Petit club de la Vienne habitué à jouer sa survie en National 3, Chauvigny a eu le bonheur de tomber sur l’OM lors du tirage au sort des 16es de Coupe de France. Disciplinés pendant les fêtes afin de se donner les meilleures chances d’exister, dimanche à Limoges (21 heures), les Chauvinois sont déjà tournés depuis des jours vers cette soirée de sport historique.

La Coupe de France est une fête. Et comme toute fête réussie, cela se prépare, surtout quand l’on est un petit club quatrième de National 3 en passe de recevoir l’Olympique de Marseille, dimanche en 16e de finale de Coupe de France.

Cité médiévale de 7.000 habitants nichée en plein centre de la Vienne, Chauvigny est au cœur de la partie la plus excitante de son histoire sportive, lui qui se bat habituellement pour sa survie dans le cinquième échelon français. « Il y a une vraie effervescence autour du club, on est demandés par tout le monde, sourit Stéphane Malloyer, l’entraîneur heureux du club aux 250 000 euros de budget. C’est une grande fête pour le club. »

En famille au réveillon de Noël, les joueurs ne parlaient que du match

S’il confirme qu’il n’entend désormais plus parler que de l’OM à longueur de journées, depuis que le tirage au sort du 19 décembre dernier à réserver la bande de Dimitri Payet aux amateurs viennois, le coach admet aussi volontiers que lui et ses joueurs ne se privent pas pour aborder le sujet dès qu’ils en ont la possibilité, notamment lors du repas de Noël. « J’ai même eu des joueurs qui m’ont envoyé quelques photos de famille avec le maillot de l’OM. Le père Noël est passé avant l’heure! »

Si les joueurs de Chauvigny savent que la tâche sera ardue face aux professionnels marseillais, ceux-ci veulent se donner toutes les chances d’au moins bien figurer dans ce match, celui d’une vie pour ces joueurs amateurs. « J’ai des gars qui m’ont dit qu’ils ne feraient rien pour le Nouvel an, qui voulaient se préparer « comme il faut ». Il n’y aura pas d’excès de la part des joueurs, ce sera un petit repas familial, simple. »

« Ça va être la première fois que je souhaite la défaite de l’OM »

Une version confirmée par les intéressés eux-mêmes. « Toutes les discussions tournaient autour du foot et de ce match, et pas de la politique pour une fois !, s’amuse Julien Caillaud, gardien et capitaine de 34 ans. Et à écouter nos proches, on a presque l’impression que c’est jouable. Dans tous les cas, tant qu’il y a de la vie il y a de l’espoir. Et s’il y a la moindre faille, on va la saisir. » Cet admirateur de Steve Mandanda, à Chauvigny depuis trois saisons, sait qu’il n’aura pas besoin de discours pour motiver ses coéquipiers face à l’OM.

« C’est le club que je supporte depuis tout jeune, j’ai été bercé avec l’époque des Niang, Koné, Taiwo…, cite l’attaquant Hugo Kingue avec des étoiles dans les yeux, qui aimerait avoir le maillot de Payet après la rencontre. Sur le jeu Fifa, je prends Marseille dans ma carrière. Mais là, ça va être la première fois que je souhaite la défaite de l’OM ! (Rires) Ça me fait bizarre de dire ça, mais je suis Chauvinois avant tout. »

S’il espèrerait encore qu’une jauge trop réduite – sur les 11 000 initialement prévus du stade Beaublanc de Limoges – ne vienne pas un peu « gâcher la fête », l’entraîneur de Chauvigny savoure déjà d’avance cette confrontation attendue par toute une région. « L’OM, c’est le Graal », résume ce père de deux garçons fans du club olympien.

Romain Daveau avec David Phelippeau



Source link
rmcsport.bfmtv.com #père #Noël #est #passé #avant #lheure #comment #Chauvigny #prépare #avant #lOM

Auteur

Pied droit en or, pas de grigri, pas de chichi, un crochet une frappe et nous fermons le jeu, catenaccio :)