Peter Bosz reste encore l’entraîneur de l’OL malgré un début de saison compliqué et une décevante 13e place en championnat. Avant la 20e journée de Ligue 1 et la réception du PSG, le technicien néerlandais s’est confié ce vendredi sur sa relation avec Jean-Michel Aulas et ses dirigeants.

L’OL doit redresser la barre en 2022. Efficace en Ligue Europa mais seulement treizième de Ligue 1 à mi-saison, le club rhodanien possède une superbe opportunité pour se relancer ce dimanche avec la réception du PSG lors de la 20e journée. A deux jours du choc contre les partenaires de Lionel Messi et Kylian Mbappé, Peter Bosz a été invité à réagir à la nouvelle organisation du club depuis le départ de Juninho pendant la trêve.

« J’étais, avec le président et avec Vincent Ponsot, toujours en contact. Toutes les semaines. Là-dessus il n’y a rien de de changé, a expliqué l’entraîneur des Gones conférence de presse. Mais c’est vrai, Juninho n’est plus là donc quand on parle des joueurs et du recrutement ou des départs, on est en contact plus direct. Absolument. »

Bosz: « Je suis toutes les semaines en contact »

Arrivé pendant l’intersaison, Peter Bosz n’a pas encore obtenu les résultats escomptés en Ligue 1. En fin d’année, le président lyonnais lui a même lancé une sorte d’ultimatum en précisant qu’un bilan serait fait fin février. Avec un gros calendrier jusque-là en championnat, le couperet pourrait tomber sur la tête du technicien néerlandais. Quand on lui demande son ressenti sur la saillie de Jean-Michel Aulas, Peter Bosz répond à côté.

« Je suis toutes les semaines en contact avec eux (Jean-Michel Aulas et Vincent Ponsot). Les choses dont on parle, dont on discute là-bas dans les réunions que l’on a, cela reste entre nous, a encore estimé l’entraîneur de 58 ans. Je ne vais pas le relever. »

Bosz joue gros en janvier et février

Relancé sur les déclarations de Jean-Michel Aulas dans la presse et le semblant d’ultimatum pour fin février, le Néerlandais ajoute: « Je ne réagis pas à des choses lues dans le journal. Moi je suis en contact direct avec lui. Et ça c’est un bon contact. »

Mieux, à écouter Peter Bosz, il entretient donc une bonne relation avec ses dirigeants. Ces derniers lui ont même renouvelé leur confiance pour guider l’équipe.

« Le président a confiance en l’équipe, dans le staff. Il nous dit cela à chaque reprise, a conclu le coach de L’OL. Les choses que l’on veut changer et ce à quoi on pense, on discute directement entre nous. Entre nous, c’est toujours avec respect et très direct. Mais cela doit rester entre nous. »

La réception du PSG, ce dimanche et devant 5.000 spectateurs au Groupama Stadium, constituera un premier match référence pour l’OL version 2022. Peter Bosz et les siens seraient bien inspirés de prendre des points pour engranger de la confiance. Après quatre matchs sans victoire avant la trêve, Lyon défiera Troyes, Saint-Etienne, Monaco, Nice et Lens dans les semaines à venir. En plus du derby contre les Verts, les Gones affronteront donc trois concurrents direct dans la course à l’Europe. Une grosse série permettrait de se rapprocher du podium… et donnerait plus de tranquillité à Peter Bosz.

Jean-Guy Lebreton avec Edward Jay



Source link
rmcsport.bfmtv.com #son #avenir #tranché #fin #février #Bosz #commente #sortie #dAulas

Auteur

Pied droit en or, pas de grigri, pas de chichi, un crochet une frappe et nous fermons le jeu, catenaccio :)