Député LREM de la Vienne depuis 2017, Sacha Houlié s’intéresse de près à la question du supportérisme en France. En 2020, il a co-signé un rapport, présenté à l’Assemblée Nationale, avec l’ancienne ministre des Sports Marie-Georges Buffet, dans lequel il condamne notamment le « tout répressif ». Après Nice–OM, il critique évidemment le comportement de certaines personnes en tribune, mais aussi la gestion de l’événement.

Qu’avez-vous pensé en voyant ces débordements, après le travail que vous avez mené ?

C’est assez désespérant. J’ai voulu qu’on puisse faire le ménage dans la législation sur les interdictions administratives de stade, interdictions commerciales, huis clos… On a voulu tendre la main et qu’on sorte de l’idée selon laquelle il y a, dans les stades, des comportements qui justifient des fermetures, qu’on puisse rénover le droit de ce point de vue-là.

Il y a beaucoup de supporters qui ont joué le jeu, on a rencontré des ultras, des groupes, dirigeants, et il y avait une méfiance au départ. On a réussi à la lever. Et là, par quelques événements qui sont extrêmement graves, des ‘supporters’ sont en train de saper un travail de longue haleine.

Qui sont selon vous les responsables de ce qu’il s’est passé hier ?

Déjà, j’étais à la Mosson à Montpellier lors de la première journée, il y a eu des débordements (jets de projectiles notamment sur le Marseillais Valentin Rongier, touché à la lèvre, NDLR) et j’avais trouvé ça assez choquant. Hier soir, on a passé un cap. D’abord, les jets de projectiles incessants auraient dû justifier une première interruption du match. Ensuite il y a les faits délictueux : les jets de bouteilles sur Dimitri Payet, l’envahissement, les bagarres avec beaucoup de personnes qui sont intervenues. Il y avait manifestement un sous-effectif dans la sécurité et les problèmes n’ont jamais cessé.

Lorsqu’on nous explique qu’il faut reprendre le match pour des raisons d’ordre public, c’est précisément l’inverse qu’il faut faire. A partir du moment où on a ce type de comportement, l’interruption est justifiée. Et ni la Ligue, ni la préfecture n’auraient dû se prononcer dans un sens autre que celui décidé par les dirigeants de l’OM, à savoir interrompre le match.

Ce qui a été dit et relayé, c’est que la préfecture et la LFP avaient donné leur accord à la reprise du match, ce qui a finalement eu lieu. L’argument avancé était celui de l’ordre public. On devine que ça voulait dire qu’il n’y aurait pas davantage de débordements, et qu’on puisse évacuer les supporters et joueurs marseillais. C’est à mon avis l’inverse qu’il aurait fallu faire. C’est-à-dire évacuer les auteurs des débordements et ensuite pouvoir assurer l’évacuation des joueurs et supporters adverses. Mais le match ne pouvait plus reprendre.

On aura à s’interroger sur ce qui a dysfonctionné en terme de sécurité, d’organisation. J’espère qu’on pourra quand même garder des acquis de ce que nous avions construit. On retrouve des stades pleins, avec des visiteurs, on retrouve une ambiance qu’on avait chérie au départ car cela s’était bien passé… Si on balaie ça d’un revers de manche parce qu’on a eu des évènements comme hier, c’est extrêmement grave. On aura fait un grand recul.

Vous craignez que certains s’en servent ?

Ça donne un peu d’eau au moulin de certains acteurs pour dire : « vous voyez, ces gens ne savent pas se tenir, donc on a intérêt de faire ‘ceinture-bretelle’ en n’organisant rien du tout. Ou à démultiplier les interdictions de déplacements et interdictions administratives de stade ou les huis clos. ». Il faudra quand même des sanctions assez importantes et qu’elles pussent servir d’exemple.

J’aimerais bien qu’on ait une enquête immédiate pour identifier les supporters auteurs de violences… Pour connaître les responsables dans les clubs. Et ensuite une vraie analyse pour savoir comment on en arrive à ce que la préfecture et la LFP en vienne à prendre une décision qui n’était évidente que pour eux.

Que comptez-vous faire politiquement ?

Aucun processus n’est lancé, mais une réunion de l’instance nationale du supportérisme, qui permet de retrouver beaucoup d’acteurs et présidée par la ministre Roxana Maracineanu, est prévue dans les deux prochains mois…  Je pense que ce sera un des sujets au cœur de nos débats.



Source link
rmcsport.bfmtv.com #Ces #supporters #sont #train #saper #travail #longue #haleine #regrette #député #Sacha #Houlié

Auteur

Pied droit en or, pas de grigri, pas de chichi, un crochet une frappe et nous fermons le jeu, catenaccio :)