C’est ce qui fait son charme, et sa dureté, aussi. La Ligue des champions est une compétition que l’on peut attendre pendant des années, pendant des décennies même, en ce qui concerne le Stade Rennais, et qui peut s’envoler en quelques semaines. Un mois seulement après son premier match de C1 contre Krasnodar, le club breton a enregistré un nouveau revers face au Chelsea d’Olivier Giroud ce mardi soir (1-2), le troisième en quatre journées, qui officialise, déjà, son élimination. Les Blues, eux, sont qualifiés, tout comme le FC Séville.

Bien sûr, la saison européenne de la formation rouge et noire n’est pas encore terminée. Il lui reste deux matchs de poule à disputer, dont une petite “finale” contre Krasnodar – qui a perdu contre Séville (1-2) – pour la troisième place, qui pourrait l’envoyer en Ligue Europa. Mais la suite de l’aventure n’aura sans doute pas la même saveur.

>> Abonnez-vous à RMC Sport et profitez de la Ligue des champions

Une première demi-heure mal gérée

Largement battu par Chelsea lors du match aller (3-0), Rennes avait pourtant signé à Londres une performance très honorable, avant de se voir plomber par des décisions arbitrales contestables. Cette fois, il pourra regretter sa passivité en début de match, et son relâchement dans les dernières minutes.

Le premier point lui a valu une grosse frayeur sur un loupé de Timo Werner (4e), puis un but d’Hudson-Odoi à la 22e (1-0), sur un contre mené à 100 à l’heure après une perte de balle de Doku. Le deuxième lui a coûté le nul. Alors qu’il venait d’égaliser grâce à Guirassy sur corner (1-1, 85e), Rennes a vu Giroud profiter d’un nouveau raté de Werner pour s’élever plus haut que tout le monde, et tuer le match (2-1, 90e+1).

C’est dommage, regrettable même, car entre ces deux phases de jeu, le Stade Rennais a montré un bien meilleur visage. En fin de première période, Léa-Siliki (32e) et surtout Guirassy (40e) avaient gâché deux belles occasions en quelques minutes, avant que Da Silva ne bute lui sur Mendy (42e), également auteur d’une belle parade réflexe sur une tête de Nyamsi (74e).

Nyamsi, la bonne surprise

Qu’a-t-il manqué à Rennes? Un peu de concentration et un peu d’expérience, donc. Mais il faut dire aussi que les attaquants alignés ce mardi (Guirassy compris) ont montré trop de lacunes techniques pour espérer un succès. Eduardo Camavinga, qui avait manqué les deux dernières rencontres de C1, n’a pas eu non plus l’apport espéré. Le jeune milieu a même eu tendance à trop porter le ballon, et donc à ralentir le jeu. Mais d’autres ont marqué des points.

On pense à Hamari Traoré, à l’activité débordante dans le couloir droit, mais aussi à Gerzino Nyamsi, titularisé en défense centrale en l’absence d’Aguerd et Rugani alors qu’il n’avait plus joué depuis le 24 janvier dernier. Non seulement le défenseur a été solide dans son camp, à l’exception peut-être de ce duel aérien perdu face à Giroud, mais il aurait pu marquer sur corner. Julien Stéphan, qui avait ouvert le parapluie avant la rencontre en prévenant qu’il ne faudrait pas faire d’une défaite un “drame”, voudra probablement s’en servir pour repartir de l’avant.



Source de l’article, 2020-11-24 09:07:15

Déjà 302 000 dans de Foot inscrits
Recevez par email chaque semaine au choix les actualités, les résultats, les meilleurs articles et les pronostics sélectionnés par le Dr Socrates.
Tir Au But !
close-link