Lors du Canal Football Club ce jeudi, Olivier Dacourt est revenu sur sa période à Everton, lors de la saison 1998-1999. Au moment de faire connaissance avec ses nouveaux coéquipiers, le milieu de terrain avait connu un drôle de bizutage, accusé en quelque sorte d’avoir largement consommé au bar de l’hôtel. Sauf que le Français subissait une mauvaise blague d’un partenaire.

Arrivé à Everton à l’été 1998, Olivier Dacourt n’a pas oublié son bizutage. L’ancien mileu de terrain international (21 sélections) vivait alors sa première expérience à l’étranger, après plusieurs saisons avec Strasbourg, son club formateur.

« Je l’ai tué le lendemain à l’entraînement »

« J’arrive très tard. On est à l’hôtel, je me rends compte au check-out qu’ils ont tout mis sur ma chambre. Je n’ai pas été une seule fois au bar et ils ont tout mis sur ma chambre, a raconté bien des années plus tard Dacourt, devenu consultant pour Canal +. Je savais qui c’était et je n’ai rien dit. Je vais voir l’entraîneur Walter Smith et je lui dis qu’il y a un problème parce que je n’ai rien consommé, n’ayant pas été une seule fois au bar. Ils ont tout mis sur ma chambre. »

Olivier Dacourt avait réalisé ses débuts avec sa nouvelle formation le 15 août 1998, dans un match de Premier League contre Aston Villa (0-0).  » Je ne rigole pas. Celui qui m’a fait ça, le lendemain de l’entraînement, je l’ai envoyé à l’autre bout. Je l’ai tué, c’était Don Hutchison (rires) », a confié Dacourt, trouvant le coupable en la personne du milieu offensif écossais.

Finalement, se déclarant malheureux à Everton, Olivier Dacourt avait retrouvé le championnat français la saison suivante, s’engagement avec Lens. Avec le milieu français, les Toffees avaient terminé leur saison à la 14e place. Au total, Dacourt a porté à 36 reprises les couleurs d’Everton, pour 3 buts. Il reviendra en Premier League à l’été 2000, avec Leeds.



Source link
rmcsport.bfmtv.com #lai #tué #lendemain #lentraînement #Pourquoi #Dacourt #pas #aimé #son #bizutage #Everton

Auteur

Pied droit en or, pas de grigri, pas de chichi, un crochet une frappe et nous fermons le jeu, catenaccio :)