La suite après cette publicité

La guerre continue. Alors que le projet de la Super League a été officiellement abandonné par 9 des 12 clubs fondateurs (Arsenal, Chelsea, Liverpool, Manchester City, Manchester United, Tottenham, l’AC Milan, l’Inter Milan et l’Atlético de Madrid) quelques heures après le lancement de ce projet de ligue fermée, les trois mastodontes que sont le Real Madrid, le FC Barcelone et la Juventus ne lâchent pas l’affaire. Depuis, la fracture est totale entre ces trois écuries, qui campent sur leurs positions, et l’UEFA.

L’instance dirigeante du football européen ne veut rien laisser passer et a d’ailleurs promis des sanctions à l’encontre de ces frondeurs, pouvant aller jusqu’à l’exclusion de la Ligue des Champions, alors qu’une procédure disciplinaire a été ouverte contre le Real, le Barça et la Juve. Le patron de l’UEFA, Aleksander Ceferin, a de nouveau pris la parole chez nos confrères britanniques du Telegraph ce lundi. Et le dirigeant slovène en a remis une couche et a taclé sévèrement les rebelles, pointant du doigt leur attitude dans cette affaire. « Avant, pendant de nombreuses années, c’était difficile parce qu’il y avait toujours une sorte de menace et maintenant il est clair que quiconque a du bon sens n’essaierait plus jamais cela. C’était dur, c’était stressant, pendant 48 heures, mais c’est bien que cela se soit produit », a d’abord expliqué Aleksander Ceferin, avant de poursuivre, sans détour.

Ceferin tacle sévèrement le Barça, le Real et la Juve

« Même les gens les plus ignorants du monde comprennent que [la Super League], c’est terminé. Écoutez, ce sont les sujets les plus étranges que j’ai jamais vus de ma vie. Ils sont partis avec un communiqué de presse “la Super League existe toujours, nous avons toujours une Super League”. Deux jours plus tard, ils ont envoyé une demande pour jouer dans la Ligue des Champions. Donc ils sont en Super League et hors de la Ligue des champions, mais ils veulent être en Ligue des champions ? Ils ont dit que la Ligue des champions était terminée mais ils veulent encore y jouer ? Maintenant, ils menacent, ils envoient des lettres disant qu’ils vont nous poursuivre en justice. Ils ont manifestement trop d’argent. Ils devraient investir dans le football féminin et le football des jeunes », a-t-il lancé, avec une pointe d’ironie.

Le boss de l’UEFA a également fustigé le fait que les frondeurs s’en prennent aux 9 clubs ayant eu le courage de faire machine arrière. « Je crois qu’ils menacent également les neuf autres clubs. Est-ce une façon de revenir dans la famille, en menaçant ? Il y a eu un communiqué de presse, il y a quelques jours: “si la Super League n’a pas lieu, le football est fini”, ou quelque chose comme ça. Quel délire ! » Enfin, Aleksander Ceferin a regretté les menaces reçues par l’UEFA à ce sujet. « Tout ce que nous recevons, ce sont des lettres. Je ne les ai pas lues, mais notre division juridique dit qu’il y a des lettres menaçantes dans tous les sens. Quand je parle à 244 clubs de l’ECA (l’Association européenne des clubs), ils ne sont pas les plus populaires au monde. Ils poursuivent tout le monde, ils menacent tout le monde. Leur point de vue est le suivant: “Nous jouons notre compétition d’élite et nous faisons la charité à tout le monde”. Personne ne veut de la charité. » Les mots sont forts et cela ne devrait pas manquer d’arriver aux oreilles du FC Barcelone, du Real Madrid et de la Juventus. La guerre est loin d’être terminée.

Footmercato