Brillants en première période, avant d’être plombés par Granit Xhaka et Gabriel, les Gunners ont été renversés au bout du suspense par Manchester City (2-1), ce samedi, lors de la 21e journée de Premier League. Les Skyblues frappent un grand coup avant le choc Chelsea-Liverpool.

Quoi de mieux qu’un choc indécis jusqu’au bout pour attaquer une nouvelle année? En Angleterre, 2022 s’est ouvert ce samedi sur un scénario assez fou, avec une victoire renversante de Manchester City devant Arsenal (2-1), lors de la 21e journée de Premier League. Pep Guardiola peut remercier Rodri, bourreau des Gunners dans les derniers instants d’une rencontre passionnante.

Il s’agit peut-être d’un tournant important dans cette saison. Car en attendant le choc Chelsea-Liverpool programmé dimanche (17h30 sur RMC Sport), les Cityzens prennent provisoirement onze points d’avance sur les Blues en tête du classement, alors que les Reds sont repoussés à douze longueurs. Arsenal reste scotché à la quatrième place.

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour regarder la Premier League

Des Gunners brillants en première période

Oui, on savait qu’ils étaient en confiance après avoir gagné leurs cinq derniers matchs toutes compétitions confondues. Mais qui pouvait prédire une telle performance des Gunners en première période? Sans complexe, ils ont démarré fort à domicile. Avec de l’intensité, de la personnalité et des individualités en grande forme. Mentions spéciales pour Thomas Partey, impeccable à la récupération, mais aussi Gabriel Martinelli, poison constant sur le côté gauche, et Bukayo Saka, toujours remuant à droite. C’est d’ailleurs l’Anglais qui a ouvert le score d’un tir rasant sur un service de Kieran Tierney (31e). Une juste récompense pour une équipe d’Arsenal bien plus inspirée que des Cityzens à court d’idées. À l’image d’un Kevin De Bruyne à la peine, les visiteurs ont multiplié les erreurs techniques, ne parvenant pas à cadrer le moindre tir lors du premier acte. Ils auraient même pu être punis plus tôt sur une action litigieuse entre Martin Odegaard et Ederson (9e) qui aurait pu déboucher sur un penalty.

« C’est une équipe d’Arsenal convaincante, elle parvient à faire douter et reculer son adversaire, notait à la pause Eric Roy, consultant pour RMC Sport. Les joueurs de City se font prendre sur le contre-pressing, ils n’arrivent pas à ressortir les ballons. » C’est finalement sur une grosse erreur adverse que les Skyblues ont pu se relancer.

Cinq minutes de folie

Un penalty, un sauvetage totalement fou, un carton rouge… L’Emirates Stadium a eu droit à cinq minutes de folie à l’heure de jeu. Avec d’abord un mauvais réflexe de Granit Xhaka. Le Suisse a plombé les siens en retenant Bernardo Silva par le bras, dans la surface, alors que son équipe maîtrisait les débats. Après avoir consulté les images du VAR, l’arbitre n’a pas hésité et a logiquement désigné le point de penalty. Riyad Mahrez s’est chargé d’égaliser en force (57e). Dans la foulée, Arsenal a bien cru reprendre les devants sur une incroyable erreur d’Aymeric Laporte. Sur une tête en retrait, l’ancien de Bilbao a trompé un Ederson impuissant, et il a fallu que Nathan Aké se jette sur la ligne pour empêcher le ballon d’entrer (58e). Le match s’est tellement emballé que le réalisateur du match pour la TV anglaise a eu du mal à suivre et à capter le craquage de Gabriel. Averti deux minutes pour contestation sur le penalty, le Brésilien a reçu un deuxième carton jaune synonyme d’exclusion pour une faute largement évitable sur Gabriel Jesus dans le rond central (59e).

À 1-1, et en infériorité numérique, les Gunners ont tout donné pour ne pas céder. Il y a encore quelques semaines, ils se seraient sans doute effondrés en quelques minutes après le rouge de Gabriel. Cette fois, ils ont craqué au bout du suspense, à la 93e. En renard des surfaces, Rodri a surgi pour offrir la victoire aux siens. Son quatrième but de la saison. Forcément très frustrant pour Arsenal, et bien payé pour City.



Source link
rmcsport.bfmtv.com #Manchester #City #renverse #Arsenal #après #scénario #fou

Auteur

Pied droit en or, pas de grigri, pas de chichi, un crochet une frappe et nous fermons le jeu, catenaccio :)