Champion de Belgique ces trois dernières saisons avec Genk puis le Club Bruges, Philippe Clement est bien parti pour succéder à Niko Kovac sur le banc de l’AS Monaco. Une telle progression serait logique pour cet entraîneur de 47 ans au style de jeu ambitieux.

Il est aujourd’hui le favori pour succéder à Niko Kovac. Comme annoncé ce vendredi par RMC Sport, le Belge Philippe Clement (47 ans), actuel entraîneur du Club Bruges, est en négociations avancées avec Monaco, qu’il souhaite rejoindre. C’est lui que les dirigeants de l’ASM ont choisi pour aller chercher le podium en fin de saison en Ligue 1, et pour réussir le meilleur parcours possible en Ligue Europa. Présentations.

Triple champion de Belgique

Une fois les crampons raccrochés en 2011, cet ancien défenseur n’est pas resté inactif bien longtemps. Son souhait était clair : s’installer sur un banc. D’abord en charge des jeunes à Bruges, puis intégré au staff de l’équipe première, il a attendu 2017 pour devenir numéro un du côté de Waasland-Beveren, où il n’est resté que quelques mois. Car ses débuts réussis lui ont vite permis de passer un cap en rejoignant Genk, habitué à lutter pour les premières places.

C’est la saison suivante, en 2018-2019, que sa carrière a vraiment décollé avec un titre de champion de Belgique décroché devant Bruges, le club qu’il a rejoint dans la foulée et avec qui il a remporté le championnat les deux saisons suivantes, en étant à chaque fois élu entraîneur de l’année. Cette année, Bruges fait face à une concurrence inattendue puisque l’actuel leader est un promu, la Royale Union Saint-Gilloise, avec sept points d’avance à mi-saison sur le double champion en titre.

Un style de jeu ambitieux

Par ses principes de jeu, Philippe Clement correspond parfaitement aux critères recherchés par Paul Mitchell, le directeur sportif de Monaco. Si l’adaptation tactique est un de ses points forts, l’ex-international belge (38 sélections) a toujours demandé certains ingrédients à ses équipes: de l’agressivité pour récupérer rapidement la possession, un pressing haut, dans le camp adverse, et un état d’esprit conquérant pour proposer un jeu audacieux et résolument offensif.

« Disons que si tu as peur, que tu défends pendant 90 minutes, ça va peut-être passer une fois sur vingt, ok, mais c’est tout, expliquait-il à France Football en novembre 2020. Nous nous essayons de jouer de manière offensive, mais sans être naïfs pour autant. (…) Notre philosophie globale demeurera toujours cette recherche de l’espace, cette volonté de ne pas subir. Mais cela ne nous empêche pas de « switcher » d’un système à l’autre entre deux rencontres. »

Un meneur d’hommes

Comme expliqué par RMC Sport, Niko Kovac s’était éloigné ces derniers mois de certains membres importants du vestiaire monégasque comme Wissam Ben Yedder. La faute à des choix et un management pas toujours compris par ses hommes. Son successeur sait donc ce qui l’attend. Monaco a besoin d’un meneur d’hommes et ça tombe bien puisque c’est l’image que renvoie Philippe Clement.

« Il est à la fois sévère et cool, disait à son sujet l’arrière droit du Club Bruges, Clinton Mata, au micro de la RTBF en mai dernier. Il peut se fâcher et crier. Mais on ne sent alors jamais de méchanceté vis-à-vis de nous. En fait, il est très ambitieux, il veut toujours plus et mieux, ce n’est jamais assez, et tous les détails comptent. Ça, ça nous booste en permanence. Aussi, ses discours sont toujours très forts. »

Maîtriser les egos ne semble pas non plus être un souci pour lui. En septembre, au moment d’accueillir le PSG en C1, il avait par exemple fait le choix de laisser certains cadres sur le banc dont son capitaine Ruud Vormer.

Des performances remarquées en Europe

Il y a eu ce match nul face au Real Madrid en octobre 2019, quand les hommes de Zinedine Zidane s’étaient retrouvés menés 2-0 avant d’arracher un point sur leur terrain (2-2). Il y a aussi eu ces deux succès face au Zénith Saint-Pétersbourg (2-1 et 3-0), la saison suivante, toujours en Ligue des champions. Et plus récemment, en septembre, ce nul devant le PSG du trio Messi-Mbappé-Neymar (1-1). Au-delà de la Belgique, l’Europe du football a appris à apprécier l’excellent travail accompli à Bruges par Philippe Clement et son staff.

Avec un style toujours bien défini. Récemment interrogé sur ses modèles, l’ancien assistant de Michel Preud’homme à Bruges avait cité le nom d’un certain… Pep Guardiola. « Evidemment que j’aime la façon de jouer de son équipe, confiait-il en octobre. Pas seulement maintenant avec Manchester City, mais dans ses clubs précédents aussi. Il a son propre style, dominant et avec beaucoup de mouvements. J’ai vu d’autres entraîneurs avec des philosophies différentes, qui ont remporté beaucoup de trophées. Mais je préfère sa façon à lui de voir le football, ça me parle davantage. »

Il a eu droit à un CDI à Bruges

C’est assez rare dans le milieu du foot (et du sport en général) pour être souligné. En juin dernier, les dirigeants du Club Bruges avaient fait signer un contrat à durée indéterminée à Philippe Clement. Oui, un CDI, alors que les entraîneurs ont plutôt l’habitude de s’engager pour un, deux, trois ou quatre ans. Bruges voulait marquer le coup et le récompenser de ses résultats avec cette belle marque de confiance. « Nos entretiens ont montré que nous partageons toujours les mêmes ambitions, et que nous voulons les réaliser ensemble, avait alors expliqué Vincent Mannaert, le DG du Club Bruges. En passant à un contrat à durée indéterminée, nous donnons aux deux parties la possibilité d’intégrer des périodes d’évaluation sans nous contraindre à un nombre prédéterminé de saisons. » Ce n’était toutefois pas une première en Belgique. En 2019, le FC Malines avait déjà offert un CDI à son coach Wouter Vrancken.

Il sait faire progresser les jeunes

Quel est le point commun entre le feu follet belge Leandro Trossard, l’Ukrainien à la frappe surpuissante Ruslan Malinovskyi et le roc norvégien Sander Berge ? Avant de rejoindre respectivement Brighton, l’Atalanta Bergame et Sheffield, tous ont évolué à Genk sous les ordres de Philippe Clement, qui a montré depuis le début de sa carrière d’entraîneur qu’il sait faire émerger des talents. Du côté de Bruges, un élément comme Charles De Ketelaere (20 ans), qui compte aujourd’hui quatre sélections avec les Diables Rouges et dont le nom circule un peu partout en Europe, lui doit aussi beaucoup. Même chose pour l’ailier néerlandais Noa Lang (22 ans). C’est en partie pour cette faculté à faire progresser des jeunes individuellement et collectivement que les dirigeants monégasques ont retenu son profil. En Principauté, on attend beaucoup, entre autres, de Myron Boadu, arrivé l’été dernier des Pays-Bas pour 17 millions d’euros et qui s’est contenté pour le moment de deux petits buts toutes compétitions confondues.



Source link
rmcsport.bfmtv.com #qui #est #Philippe #Clement #probable #successeur #Niko #Kovac

Auteur

Pied droit en or, pas de grigri, pas de chichi, un crochet une frappe et nous fermons le jeu, catenaccio :)