Le PSG a rendez-vous avec l’histoire. Demain soir, le club de la capitale inaugure le premier des deux duels franco-allemands des demi-finales de Ligue des Champions. Avant cet affrontement inédit face au RB Leipzig (à suivre en live commenté sur notre site), puis le lendemain entre l’OL et le Bayern Munich, nous dressons le bilan parisien face aux équipes d’outre-Rhin. Faut-il y voir quelque chose de positif ? Sur un total de 17 rencontres, les Franciliens sont sortis 10 fois vainqueurs de leurs confrontations directes (pour 2 nuls et 5 revers). On peut aussi voir le verre à moitié vide. Car ce bilan débute lors de la saison 1994/1995 avec deux succès contre le Bayern Munich en phase de poules de Ligue des Champions. Mais cette saison-là, le PSG s’était arrêté en demi-finale de la C1. Jusqu’à aujourd’hui, c’était encore la seule fois que le club avait atteint ce niveau de compétition. Bis repetita ?

La suite après cette publicité

Il faut bien le dire et ce n’est pas une surprise, l’essentiel de ces confrontations a eu lien face au Bayern (8 sur 17). Tout a bien commencé contre le Rekordmeister avec ces deux succès, le premier 2-0 en septembre 1994 avec des buts signés Weah et Bravo. Déjà un poison pour la défense bavaroise, le Libérien sera l’auteur d’un but mythique à l’Olympiastadion deux mois plus tard. Après un relais avec Pascal Nouma, le Ballon d’Or 95 passe en revue 4 défenseurs avant d’envoyer le cuir dans la lucarne d’un Oliver Kahn médusé. Le PSG s’impose 1-0. Les deux équipes se retrouvent trois ans plus tard, toujours en phase de groupe de Ligue des Champions. À Munich, Paris se saborde avec la prestation du malheureux Christophe Revault. Le cauchemar commence dès la 4e minute avec l’ouverture du score d’Elber puis c’est la catastrophe pour le gardien, terriblement coupable sur le deuxième et troisième but, inefficace sur le quatrième et le cinquième. Le PSG repart de Bavière avec une cinglante défaite 5-1 dans la musette. La carrière de Revault ne s’en remettra jamais malgré sa présence sur le terrain deux semaines plus tard au Parc des Princes et une revanche 3-1.

Le bilan est positif pour le PSG

En 2000 cette fois, et toujours en phase de groupes, le PSG l’emporte chez lui 1-0 grâce à Laurent Leroy dans les arrêts de jeu. Trois semaines après, le Bayern inverse la tendance et gagne 2-0 sur des buts de Salihamidžić et Paulo Sérgio. Les années sombres des Parisiens arrivent et il faut attendre 2008 pour retrouver la trace d’un nouveau duel face à une équipe allemande. Cette année là, une défaite 3-1 en poules à Schalke (but de Chantôme) ne contrarie pas la qualification des hommes de Paul Le Guen, qui battent même Wolfsbourg (5-1 en scores cumulés) en 16e de finale de Coupe UEFA. À l’automne 2010, le PSG tient en respect le Borussia Dortmund de Jürgen Klopp en phase de poules de ce que l’on nomme désormais Ligue Europa (0-0 à Paris, 1-1 en Allemagne avec un but de… Chantôme).

C’est alors que le PSG entre dans une nouvelle ère avec l’arrivée de QSI à la tête du club. Désormais c’est la Ligue des Champions qui est visée. En 2014, pour sa seconde participation à la C1 depuis l’arrivée des nouveaux propriétaires, la formation rouge et bleu ne fait qu’une bouchée du Bayer Leverkusen. À l’aller, un succès 4-0 de l’autre côté du Rhin scelle déjà l’issue de cette double confrontation, qui se terminera par une autre victoire 2-1 au Parc avec le but d’un certain Marquinhos, déjà. En 2017, ce sont les retrouvailles avec le Bayern Munich en phase de poules, et Carlo Ancelotti. Malheureusement pour l’ancien entraîneur parisien, il sera victime du réalisme de son ancienne équipe. Cette défaite 3-0 lui coûtera son poste dès le lendemain. C’est aussi le premier grand succès de l’époque Neymar-Mbappé. Le retour sera beaucoup plus douloureux pour le PSG avec une défaite logique 3-1, alors que Jupp Heynckes a repris en main le géant bavarois. Enfin, on arrive à 2020, et ce 8e de finale contre le BvB. Secoués dans tous les sens à Dortmund, les Franciliens s’en sortent plutôt bien avec une défaite 2-1, ce qui leur permettra de faire le retard au retour. Dans un Parc des Princes vide en cette période de pré-confinement, Neymar et Bernat offrent la qualification à ce que l’on n’appelait pas encore le Final 8.

Source de l’article, Maxime Barbaud 2020-08-17 16:00:49

Déjà 302 000 dans de Foot inscrits
Recevez par email chaque semaine au choix les actualités, les résultats, les meilleurs articles et les pronostics sélectionnés par le Dr Socrates.
Tir Au But !
close-link