Les joueurs de l’Italie, qui ont affronté la Turquie en match d’ouverture de l’Euro, ont réclamé un penalty juste avant la mi-temps pour une main invonlotaire de Zeki Çelik. L’arbitre, le Néerlandais Danny Makkelie, se basant sur la nouvelle règle en vigueur, n’a pas sifflé.

Il n’a pas fallu attendre bien longtemps pour qu’une polémique sur l’arbitrage éclate à l’Euro. Le match d’ouverture Turquie-Italie, disputé vendredi soir à Rome, a suscité la frustration des joueurs de la Nazionale, convaincus qu’un penalty aurait dû leur être accordé juste avant la mi-temps.

L’action en question s’est déroulée à la 44e minute. Après un débordement sur l’aile gauche, Leonardo Spinazzola a vu son centre en retrait être détourné de la main par Zeki Çelik, le latéral turc champion de France avec Lille.

L’arbitre a suivi le nouveau règlement

Le Néerlandais Danny Makkelie, l’arbitre principal de la rencontre, a alors brièvement interrompu la rencontre, pour échanger avec son assistant vidéo Kevin Blom (VAR). Au bout de quelques secondes, sans que l’écran de contrôle au bord du terrain ne soit consulté, le verdict est tombé: pas de penalty.

S’agissait-il d’une bonne décision? A priori, oui. Dans la nouvelle règle en vigueur concernant les mains, il est précisé que “tout contact entre le ballon et le bras ou la main d’un joueur ne constitue pas nécessairement une infraction”. Pour trancher, l’arbitre doit déterminer si la position du bras ou de la main se justifie. “Il est considéré qu’un joueur a artificiellement augmenté la surface couverte par son corps lorsque la position de son bras ou de sa main n’est pas une conséquence du mouvement de son corps dans cette situation spécifique ou n’est pas justifiable par un tel mouvement”, indique le texte.

En revoyant les images dans la régie du VAR, l’assistant vidéo a donc considéré que Zeki Çelik était dans une position légitime. Sa main, même si elle était clairement décollée du corps, semblait effectivement s’inscrire dans un mouvement naturel.

Un autre litige plus tôt dans le match

Plus tôt dans le match, autour de la 20e minute, les Italiens s’étaient déjà plaints après une main involontaire de Çağlar Söyüncü sur une frappe lourde de Ciro Immobile. Là encore, et sans doute à juste titre, l’arbitre avait laissé le jeu continuer.

Source de l’article, 2021-06-11 22:17:15