Sylvain Ripoll, sélectionneur de l’équipe de France Espoirs, prévient ses deux joueurs internationaux avec les A de l’importance de l’Euro Espoirs pour tenter de gagner leur place l’été prochain pour celui avec les hommes de Didier Deschamps.

L’équipe de France Espoirs lance la première phase de son Euro Espoirs, cette semaine en Hongrie et en Slovénie. Les Bleuets défieront le Danemark, jeudi (21h), puis la Russie dimanche (21h), avant l’Islande mercredi 31 mars (18h). Objectif: terminer à l’une des deux premières places du groupe pour se qualifier en phase finale de l’épreuve du 31 mai au 6 juin prochains.

Sur le papier, l’équipe de France présente une équipe redoutable avec des joueurs déjà rompus au très haut-niveau et deux internationaux français: Eduardo Camavinga, et Jonathan Ikoné. Initialement retenu, Houssem Aouar a finalement déclaré forfait. Ces trois-là joueront gros pour tenter d’être retenu l’été prochain dans la liste de Didier Deschamps pour disputer l’Euro avec les A.

“S’ils sont là, c’est qu’on sait qu’ils seront au rendez-vous”

“Ce n’est jamais facile pour les joueurs qui redescendent, confie Sylvain Ripoll, le sélectionneur des Bleuets dans France Football. Mais s’ils sont là, c’est qu’on sait qu’ils seront au rendez-vous. Qu’ils vont répondre présents. C’est pour ça que je les ai pris. C’est aussi pour eux une opportunité de plus pour se montrer performants et de répondre présents avant les échéances de l’Euro avec les A et les Jeux olympiques pour nous. L’histoire récente montre que Didier et son staff ont attentifs à ce qui se passe en Espoirs.”

L’ancien entraîneur de Lorient présente l’Euro Espoirs comme “une opportunité internationale”, qui sera “suivie, observée, appréciée”. Une manière de valoriser cette sélection avec les jeunes. Et de mettre en lumière la maxime: reculer pour mieux sauter.

“Passer avec les A, c’est exceptionnel, mais ce n’est pas toujours facile à gérer, reconnait-il. Parfois, pour ceux qui y ont goûté, c’est un passage nécessaire de revenir chez les Espoirs pour mieux y retourner. Ça dépend du sens que tu donnes à ta venue.”

Nicolas Couet Journaliste RMC Sport

Source de l’article, 2021-03-23 08:09:20