Quelques entraîneurs de Ligue 1, comme Antoine Kombouaré ou Frédéric Antonetti, s’agacent de l’opacité du nouveau protocole sanitaire mis en place pour lutter contre la propagation du Covid.

La mise à jour du nouveau protocole sanitaire pour lutter contre la propagation du Covid de la Ligue de football professionnel (LFP) cette semaine fait grincer quelques dents en Ligue 1. La principale nouveauté est l’instauration de tests obligatoires pour tout l’effectif 48 heures avant le match. Et cela agace Antoine Kombouaré, entraîneur de Nantes.

« Pourquoi on a fait les vaccins? » s’étonne Kombouaré

Le technicien se sent même « pris en otage » par cette « première sélection médicale » et voit dans l’isolement des joueurs positifs des effets néfastes sur la compétitivité de son groupe. « Si vous êtes titulaire dans un groupe aussi restreint, vous savez que vous allez jouer le week-end même si vous faites entraînements pourris, prévient-il. Comment je fais? »

« Pour moi, c’est une connerie, une aberration, on a les trois vaccins, on a le pass sanitaire, on a tout fait et aujourd’hui on est obligé de faire des tests, regrette-t-il encore. Pourquoi on a fait des vaccins? Maintenant, on doit le faire, on applique le règlement mis en place. C’est mon avis. Si vous avez des joueurs malades, vous les laissez à la maison. Ce sont des joueurs en pleine forme. On a eu des cas de joueurs positifs qui étaient en pleine forme. On a donné des programmes et ils étaient chez eux à s’entraîner. »

Galtier: « Tout le monde doit se plier au protocole et l’accepter »

Un avis que ne partage pas Christophe Galtier, entraîneur de Nice. « C’est bien qu’il y ait des tests, a-t-il confié en révélant que certains de ses joueurs étaient positifs. Il est impossible de passer à travers les gouttes. (…) Entre le moment où je vous parle et dimanche matin, il peut se passer des choses et ça va être comme ça un moment. Il va y avoir beaucoup de surprises en seconde partie de championnat. On ne peut pas parler d’iniquité. Il y a un règlement mis en place et tout le monde doit se plier au protocole et l’accepter. »

Le club met donc « tout en œuvre pour éviter d’avoir un cluster ». « On remet de manière importante des consignes, des restrictions. Les joueurs ne se changent plus en commun, ne prennent plus de douche en commun et font beaucoup de tests. »

Antonetti n’a « rien compris »

Frédéric Antonetti, entraîneur de Metz, comprend pour sa part la vigilance face à la propagation du variant Omicron. Il se montre beaucoup plus sceptique en revanche sur les facteurs pour déterminer le report d’un match (si une équipe ne peut pas disposer de 20 joueurs sur la liste de 30 qu’elle a communiqué en début de saison).

« Je n’ai rien compris, avoue le technicien. Ne me demandez pas, je n’ai rien compris au protocole, je ne suis pas allé assez à l’école, je crois… Demandez au docteur, mais pas à moi. Je pourrai vous dire demain qui pourra jouer, mais là, honnêtement je n’ai rien compris. (…) Alors j’arrête de réfléchir. On verra qui est disponible et on jouera. Il n’y a aucun bon sens, aucune logique… Je vous le redis: je ne comprends rien à ce protocole. Les types ne sont plus contagieux, mais ils ne peuvent pas jouer. Je suis incapable aujourd’hui de vous dire qui est disponible ou indisponible pour dimanche: je n’en sais rien. »



Source link
rmcsport.bfmtv.com #Kombouaré #Antonetti #grogne #monte #contre #nouveau #protocole #sanitaire

Auteur

Pied droit en or, pas de grigri, pas de chichi, un crochet une frappe et nous fermons le jeu, catenaccio :)