Tony Gustavsson s’est présenté ce vendredi face à la presse à la veille du quart de finale de la Coupe du monde féminine entre l’Australie et la France. Le sélectionneur des Matildas espère se servir de la ferveur populaire pour renverser les Bleues qui pourraient bien être rattrapées par la pression du résultat.

A un peu moins d’un an des Jeux olympiques de Paris en 2024, l’équipe de France féminine a l’occasion de briller lors du Mondial 2023 disputé en Australie et en Nouvelle-Zélande. A la veille du quart de finale des Bleues contre les Australiennes (samedi dès 9h), le sélectionneur des Matildas a cherché à faire de l’équipe tricolore le favori de la rencontre.

« J’ai affronté la France chez elle en quarts de finale avec les Etats-Unis en 2019. Je sais ce qu’elles ont vécu. Évidemment, la France arrivera avec beaucoup de confiance contre nous, en étant agressive dès le début du match, a estimé Tony Gustavsson ce vendredi face à la presse. Mais je sais aussi que c’est une opportunité énorme pour elles aussi et qu’elles seront sous une immense pression par rapport à ce qu’elles veulent réussir pendant ce tournoi. »

>> Toutes les infos avant Australie-France

La Story Sport : Hervé Renard, l’homme des grands discours – 01/08

Tout un stade et un pays derrière les Australiennes

Nommé en mars après l’éviction de Corinne Diacre, Hervé Renard a fustigé le choix, pris par le staff précédent, d’affronter l’Australie juste avant le début de la Coupe du monde. Battues par le pays hôte de la compétition (0-1), les Bleues savent qu’elles devront tout donner pour rejoindre les demi-finales face à un adversaire réputé très physique.

Si le doute subsiste sur la présence de Sam Kerr au coup d’envoi, le stade de Brisbane sera entièrement acquis à la cause des Matildas. Un autre atout selon le sélectionneur australien.

« Le fait de jouer devant notre public, on l’a dit depuis le début, on ne ressent même pas la pression, a enchaîné le technicien lors de son passage devant les médias. On a juste l’impression d’être portés par les supporters. »

Bonne nouvelle pour la France, Hervé Renard et ses joueuses semblent se nourrir de cette hostilité afin de dépasser leurs limites. Surtout que l’histoire serait belle pour les Bleues qui égalerait leur meilleure performance au Mondial en cas de qualification contre l’Australie.

Jean-Guy Lebreton avec Anthony Rech



Source link
rmcsport.bfmtv.com #sélectionneur #australien #met #pression #sur #les #Bleues

Auteur

Pied droit en or, pas de grigri, pas de chichi, un crochet une frappe et nous fermons le jeu, catenaccio :)