L’Australie a décroché son billet pour le Mondial 2022 en s’imposant face au Pérou, lundi près de Doha (0-0, 5 tab à 4). Les Sooceroos affronteront l’équipe de France lors de la phase de poules au Qatar. Comme en 2018. Avec une équipe assez limitée, qui n’a plus affronté de nation européenne depuis quatre ans.

Avec sa longue barbe, ses cheveux courts et son style détonnant, Andrew Redmayne n’est pas passé inaperçu lundi soir à Al-Rayyan. Dans l’air climatisé du stade Ahmad bin Ali, situé à une douzaine de kilomètres à l’ouest de Doha, le gardien remplaçant de l’Australie s’est mué en héros. Lancé en toute fin de prolongation face au Pérou, le portier de 33 ans a permis à son pays de se qualifier pour la Coupe du monde 2022 (0-0, 5 tab à 4). Au terme d’un véritable show. Avec ses pas de danses, ses petits sauts et ses gestes désarticulés, le rempart du Sydney FC a tenté de déstabiliser les tireurs sud-américains. Jusqu’à arrêter la tentative d’Alex Varela.

De quoi offrir à son équipe un billet pour le prochain Mondial (le sixième de son histoire), qui se tiendra du 21 novembre au 18 décembre au Qatar. Dans l’émirat, les Sooceroos défieront l’équipe de France, le Danemark et la Tunisie dans le groupe D. Un casting presque identique à celui de la précédente édition, il y a quatre ans en Russie, lors de laquelle les Australiens avaient déjà affronté les Bleus et les Danois. Ils retrouveront d’ailleurs les joueurs de Didier Deschamps pour leur premier match dans la compétition, prévu le 22 novembre au stade Al-Janoub d’Al Wakrah.

Le gardien Ryan promu capitaine

En 2018, ils étaient inclinés 2-1 face aux futurs champions du monde. Mile Jedinak avait répondu sur penalty à Antoine Griezmann, avant qu’Aziz Behich ne marque contre son camp. Et à l’image des Bleus, l’équipe d’Australie a pas mal changé depuis ce match à Kazan et ce mois de juin conclu par une élimination dès le premier tour (deux défaites, un nul).

Dans la foulée, Graham Arnold a remplacé Bert van Marwijk au poste de sélectionneur. Le coach australien de 58 ans s’appuie sur un groupe solidaire au talent limité. Avec plusieurs schémas tactiques, en 4-2-3-1, 4-4-2 ou 4-1-3-2. Mathew Ryan, le gardien remplaçant de la Real Sociedad (30 ans), est toujours dans les buts. Il porte désormais le brassard de capitaine. Le latéral gauche Aziz Behich, malheureux buteur contre les Bleus, tient encore sa place. Aaron Mooy, le milieu de terrain du Shanghai Port (Chine), et Mathew Leckie, l’ailier de Melbourne City, également.

Une ligne d’attaque en manque de talent

Pour le reste, la 42e nation au classement Fifa a renouvelé une bonne partie de son effectif. Kyle Rowles (Central Coast, en Australie) et Bailey Wright (Sunderland, troisième division anglaise) forment désormais la charnière centrale. Ajdin Hrustic, le milieu de terrain de l’Eintracht Francfort, apporte sa touche technique dans l’entrejeu. Les uns font les efforts pour les autres mais l’ensemble manque clairement d’impact. A l’image de la ligne offensive.

Face au Pérou, Mitchell Duke évoluait seul en pointe. Et l’attaquant du Fagiano Okoyama (deuxième division japonaise) n’a pas du tout pesé sur les débats. Jamie Maclaren et Marco Tilio (Melbourne City), Nick D’Agostino (Melbourne Victory FC), Graig Goodwin (Adelaide United) ou Awer Mabil (Kasimpasa, en Turquie) ne semblent pas tellement en mesure de faire mieux.

Aucun grand match disputé

L’Australie reste d’ailleurs sur des résultats en dents de scie ces derniers mois, battue par le Japon (0-2) et l’Arabie Saoudite (1-0), accrochée à Oman (2-2). Difficile de mesurer le potentiel exact de l’équipe océanienne, qui n’a plus affronté de nation européenne depuis le Mondial 2018. Et qui ne le fera peut-être pas d’ici le grand rendez-vous du Qatar. Pour l’instant, seul un match amical face à la Nouvelle-Zélande est programmé le 25 septembre, à l’Eden Park d’Auckland. A priori, pas de quoi effrayer les partenaires de Kylian Mbappé, qui semblent largement au-dessus de leurs futurs adversaires. Même si les récentes mésaventures en Ligue des nations invitent tout de même à la prudence…



Source link
rmcsport.bfmtv.com #vaut #lAustralie #premier #adversaire #des #Bleus #Qatar

Auteur

Pied droit en or, pas de grigri, pas de chichi, un crochet une frappe et nous fermons le jeu, catenaccio :)