Dans une longue interview accordée au média argentin Infobae, Mauricio Pochettino est revenu sur son passage à la tête du PSG. Un mois après son licenciement, le coach de 50 ans se dit satisfait par l’année et demie qu’il a passée sur le banc du club de la capitale, malgré l’élimination face au Real Madrid en Ligue des champions et un spectacle peu reluisant sur le terrain.

Non, rien de rien. Il ne regrette rien. Un mois après son licenciement du PSG, Mauricio Pochettino n’a pas changé de discours. Le recul offert par ses premières semaines de chômage semble même avoir conforté son sentiment. A l’heure de dresser le bilan de son aventure sur le banc parisien, le manager de 50 ans se dit toujours aussi satisfait par le travail accompli durant un an et demi.

« Je pense que cela a été très positif, assure-t-il dans une longue interview accordée au média argentin Infobae. Les expériences doivent toujours être capitalisées pour en tirer des enseignements. Sur le plan sportif, on a gagné la Coupe de France, le Trophée des champions et la Ligue 1 en un an et demi. Mais le projet du PSG, c’est de gagner la Ligue des champions. Tout le reste peut être perçu comme un échec. »

« Si vous ne gagnez pas, c’est un désastre total »

« Au fur et à mesure que le projet du PSG avance, la patience est de moins en moins importante, poursuit-il. Les attentes sont plus grandes, mais il y a des circonstances à prendre en compte. Les supporters n’accordent pas le crédit que cela mérite au fait de dominer le championnat de France ou les compétitions nationales. Nous avons remporté le dixième titre de champion du club, qui a égalé le record historique de Saint Étienne. Il y a dix titres, on ne parle pas d’une cinquantaine. Donc, je pense que c’est très sous-estimé. Quand vous gagnez, c’est une obligation mais si vous ne le faites pas, c’est un désastre total. Tout est concentré sur la Ligue des champions et parfois cela distrait un peu et ce n’est pas facile de garder la motivation. »

Même s’il tente de positiver, Pochettino a largement déçu aux commandes d’une équipe bâtie pour briller, bien au-delà de la capitale. Le spectacle proposé sur le terrain a souvent été soporifique. Et l’agacement du Parc des Princes s’est teinté de honte lors de l’élimination face au Real Madrid de Karim Benzema, en 8es de finale de la Ligue des champions. Un match lors duquel les partenaires de Marquinhos ont sombré mentalement face aux gradins mythiques de Bernabeu.

« La faute de Benzema sur Donnarumma existait »

« Dans ce cas, il faudrait mettre un psychologue à Chelsea, un à Manchester City et un à Liverpool, peste Pochettino, en référence aux autres équipes sorties ensuite par le Real, vainqueur de l’épreuve. Si on regarder les dernières coupes d’Europe, il faudrait en mettre un dans toutes les équipes qui ont affronté le Real Madrid. Je crois qu’il y a des circonstances dans le football qui arrivent et qui ne peuvent pas être contrôlées. Je pense que la faute de Benzema sur Donnarumma existait et s’il l’action avait été revue par le VAR, on parlerait d’autre chose aujourd’hui. Cet élément déclencheur a donné beaucoup de confiance au Real Madrid, qui a joué avec une énergie différente. C’est le football et cela ne doit pas aller au-delà d’une analyse footballistique. »

Plus globalement, Pochettino regrette que la direction parisienne ne laisse pas assez de temps à ses entraîneurs pour mettre en place leur philosophie. « Il y a des équipes, comme Liverpool ou Manchester City, avec des projets à long terme, qui offrent de la confiance, assène-t-il. On a gagné le championnat avec le PSG avec 15 points d’avance. On perd contre Madrid et on sait qu’il va y avoir des problèmes. City est éliminé contre Madrid, avec trois buts en cinq minutes, mais la semaine suivante, ils achètent Haaland et donnent à l’entraîneur la possibilité de se réinventer à nouveau, de chercher des solutions et de gagner le championnat anglais. Les projets sont différents. Il y a un Manchester City qui fait confiance à un manager en place depuis sept ans et un PSG dans lequel il faut arriver et gagner. Mais gagner la Ligue des champions, pas la Ligue 1. C’est différent et je l’accepte. Ce n’est pas une critique. Quand nous sommes arrivés au PSG, nous savions que nous devions essayer de gagner la Ligue des champions si nous voulions poursuivre ce projet. »

« Le PSG réalisera son rêve en Ligue des champions »

Désormais, l’ancien coach de Tottenham attend de trouver un nouveau challenge. Mais pas forcément cet été. « En ce moment, c’est difficile car tous les projets sont bouclés, observe-t-il. Je m’adapte aux circonstances, toujours dans le but de progresser. Je vais faire une analyse de tout ce qui s’est passé durant un an et demi au Paris Saint-Germain. Le vécu doit servir à progresser, à évoluer et je suis sûr que cette expérience sera très enrichissante et très utile pour l’avenir. »

Un avenir qu’il imagine tout de même glorieux pour Paris sur la scène européenne: « Le PSG a pour objectif de gagner la Ligue des champions et je pense qu’il va y parvenir parce que les moyens sont là. Parfois dans le football, il y a des facteurs qui ne se contrôlent pas. Mais en insistant année après année, le PSG pourra sûrement réaliser son rêve de gagner une Ligue des champions. »



Source link
rmcsport.bfmtv.com #Pochettino #défend #son #bilan #très #positif #juge #les #succès #parisiens #sousestimés

Auteur

Pied droit en or, pas de grigri, pas de chichi, un crochet une frappe et nous fermons le jeu, catenaccio :)