout contrôler », avoue Franck Haise. « Les joueurs ont dû se faire tester pour rentrer dans leur famille et, sur dix tests, tous étaient négatifs et tant mieux. Mais on ne passera pas à travers, c’est une évidence. On aura des cas positifs », continue Christophe Galtier. « On essaie de se parer au mieux mais on n’est pas à l’abri d’un accident et de se retrouver avec un effectif décimé », reconnait Olivier Dall’Oglio.

Pour rappel, le protocole de la LFP prévoit « qu’en cas d’impossibilité potentielle ou avérée pour un club de disposer d’un groupe de 20 joueurs, dont un gardien, testés négatif ou disposant d’un schéma vaccinal complet ou étant rétabli de la Covid », un club peut demander le report du match.

La crainte du huis clos

La hausse des cas de Covid-19 partout en France et les restrictions prises dans les autres stades européens feront-elles revenir le huis-clos en Ligue 1? « J’espère qu’on continuera de voir des stades comme ça (avec du public, ndlr). Ce soir (mercredi), c’était le match de Noël et ça portait bien son nom », s’est réjoui Jocelyn Gourvennec. Les Lillois se sont imposés à Bordeaux (3-2), devant près de 40.000 spectateurs, une affluence rare cette saison dans le stade des Girondins.



Source link
rmcsport.bfmtv.com #Comment #les #clubs #Ligue #vont #gérer #trêve #avec #crise #Covid

Auteur

Pied droit en or, pas de grigri, pas de chichi, un crochet une frappe et nous fermons le jeu, catenaccio :)