Roland Romeyer a accordé ce vendredi un entretien au journal Le Progrès afin d’analyser la situation du club de Saint-Etienne. Le président du directoire de l’actuel dernier de Ligue 1 confirme le besoin de vendre car lui et son associé Bernard Caïazzo n’ont pas les moyens de lutter.

Avec Claude Puel écarté et remplacé par Pascal Dupraz, le club de Saint-Etienne est clairement en mission maintien. Dernier de Ligue 1 avec seulement douze points avant la 20e journée de la saison, le club stéphanois s’est renforcé avec quatre arrivées lors du mercato hivernal. Des recrues à moindre coût qui s’expliquent aussi par la volonté des dirigeants Bernard Caïazzo et Roland Romeyer de vendre l’ASSE. Ce dernier a confirmé vendredi cette nécessité d’une vente afin de donner un nouveau souffle aux Verts.

« Aujourd’hui, le club appartient à deux clowns (sic) qui n’ont pas les moyens financiers pour se battre avec les plus grosses équipes du championnat: Paris, Monaco, Nice, Rennes…, a lâché le président du directoire de l’AS Saint-Etienne auprès du journal Le Progrès. Le club est en bon état de marche. »

Romeyer: « Pas aller plus haut que la 10e place »

Entre colère des supporters et contre-performances sportives, le dirigeant le concède volontiers: lui et son associé n’ont plus les moyens d’assurer la compétitivité du club stéphanois dans l’élite. Au-delà du quasi intouchable PSG, Saint-Etienne ne parvient plus à lutter avec les autres acteurs majeurs du championnat.

« On n’a pas une équipe pour être championne mais pas pour être dernière non plus, a encore reconnu Roland Romeyer. Tant que le club ne sera pas vendu, on ne pourra pas aller plus haut que la 10e place. »

Personne pour « pérenniser le club »

En vente depuis plusieurs mois, le club du Forez n’a pourtant toujours pas trouvé preneur. La faute, selon le dirigeant, à un manque de stabilité financière des éventuels repreneurs. Aucun des repreneurs potentiels n’a réussi à convaincre le cabinet KMPG, chargé d’évaluer les dossiers de rachat. Y compris pour les candidats les plus médiatisés parmi lesquels on a retrouvé un prince du Cambodge, Norodom Ravichak.

« Le problème, ce n’est absolument pas combien on va revendre nos parts. Je n’en fais pas une histoire d’argent. C’est un problème de succession. Ce qui est important c’est de trouver quelqu’un capable de pérenniser le club, a froidement analysé Roland Romeyer. Pour le moment, il n’y a personne. Malheureusement personne. J’ai eu des réunions avec des candidats à Saint-Etienne, à Paris, en Suisse… Mais quand c’est le moment de tout mettre sur la table et de fournir les éléments tangibles à KPMG, personne ne l’a fait. Actuellement, personne n’a rempli toutes les cases. »



Source link
rmcsport.bfmtv.com #club #appartient #deux #clowns #Romeyer #admet #quil #peut #pas #rivaliser

Auteur

Pied droit en or, pas de grigri, pas de chichi, un crochet une frappe et nous fermons le jeu, catenaccio :)