Dans une interview accordée à La Provence, Pablo Longoria est revenu sur la décision de l’OM de ne pas reprendre le match face à Nice après les incidents survenus à l’Allianz Riviera.

Pablo Longoria livre sa version. Dans un entretien accordé à La Provence, le président de l’OM a tenu à apporter quelques précisions sur la position de l’OM, au lendemain des incidents lors de la rencontre entre Nice et Marseille à l’Allianz Riviera. Le dirigeant espagnol a notamment évoqué son comportement en tribune présidentielle, après les accusations de son homologue Jean-Pierre Rivère sur RMC.  » Il y a eu des moments de tension. Je peux m’énerver dans un match, contre moi-même ou contre des décisions mais je n’insulte personne. C’est mon éthique. On ne s’est pas attrapé avec le président, il n’y a eu aucun type d’agression. Et c’est José Cobos qui a été super, qui a calmé les ardeurs de tout le monde, nous avons parlé en italien. »

Les joueurs marseillais blessés « physiquement et psychologiquement »

Alors que les Marseillais ont refusé de revenir sur la pelouse pour reprendre le match, à l’inverse des Niçois, Pablo Longoria a estimé que la sécurité des joueurs « n’était pas garantie ». « On s’est ensuite retrouvé dans les vestiaires, avec les coaches, les délégués, l’arbitre et les présidents. Celui de Nice était allé voir ses supporters et nous disait que tout allait bien, mais ils n’ont pas cherché à me faire changer d’avis. L’arbitre a expliqué que sa décision était d’arrêter le match et qu’on lui imposait de le faire reprendre pour des questions d’ordre public. Personne ne nous a dit que nous perdions si nous ne revenions pas sur le terrain. »

Si le match a finalement repris sans les Marseillais à la 75e minute, Benoît Bastien a sifflé la fin de la rencontre dans la foulée. Le score de 1-0 pour les Niçois n’étant pas entériné, la LFP va devoir trancher, après l’audition des deux clubs devant la commission de discipline ce mercredi.



Source link
rmcsport.bfmtv.com #Personne #nous #dit #nous #perdrions #assure #Longoria

Auteur

Pied droit en or, pas de grigri, pas de chichi, un crochet une frappe et nous fermons le jeu, catenaccio :)