Comme indiqué par RMC Sport, John Textor va rachter les actions de Pathé et d’IDG mises sur le marché en mars dernier. L’homme d’affaires américain, déjà propriétaire de Botafogo et du RWD Molenbeek, fait énormément travailler son réseau pour arriver à ses fins.

Cette fois-ci, c’est la bonne. Après de nombreuses discussions, John Textor va racheter les actions de Pathé et d’IDG, mises sur le marché en mars dernier. L’homme d’affaires américain, qui s’est révélé grâce au développement de fuboTV (une société de streaming centrée sur le sport et cotée à la bourse de New York), découvre donc un nouveau club. Mais à la différence de Botafogo et du RWD Molenbeek, clubs dont il est propriétaire, il sera simplement actionnaire ‘actif’ de l’OL.

En parallèle, il détient également 40% des parts de Crystal Palace depuis août 2021 (les Eagles ont terminé 12e de Premier League cette saison, ndlr). Un large catalogue qui s’inscrit dans sa méthode: créer un réseau de clubs. Pour se faire, il assiste en moyenne à 250 matchs par an et étudie les équipes afin d’avoir une idée précise de ce qu’il veut mettre en place dans chacune de ses formations.

Dès son arrivée en janvier dernier, John Textor a principalement travaillé avec ses clubs brésilien et belge. À Botafogo, le futur actionnaire lyonnais n’a pas hésité à limoger l’entraîneur Enderson Moreira dès son arrivée et ce, malgré le titre de Serie B remporté la saison précédente. Un choix contesté par les fervents suiveurs du club brésilien.

La “Botafogo Way”

Ce dernier n’était pas compatible à la “Botafogo Way” (Le style Botafogo) que Textor veut mettre en place d’ici trois à cinq ans, comme il l’expliquait dans les colonnes de Globo en février. « Je veux que les gens nous voient jouer du centre de formation à l’équipe professionnelle et reconnaissent ce que nous essayons de faire », a-t-il confié, en détaillant quelques indices sur cette fameuse méthode: des défenseurs habiles avec du sang-froid, qui savent dominer le ballon et distribuer le jeu, même sous pression ; de la vitesse dans toutes les positions, notamment sur les côtés et une équipe capable de garder le ballon, surtout face au pressing adverse.

Pour arriver à trouver des joueurs correspondants aux critères, John Textor, qui ne parle pas un mot de portugais, veut établir une relation privilégiée entre le Brésil et le Portugal, le pays européen étant « un pont », « une étape intellectuelle » pour les joueurs brésiliens. « Il y a une plus grande connexion entre le Portugal et le Brésil. Un désir du peuple portugais à regarder et essayer de comprendre le jeu brésilien, les joueurs du Brésil », explique Textor. Pour sa première saison en tant que propriétaire de Botafogo, le club occupe pour l’instant la 7e place (sur 20) en Serie A.

Un lien Crystal Palace-Molenbeek à renforcer

Inspiré par le jeu du Bayern Munich, John Textor utilise cette fameuse méthode du « pont » avec Molenbeek, pensionnaire de la D2 belge, situé dans un quartier défavorisé de la capitale. Afin de faire rayonner l’équipe belge, l’homme d’affaires américain voudrait créer une passerelle avec Crystal Palace, club dont il détient 40% des parts, en envoyant en prêt de jeunes pépites des Eagles à Molenbeek. Pourtant, cette voie est encore en rodage, étant donné que le club belge n’affronte pas encore l’élite du pays (Anderlecht, Club Bruges, Union Saint-Gilloise…)

L’arrivée de John Textor a pourtant redonné le sourire à Thierry Dailly. « L’état d’esprit de tout le monde au club et des supporters a changé depuis que John est arrivé à Molenbeek en janvier, expliquait le président de Molenbeek à The Athletic en avril. Quand il est arrivé, personne ne pensait qu’à la fin de la saison, nous serions en play-offs. Nous pensions simplement que nous ne serions pas relégués. Il a aidé l’état d’esprit des joueurs, et a donné à chacun plus de conviction. John est venu se présenter et expliquer son projet. Il leur a assuré qu’il avait un vrai projet. Ce n’était pas un projet pour les deux prochaines années. » À la lutte pour la montée en Jupiler Pro League pour sa deuxième année en D2, Molenbeek s’est incliné en barrages face à Seraing (0-1, 0-0), après avoir terminé deuxième de la saison derrière Westerlo.

À l’action dès cet été à l’OL

Que ce soit à Botafogo ou Molenbeek, John Textor utilise donc son réseau dans le sport pour faire avancer ses différents projets. Il y a quelques jours, des représentants du club belge se sont rendus sur les installations de Botafogo pour échanger. « Je pense que Botafogo et Molenbeek sont très similaires en termes de supporters, ce sont deux clubs très populaires dans leur pays et cela peut être très intéressant de partager ces expériences, de travailler ensemble. Par exemple, nous pouvons emmener des fans de Botafogo à Bruxelles, pour créer cette famille », a expliqué Julien Gorius, directeur sportif du RWD Molenbeek, dans les médias du club.

Lyon ne sera donc pas le premier et seul club de la galaxie Textor. Ce dernier s’est montré très attiré par le ‘côté basket’ du projet de l’OL avec la présence dans l’environnement lyonnais de Tony Parker et la salle qui devrait voir le jour en 2023. Foster Gillett avait pourtant les faveurs dans ce dossier il y a dix jours, ayant rencontré longuement Jean-Michel Aulas dans le Sud de la France. JMA restera bien évidemment à la direction pour le temps qui a été défini dans l’acte de gouvernance. Une forte somme sera mise par Textor dans le mercato dès cet été.



Source link
rmcsport.bfmtv.com #Botafogo #Molenbeek.. #les #méthodes #les #résultats #John #Textor #nouvel #actionnaire #Lyon

Auteur

Pied droit en or, pas de grigri, pas de chichi, un crochet une frappe et nous fermons le jeu, catenaccio :)