L’équipe de France entame ce mercredi soir face à l’Ukraine (20h45) sa campagne de qualification pour le Mondial 2022. Une compétition prévue dans vingt mois au Qatar, pour laquelle Didier Deschamps pourrait procéder à quelques changements dans son groupe. Peut-être…

Avant de se concentrer pleinement sur l’Euro (11 juin-11 juillet), les Bleus vont d’abord avoir un petit avant-goût du Mondial 2022, puisque débute ce mercredi soir la campagne de qualification, avec un match contre l’Ukraine (20h45), avant deux déplacements au Kazakhstan (dimanche) et en Bosnie (mercredi prochain).

S’ils sont sérieux, les Tricolores devraient décrocher leur billet pour participer à la Coupe du monde au Qatar, du 21 novembre au 18 décembre l’an prochain. Avec quelle équipe? C’est la question.

Didier Deschamps étant actuellement sous contrat avec la FFF jusqu’en décembre 2022, le champion du monde 1998 sera encore le sélectionneur d’ici-là. Et on ne peut pas dire qu’entre les différentes compétitions internationales, il ait l’habitude de bouleverser son groupe.

Un renouvellement assez faible en prévision

Entre le Mondial 2014 et l’Euro 2016, une demi-douzaine d’internationaux ont disparu du radar bleu (Landreau, Ruffier, Debuchy, Cabella, Mavuba, Rémy), auxquels on peut ajouter Benzema et Valbuena, voire Sakho, mais pour des raisons extra-sportives. Entre l’Euro 2016 et le Mondial 2018, les proportions sont à peu près les mêmes, avec les départs de Costil, Jallet, Evra, Sagna, Mangala, Cabaye, Schneiderlin, Payet et Gignac, plus la blessure de Koscielny. Et depuis le sacre en Russie, seuls Umtiti, Rami, Sidibé, Benjamin Mendy, et Thauvin (voire Fekir) semblent être véritablement sortis de la course à l’Euro 2021.

Autant dire que le renouvellement a été assez faible dernièrement, et qu’il pourrait l’être encore plus d’ici le Mondial qatari. Pourquoi? D’abord parce qu’il n’y aura qu’un an et demi, à peine, entre les deux prochaines compétitions. Ensuite parce que l’équipe de France actuelle n’est pas spécialement âgée: sur les 26 joueurs appelés par Deschamps la semaine passée, seuls Hugo Lloris, Steve Mandanda, N’Golo Kanté, Moussa Sissoko, Wissam Ben Yedder, Antoine Griezmann et Olivier Giroud auront 30 ans ou plus cet été. Et aucun n’a annoncé une prochaine retraite internationale après l’Euro.

Enfin, parce que les Bleus, champions du monde en titre, sont performants. Seul un fiasco estival pourrait pousser Deschamps à une révolution dans son effectif. Ce qui ne serait pas spécialement une bonne nouvelle.

Un nouveau gardien en piste?

Malgré tout, et sans compter les éventuelles blessures, il devrait y avoir certaines places en jeu pour le Qatar. Dans les buts, Mandanda n’incarne pas vraiment l’avenir, tout comme Sissoko au milieu. On pourrait y ajouter Giroud, mais difficile, voire impossible d’écarter du jeu l’attaquant de Chelsea tant que lui-même ne l’a pas décidé. D’autres, sans leur faire injure, ne paraissent pas indéboulonnables non plus: en regardant la dernière liste, on pense à Alphonse Areola, Lucas Digne, Léo Dubois, Kurt Zouma ou encore Clément Lenglet en défense, Tanguy Ndombele au milieu, ainsi que Wissam Ben Yedder, Thomas Lemar ou Anthony Martial devant.

Qui pourrait en profiter? Voyons secteur par secteur. Dans les buts, il se pourrait que la place de numéro 3 soit en jeu derrière Lloris et Maignan. Si elle n’est pas pour Areola, Benjamin Lecomte (Monaco) pourrait jouer sa carte, tout comme l’ancien Espoir Paul Bernardoni (Angers) voire les actuels Bleuets Alban Laffont (Nantes) et Illan Meslier (Leeds).

En défense, il pourrait éventuellement y avoir une place en jeu à gauche, peut-être pour Théo Hernandez (AC Milan), qui multiplie les appels du pied au sélectionneur, deux dans l’axe, qui pourraient permettre aux prometteurs Wesley Fofana (Leicester), Jules Koundé (FC Séville) ou Dayot Upamecano (futur Bayern) de prendre la relève, et une à droite, où le manque de concurrence pourrait éventuellement sourire à Nordi Mukiele (Leipzig), voire aux Espoirs Colin Dagba (PSG), qui doit encore franchir un cap, ou Pierre Kalulu (AC Milan) s’il se révèle.

Des opportunités à saisir au milieu, et au poste de numéro 9

Au milieu, une compétition pourrait s’ouvrir pour trois tickets, en plus de Pogba, Kanté et Rabiot. Cela tombe bien, puisque le vivier tricolore regorge d’éléments intéressants. On pense évidemment à Eduardo Camavinga (Rennes), qui a goûté à la sélection A et devrait la retrouver tôt ou tard, à Boubacar Kamara (OM), Houssem Aouar (OL), lui aussi déjà international A, Boubakary Soumaré (LOSC), Mattéo Guendouzi (Hertha Berlin), ou Romain Faivre (Brest), mais Deschamps pourrait aussi être tenté de donner sa chance à un joueur à l’expérience grandissante, style Jordan Veretout (Rome).

En attaque, les places seront chères, vu le niveau et le statut des actuels internationaux. Difficile d’imaginer un nouveau venu déloger un Coman, un Mbappé ou même un Dembélé (dans son état de forme actuel) sur les ailes. Marcus Thuram (Mönchengladbach), performant lors de sa première convocation, aura probablement l’envie de revenir dans la bataille. En fait, c’est surtout dans l’axe, au poste de numéro 9, qu’il pourrait y avoir une brèche dans laquelle s’engouffrer. Sauf que si l’on excepte l’épineux cas Benzema, les candidats crédibles (Lacazette, voire Pléa ou Moussa Dembélé) ne sont pas nombreux, et la relève, conduite actuellement par Odsonne Edouard (Celtic), est encore timide.

Source de l’article, 2021-03-24 11:57:17