Sur une pelouse en mauvais état et au terme d’une partie très pauvre techniquement, l’OM a été tenu en échec par le FC Nantes (1-1), ce samedi, à l’occasion de la 26e journée de Ligue 1. Marseille, qui s’est retrouvé mené après une énorme bourde de Steve Mandanda, reste sixième. Les Canaris sont toujours barragistes.

Vu ce qui a été proposé par les deux équipes en première période, il faut au moins se réjouir d’avoir vu deux buts dans ce match. En manque de confiance, le FC Nantes et l’OM se sont quittés sur un nul (1-1), ce samedi, à l’occasion de la 26e journée de Ligue 1. Les Canaris, qui voulaient enchaîner après leur succès dimanche dernier à Angers (3-1), restent scotchés à la 18e place du classement, à égalité de points avec Lorient, premier non-relégable, qui compte deux matchs en moins. Les Marseillais, qui visaient eux aussi une deuxième victoire de rang, ne décollent pas du sixième rang.

Une première période d’un niveau affligeant

Si certains téléspectateurs ont piqué une sieste au cours de la première période, difficile de leur en vouloir. Qu’ils se rassurent, ils n’ont rien raté. Les deux formations ont proposé un niveau de jeu tout simplement affligeant. Sans rythme, sans intensité, sans idées. Avec un festival de fautes, de passes ratées, de ballons envoyés directement en touche, de relances catastrophiques et de centres au quinzième poteau. En bref, une punition pour les yeux. Un calvaire pour ceux qui espéraient voir un minimum de spectacle. Certes, les acteurs n’ont pas été aidés par la qualité de la pelouse, indigne d’un club de Ligue 1.

Mais se réfugier derrière cette excuse ne serait pas acceptable. Malgré une nette domination (67,5% de possession de balle), l’OM n’a tenté qu’un seul tir lors des 45 premières minutes sur une demi-occasion de Bamba Dieng (12e). Nasser Larguet avait une nouvelle fois décidé d’aligner le jeune attaquant sénégalais (20 ans), avec Luis Henrique, Dimitri Payet et Saîf-Eddine Khaoui pour l’épauler. En grande souffrance dans le jeu, les Nantais ont au moins su rester solides et bien en place. Ils se sont livrés un tout petit plus à l’approche de la mi-temps, sous l’impulsion de Ludovic Blas, mais sans parvenir à inquiéter Steve Mandanda.

L’énorme bourde de Mandanda, Payet décisif

A 0-0, Larguet a procédé à deux changements dès le début de la seconde période. Exit Dieng et Henrique, place à Valère Germain et Valentin Rongier. Pour tenter de faire la différence rapidement? Le coach marseillais n’avait pas prévu que son équipe allait se retrouver menée sur une bourde incroyable de son capitaine.

Sur une passe anodine d’Alvaro Gonzalez en retrait, Mandanda a réussi à louper son dégagement, offrant un cadeau inespéré à Blas. En embuscade, l’ancien Guingampais a pu tranquillement ouvrir le score (50e). Certains se souviennent peut-être qu’en avril 2015 une glissade au moins aussi improbable de Mandanda avait déjà permis aux Nantais de marquer à la Beaujoire. Ils l’avaient emporté 1-0.

Dos au mur, l’OM s’est décidé à prendre davantage de risques. Avec d’abord une volée de Khaoui (62e), puis une tête dangereuse de Duje Caleta-Car (63e). C’est finalement un ancien de la maison jaune qui est venu planter les joueurs d’Antoine Kombouaré. Sur un centre de Yuto Nagatomo, Payet a surgi dans la surface pour ajuster un Alban Lafont impuissant (69e). Son quatrième but de la saison en championnat, le premier depuis le 6 janvier. De mieux en mieux au fil de la partie, le Réunionnais a bien failli s’offrir un doublé dix minutes plus tard sur un lob audacieux qui aurait pu surprendre Lafont (79e). Toujours malades, les locaux ont cherché à mettre la pression sur les buts de Mandanda dans les ultimes minutes. Sans succès. Même après l’exclusion d’Hiroki Sakai dans le temps additionnel (60e+4) pour un pied haut sur Kader Bamba.

Source de l’article, 2021-02-20 19:02:47