Entré en jeu ce dimanche face à Auxerre (5-0), Hugo Ekitike a inscrit son premier but avec le PSG. L’ancien Rémois a eu droit à un petit bizutage de la part de ses coéquipiers.

La délivrance pour Hugo Ekitike. À la recherche de son premier but sous les couleurs du PSG, le jeune attaquant (20 ans) a inscrit le cinquième et dernier but parisien face à Auxerre ce dimanche au Parc des Princes (5-0) lors du dernier match avant la Coupe du monde. Entré en jeu à la 73e minute à la place de Neymar, l’ancien Rémois n’a pas mis longtemps pour s’illustrer, en donnant une passe décisive à Renato Sanches (81e) et en terminant le travail (84e) après une récupération haute dans les pieds de Julian Jeanvier, blessé sur l’action.

>> Revivez PSG-Auxerre (5-0)

Pour célébrer ce but, ses coéquipiers ne l’ont pas épargné en venant le bizuter au bord de la touche. Au sol, le numéro 44 est entouré des autres Parisiens, qui n’hésitent pas à lui donner quelques tapes amicales au niveau de la tête et dans le dos. « On charrie beaucoup, on chambre beaucoup avec les joueurs. Ils savent que j’étais à la recherche de mon premier but. Ça fait plaisir que tout le monde soit content. Je suis un joueur collectif, j’aime passer de bons moments avec les autres sur et en dehors du terrain », a confié le principal intéressé au micro de Prime Video.

Hugo Ekitike chambré par ses coéquipiers.
Hugo Ekitike chambré par ses coéquipiers. © Capture d’écran Prime Video

« Je n’ai pas lâché »

Tout sourire après la démonstration parisienne, Ekitike n’a pas manqué de savourer sa première réalisation avec le public du Parc des Princes au coup de sifflet final. Un soulagement pour l’ancien joueur du Stade de Reims, qui se contente de miettes depuis son arrivée (11 matchs, 257 minutes toutes compétitions confondues avant ce dimanche).

« Les moments de bas et de haut font partie d’une carrière. Quand tu es dans les bas, tu dois travailler et c’est ce que j’ai fait. Je n’ai pas lâché. Quand j’ai du temps de jeu, je montre au coach que je mérite ma place sur le terrain et je dois encore gagner d’autres choses ici. On doit s’adapter à ce que le coach a envie de faire, rappelle le jeune attaquant. Devant moi, j’ai quand même les trois meilleurs joueurs du monde. Il faut être patient et continuer à travailler. Il faut les observer. J’ai joué aujourd’hui et la semaine dernière, je continue à apprendre. »



Source link
rmcsport.bfmtv.com #célébration #passage #tabac #des #Parisiens #pour #premier #dEkitike

Auteur

Pied droit en or, pas de grigri, pas de chichi, un crochet une frappe et nous fermons le jeu, catenaccio :)