La décision de la Fédération française de football (FFF) d’arrêter les compétitions amateurs (à partir du National 2) et d’acter les promotions ou descentes selon des critères arbitraires ne passe pas du tout auprès de certains acteurs. C’est notamment le cas des Hauts Lyonnais, club amateur de la Ligue Auvergne-Rhône Alpes. 

Fruit d’une fusion opérée en 2012 entre trois anciens clubs de cinq communes (Pomeys, Duerne, la Chapelle-sur-Coise, Saint-Symphorien-sur-Coise et Aveize), le club crie au scandale et a décidé de saisir le CNOSF après avoir été privé de montée en National 2. 

>> Le sport face au coronavirus: la situation en direct

Sur le papier et sur le site officiel de la Fédération, l’équipe située dans les Monts du Lyonnais entre Lyon et Saint-Etienne était bien première de son groupe de National 3 (5e échelon dans la hiérarchie du foot) ex-aequo avec Rumilly-Vallières (Haute-Savoie) au moment de l’arrêt de la compétition à cause du coronavirus. Si les deux clubs comptent la même différence de buts (+24), les Hauts Lyonnais figurent bien en tête au bénéfice d’une meilleure attaque (46 buts inscrits contre 43), premier critère prévu par le règlement pour départager deux équipes à égalité avec le même goal average. 

Mais, surprise, dimanche, le procès-verbal de la FFF a acté la promotion de… Rumilly-Vallières en avançant un autre argument: le nombre de matches joués à l’extérieur. Ce qui fait basculer la montée à son adversaire, Rumilly. Ce point ne figure pas dans les règlements et provoque la colère des Hauts Lyonnais.

“Un critère qui n’existe nulle part”

“C’est un critère qui n’existe nulle part et qui n’est pas sportif, s’emporte Bruno Lacand, président de ce club qui grandit vite en Rhône Alpes avec trois montées ces dernières années. Quand vous regardez sur le classement officiel de la FFF, nous sommes premiers car ce classement prend en compte les critères édictés en début de saison. Cette décision est anti-sportive. J’aurais préféré qu’on nous dise: ‘nous avons fait un tirage au sort dans la nuit en catimini et vous avez perdu’.”

Leaders depuis la première journée, vainqueurs de ses 10 matchs à domicile, les Hauts Lyonnais fulminent d’autant que l’équipe a joué sur le terrain de Rumilly-Vallières (0-0). “C’est la première fois qu’un premier n’a pas le droit de monter, poursuit Bruno Lacand. C’est une honte, c’est anormal, pas logique et c’est mesquin.”

Le dirigeant a engagé une avocate spécialisée, va donc saisir le CNOSF mercredi et promet “d’aller devant les plus hautes instances” s’il n’était pas entendu. “On nous a souvent dit qu’on était un petit club de paysans, poursuit-il. Nous n’allons pas nous laisser faire. Je ne vais pas lâcher car nous avons une commune de 3.800 habitants pour avoir un club en 3e division. La commune investit pour être en National 2. Et on va ‘squizzer’ cela?”

“La FFF en sort petite et inhumaine”

“On est le seul club amateur de France qui va être le dindon de la farce, dénonce-t-il. Avec les procédures, on ne saura pas où on va être l’an prochain. Nous allons nous retrouver dans la pire situation de tous les clubs. Les joueurs ont fait tout ce qu’il fallait de juillet à aujourd’hui pour être en tête et c’est injuste. Il faut faire preuve de bon sens. Un règlement, il est écrit pour la saison. Et pourquoi le changer sur ce week-end? Il y a une solution: on fait monter les deux clubs concernés et basta. Qui aurait reproché à la FFF de faire monter ces deux clubs? Personne. La Fédé en serait sortie grandie, anoblie. Au contraire, pour moi, avec cette décision, la FFF en sort petite et inhumaine. Il faut faire preuve de certaines valeurs dans cette période. Et là, il n’y en a vraiment aucune.”



Source de l’article, 2020-04-21 11:08:12

Déjà 302 000 dans de Foot inscrits
Recevez par email chaque semaine au choix les actualités, les résultats, les meilleurs articles et les pronostics sélectionnés par le Dr Socrates.
Tir Au But !
close-link