Témoignages à l’appui, le magazine So Foot met en lumière de nombreux problèmes au sein de la Fédération française de football, à commencer par des messages à caractère sexuels envoyés par Noël Le Graët à des salariées.

C’est avec le titre Ma fédé va craquer! en couverture que le magazine So Foot, dans son édition parue ce 8 septembre, présente une enquête de six pages sur la Fédération française de football. Six pages dans lesquelles sont détaillées tous les dysfonctionnements de la FFF.

Il est notamment question de harcèlement sexuel. Plusieurs témoignages évoquent des messages sexistes que le président Noël Le Graët aurait envoyé à plusieurs jeunes femmes de la fédération qui témoignent anonymement. « C’est bien simple, il saute sur tout ce qui bouge », résume une ancienne employée. Trois SMS à différentes destinatrices sont cités et mettent en lumière des invitations clairement sexuelles de la part du patron de la plus grande fédération sportive de France: « Venez dîner chez moi ce soir », « Je préfère les blondes, donc si ça vous dit… », « Vous êtes drôlement bien roulée, je vous mettrais bien dans mon lit ». Le magazine explique que le machisme et la drague lourde sont « élevés au rang d’art », au point qu’un séminaire sur l’humour sexiste a dû être organisé en 2016.

« Rien n’intéresse les gens à part le sexe, le pouvoir et l’argent »

So Foot fait également état de problèmes lié à l’alcool au sein de la FFF. Cela est notamment illustré par cette soirée après la demi-finale gagnée face à la Belgique lors du Mondial 2018. Florence Hardouin, directrice générale, insiste auprès de Grégory Dupont, préparateur physique des Bleus, à boire une coupe de champagne qu’il repousse. Un témoin raconte: « Elle l’a tanné devant tout le monde, en mode: «Vas-y, bois-la, allez, allez!» C’était très lourd. Il a refusé car il voulait rester crédible et montrer l’exemple aux joueurs, qui n’étaient pas contents, Paul Pogba en tête, car Dupont venait de leur refuser une sortie en ville. En plus, ils n’avaient pas le droit de boire de la bière lors des barbecues ». Une enquête interne a finalement conclu qu’il existait bien un « problème d’alcool » lors des soirées de la Fédération.

L’enquête porte aussi sur les guerres de clans et les tensions récurrentes lors des comités de direction. Le magazine raconte l’issue d’une réunion très tendue au cours de laquelle des insultes ont fusé entre le directeur juridique Jean Lapeyre et le directeur financier Marc Varin. Éric Latronico, directeur de Clairefontaine, aurait sorti cette phrase devenue culte en interne: « C’est normal qu’il y ait autant de tension entre nous, puisque rien n’intéresse les gens à part le sexe, le pouvoir et l’argent ». Une maxime qui s’applique « à l’humanité entière », explique Florence Hardouin à So Foot pour tenter de dédramatiser.

« Des gens qui sont payés à ne rien foutre »

Le mensuel s’attarde également sur la douloureuse période du plan de sauvegarde de l’emploi conduit par Florence Hardouin. Cette restructuration va laisser 18 salariés historiques sur le carreau. L’un d’eux témoigne des mots utilisés par la dirigeante, qui aurait fait savoir que la priorité était de « virer des gens qui sont payés à ne rien foutre », en particulier « les nanas qui restent chez elles à garder leurs enfants et nous font croire qu’elles télétravaillent ». Le choix des salariés visés par ce plan était semble-t-il le résultat d’une négociation entre Noël Le Graët et Florence Hardouin. « Elle a soumis une liste de 40 noms, avec beaucoup de proches de Le Graët dedans, pour avoir de quoi négocier: «Ok, on ne met pas lui, pas elle, mais vous me laissez y mettre untel…» »

Enfin, il y a cette anecdote concernant Bachir Nehar, l’intendant des Bleus. Devenu très proche des joueurs (il joue notamment au poker avec eux), il devait subir une opération de la rétine avant le dernier Euro. Ce qui devait le tenir éloigné de la sélection pendant la compétition. Mais au lieu d’être remplacé, les joueurs ont insisté pour qu’il soit transféré à Budapest en camping-car, son souci de santé l’empêchant de prendre l’avion. C’est le chauffeur du bus qui s’est retrouvé à faire l’intendant. Une situation provoquant des problèmes et la colère de Guy Stéphan. L’adjoint de Didier Deschamps a même eu des prises de bec avec le sélectionneur à ce sujet, qui voulait visiblement défendre son ami Bachir.

Une employée de la FFF conclut ainsi l’enquête de So Foot: « Depuis la victoire à la Coupe du monde 2018, on peut dire que le football est passé au second plan à la fédération. À la place, on a des guerres intestines entres les chefs qui polluent tout, des directeurs qui pensent à niquer tout le monde, mais pas beaucoup de dossiers traités sérieusement ».



Source link
rmcsport.bfmtv.com #SMS #graveleux #problèmes #dalcool #passedroits #sacrés #dérapages #FFF

Auteur

Pied droit en or, pas de grigri, pas de chichi, un crochet une frappe et nous fermons le jeu, catenaccio :)