Le 1er février, un peu avant 18h00, nous apprenions que l’Olympique de Marseille avait réussi à prêter Nemanja Radonjic du côté de l’Allemagne et du Hertha Berlin. Une véritable petite bombe pour l’entraîneur en place André Villas-Boas. En effet, le Portugais commençait tout juste à l’aligner et surtout il avait appris son départ tard le soir. Un des premiers moments où l’ancien de Porto et de Chelsea a pensé à démissionner, avant d’être achevé par l’arrivée du pauvre Olivier Ntcham, qui n’avait rien demandé à personne.

La suite après cette publicité

Direction donc le pays de l’Oktoberfest pour le Serbe de 25 ans, qui avait été acheté environ 15 M€. On se disait donc qu’avec ce prêt, dans un championnat qui ouvre plus le jeu et qui serait plus à même à correspondre à ses qualités de vitesse, il allait enfin prendre confiance et pourquoi pas rester dans la capitale allemande, puisque son prêt était assorti d’une option d’achat. Finalement, Pablo Longoria devrait voir revenir NR7 l’été prochain, ce dernier n’ayant pas (encore ?) réussi à faire ses preuves.

Pourtant, tout avait bien commencé pour le coéquipier de Dusan Tadic en sélection. Pour sa première rencontre face au Bayern Munich, il avait impressionné. Sa vitesse, sa constante disponibilité et sa volonté féroce de déstabiliser le bloc adverse avaient bien plu, surtout dans une équipe, celle de Lucas Tousart de Mattéo Guendouzi, qui peine vraiment cette saison (ils sont quatorzièmes de Bundesliga). La lueur de l’espoir était arrivée.

« Radonjic n’a pas eu de vraie chance à Berlin »

Mais tout s’est vite détérioré. « Ses débuts pour le Hertha contre le Bayern ont été bons, car il a beaucoup de vitesse et le Bayern a eu des problèmes avec ça. Mais il sortait principalement du banc et le Hertha n’a pas bien joué la plupart du temps ces dernières semaines, donc il n’était pas bon non plus. L’option d’achat est à 12 millions et il n’a pas joué assez bien pour valoir autant », nous explique notre confrère Tristan Bernert de Fussball Transfers.

Même son de cloche chez Niklas Scheifers : « il n’a joué que 150 minutes en Bundesliga, donc il n’y avait que quelques occasions de le regarder … J’aime beaucoup sa vitesse et sa folie, mais il semble que l’entraîneur Pal Dardai ait perdu patience très tôt. Radonjic ne peut pas montrer ce qu’il est capable de faire sur le terrain. Dardai fait confiance à ses vieux compagnons au Hertha. Ce n’est pas facile pour les nouveaux. Donc dans l’ensemble, Radonjic n’a pas eu de vraie chance à Berlin (cinq matches, une titularisation, ndlr). Je suppose qu’il ne sera pas un facteur pour le Hertha dans le temps qu’il reste. Évidemment à cause de son mauvais comportement… Mais je peux juste citer Bild dans ce cas ».

Blessure et comportement inapproprié

En effet, s’il a été mis de côté si rapidement, c’est aussi parce qu’il aurait eu un comportement inapproprié avec certains de ses coéquipiers. Si Bild ne cite pas ce qui s’est passé exactement ni avec qui, l’emploi de certains mots sous-entend clairement que le problème venait bien du Serbe. En outre, le média ajoute que le joueur se plaint de l’aine depuis un petit moment et que l’entraîneur a remarqué qu’il se blessait souvent à l’entraînement.

« Au lieu de tirer au but, Radonjic n’a poussé le ballon dans la surface que pendant des semaines », explique toujours le quotidien allemand. Une bien mauvaise nouvelle donc pour l’Olympique de Marseille, qui espérait probablement vendre son joueur à l’issue de l’année. Mais, avec ce genre de publicité, il va être très compliqué de trouver preneur, surtout à un prix fixé assez haut par l’OM (12 millions d’euros). Pablo Longoria a du travail…

Footmercato