Cela avait surpris l’ensemble de la planète football il y a peu. Le nom du défenseur uruguayen Diego Godin était associé au club breton du Stade Rennais. Une fantasque association qui contre toute attente n’était pas loin d’aboutir à quelque chose de grand, d’inédit pour ce club. Dans son édition du jour ce mercredi, Ouest-France nous explique la raison de ce mariage impossible, qui ne l’était pas tant que cela finalement. Conseillé par ses compatriotes uruguayens, Diego Godin avait ensuite été contacté par Julian Stéphan. Un échange important qui se serait extrêmement bien déroulé. Se disant prêt à découvrir la France sous l’impulsion de sa femme, le défenseur de 34 ans était même prêt selon le quotidien breton à consentir des efforts au niveau salarial. Tous les éléments étaient donc réunis pour voir le SRFC connaitre sa plus grande recrue de l’histoire du club.

Mais malheureusement, un élément perturbateur est venu éteindre les espoirs du club breton. En effet, la loi fiscale italienne aurait bloqué l’arrivée du joueur à Rennes. En quittant la Botte, Diego Godin aurait dû rembourser ses avantages fiscaux de sa première saison dans le Calcio. Un montant très important supérieur à 7M€, aurait dû être payé par l’Uruguayen. La seule possibilité d’éviter cette loi fiscale était pour lui de ne pas plier bagage. S’il n’est pas venu en Bretagne, ce n’est donc finalement ni de sa faute, ni celle du Stade Rennais. Une bien triste nouvelle pour le championnat français qui aurait vu un grand nom s’ajouter à ce championnat.

Footmercato

Déjà 302 000 dans de Foot inscrits
Recevez par email chaque semaine au choix les actualités, les résultats, les meilleurs articles et les pronostics sélectionnés par le Dr Socrates.
Tir Au But !
close-link