La suite après cette publicité

Ces dernières années, Zinedine Zidane a remporté de nombreux titres à la tête de l’écurie madrilène. Et un constat ressortait généralement des analyses des différents observateurs : plus qu’un grand tacticien, le Français est un redoutable meneur d’hommes. Ainsi, il a bâti ses succès sur une excellente gestion de son effectif, mettant dans les meilleures conditions ses éléments les plus talentueux pour briller, et faisant globalement confiance au même squelette de cadres année après année. Le champion du monde 1998 n’avait pas spécialement ébloui son monde avec des dispositifs tactiques innovants, comme il semblait surtout compter sur les différences faites par ses individualités pour gagner, plus que par la mise en échec et la neutralisation du système de l’adversaire.

Mais visiblement, notre ami Zizou s’obstine à nous démontrer qu’à chaque fois qu’il est dos au mur, il est en mesure de nous sortir un nouveau lapin surprise de son chapeau magique. Tout en balayant les remarques concernant son bagage tactique plutôt pauvre. Voilà plusieurs semaines que le Marseillais a tenté un nouveau coup payant, avec un système à la mode en Espagne en ce moment, puisqu’également utilisé par l’Atlético, suivi par le FC Barcelone. Un 3-5-2 assez hybride, avec une défense à trois elle-même très dure à cerner, dans la mesure où Ferland Mendy, souvent utilisé en tant que défenseur central gauche, a pris du poids dans l’élaboration du jeu. L’ancien Lyonnais peut, paradoxalement puisqu’il évolue à un poste plus défensif sur le papier, se projeter bien plus facilement et a clairement transformé son jeu, pour le plus grand bonheur de Zidane et des fans du club.

Marcelo revit

Mais s’il y a un joueur qui bénéficie encore plus de ce changement de système, c’est bien Marcelo, qui était au placard la plupart du temps quand Zizou misait sur son traditionnel 4-3-3. Un peu plus libéré des labeurs défensifs dans ce nouveau rôle de piston, le Brésilien revit et apporte de la profondeur et, surtout, devient un nouveau relai dans le jeu merengue, lui qui était parfois pratiquement positionné en tant que relayeur sur certaines offensives madrilènes. Un soutien de poids pour le trio Casemiro-Kroos-Modric, toujours là, mais dans un dispositif un peu différent, avec un Croate un peu plus avancé et doublement dangereux entre les lignes. Fede Valverde peut lui aussi se mêler à la fête lorsque Zidane l’estime opportun et contribue avec un jeu encore plus vertical qui lui sied si bien. Sans oublier un Lucas Vazquez, qui a déjà fait oublier les nombreuses critiques à son égard et enchaîne les déboulés sur le côté droit, à l’opposé de Marcelo.

Devant, pour accompagner Karim Benzema, Zinedine Zidane a de nombreux choix. S’il décide de jouer la profondeur et de miser sur un jeu plus vertical pour rentrer dans le lard des défenseurs liverpuldiens, Vinicius Junior pourra être la solution, lui qui est aussi sur la pente ascendante ces dernières semaines. S’il souhaite plutôt contrôler le jeu, Marco Asensio, lui aussi en train de redorer son blason suite à ses bonnes prestations récentes, devrait démarrer la partie. Quoi qu’il en soit, ce nouveau système permet au Real Madrid d’avoir plus d’alternatives pour attaquer et d’être bien moins prévisible, avec des joueurs qui dézonent plus, permutent et ont des ressources bien différentes pour faire mal à l’adversaire. Les deux exemples cités ci-dessus sont la preuve ultime que les joueurs s’épanouissent bien plus dans cette nouvelle version du Real Madrid. En plus d’avoir redynamisé un secteur offensif qui était un peu morne, ce 3-5-2 a en quelque sorte instauré un équilibre qui faisait défaut jusqu’ici.

Une équipe plus équilibrée

Souvent, en 4-3-3, on voyait une équipe un peu coupée en deux, notamment en transition adverse, avec un trou énorme entre Casemiro et les joueurs positionnés devant lui. Le 3-5-2 n’a logiquement pas tout corrigé, mais il a permis de couvrir un peu plus les arrières du Brésilien. Face à une équipe comme Liverpool qui compte un arsenal offensif assez impressionnant, ce nouveau dispositif tactique peut être précieux, pour permettre de créer un embouteillage aux abords de la surface et donc d’offrir moins d’espaces aux redoutables et rapides joueurs offensifs de l’écurie liverpuldienne. Ce système permet aussi aux joueurs merengues de ne plus forcément se retrouver en situation d’égalité numérique lorsque l’adversaire attaque comme c’était souvent le cas même dans des rencontres face à des équipes moyennes de Liga. Il y a toujours un soutien dans les environs.

Ensuite, il permettra d’attaquer les ailes puis la surface avec un peu plus d’armes sous le coude, puisque la défense du club de la Mersey est tout sauf sereine ces derniers temps. Plutôt que de se contenter de centres à la désespérée avec un Benzema souvent esseulé entre les deux ou trois centraux adverses – plutôt faciles à défendre – on voit maintenant un Real Madrid qui attaque en bloc. De nombreuses combinaisons aux abords de la surface, avec des joueurs de flancs qui arrivent ligne de fond et trouvent facilement leurs partenaires plus intérieurs. Loin d’être fiable en cet exercice 2020/2021, la défense des Reds risque par exemple de voir Lucas Vazquez et Asensio multiplier les combinaisons dans des petits espaces, avant d’enchaîner ou de délivrer une dernière passe à un joueur mieux positionné. Sans parler de la qualité de frappe de ce dernier qui a fait mouche face à Eibar par exemple. Côté gauche, c’est potentiellement encore plus dangereux avec Marcelo, Mendy qui monte énormément et Vinicius s’il décide de se placer dans ce secteur. Jürgen Klopp, dont Zinedine Zidane confie avoir étudié de très près les tactiques lorsqu’il passait ses diplômes d’entraîneur, est prévenu. Mais nul doute que le coach allemand réserve lui aussi des surprises à son homologue français…

Footmercato