les sept personnes accusées d’homicide involontaire dans la mort de Diego Maradona seront finalement entendues à partir du 14 juin, et non pas lundi prochain, comme cela était prévu initialement, a appris l’AFP.

Les interrogatoires des sept personnes entendues dans le cadre de l’enquête sur la mort de la légende du football Diego Maradona, qui devaient débuter lundi, ont été renvoyés au 14 juin, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

Ces sept personnes, membres de l’équipe médicale de Maradona accusés d'”homicide involontaire avec circonstances aggravantes”, devaient être interrogés à partir de lundi par un juge d’instruction avant d’être éventuellement inculpés. Ils encourraient dans ce cas entre huit et 25 ans de prison.

Le parquet de San Isidro (banlieue de Buenos Aires), en charge de l’enquête, considère que le décès de Maradona est le résultat d’une faute professionnelle et d’une négligence de l’équipe médicale qui a provoqué la détérioration de sa santé et son décès.

Maradona “abandonné à son sort”, selon un rapport d’experts

Maradona, qui souffrait de problèmes aux reins, au foie et au coeur, est mort d’une crise cardiaque le 25 novembre 2020, quelques semaines seulement après avoir subi une opération du cerveau pour un caillot de sang. Il avait 60 ans.

Un rapport d’experts, publié début mai, avait conclu que l’ancien footballeur avait été “abandonné à son sort” par son équipe soignante, dont le traitement “inadéquat, déficient et imprudent” l’a conduit à une lente agonie.

Le décès de Maradona, considéré comme un génie du football, a créé une onde de choc planétaire et bouleversé l’Argentine. Des dizaines de milliers de personnes ont participé à la veillée funèbre de sa dépouille autour du palais présidentiel, où elle avait été transportée.

Source de l’article, 2021-05-29 07:13:49