L’entraîneur nantais s’est montré satisfait de la vive réaction de certains joueurs après la défaite contre Nice (1-2). La preuve d’une prise de conscience avant le derby contre Rennes, dimanche, lors de la 32e journée de Ligue 1.

Connu pour ses coups de gueule retentissants, Antoine Kombouaré peine à imposer son style sur le groupe de Nantes. Avant-dernier de Ligue 1 avant un déplacement à Rennes ce dimanche, le technicien a salué le sursaut d’orgueil de son groupe ces derniers jours. Au cœur d’une altercation avec Nicolas Pallois dans le vestiaire après la défaite contre Nice (1-2), l’entraîneur des Canaris a apprécié cet échange.

“Des tensions? Si vous appelez ça des tensions, oui. Mais c’est la vie d’un vestiaire, a expliqué le coach kanak lors de son passage en conférence de presse ce vendredi. On est aujourd’hui dix-neuvièmes donc il y a beaucoup de frustration et de déception. Mais j’aime bien moi.”

Kombouaré: “Il fallait que cela sorte”

Après une belle victoire au Parc des Princes face au PSG (1-2), Nantes n’a pas été capable d’enchaîner. Rejoint de justesse contre Lorient sur un coup-franc merveilleux d’Armand Laurienté (1-1), les Canaris se sont ensuite mis en difficulté contre Nice. Mais le sursaut d’orgueil dans le vestiaire a convaincu l’entraîneur d’y croire pour la mission maintien.

“Vous appelez cela des tensions mais moi j’y vois un groupe qui vit. C’est bien, de temps en temps, que le ton monte et que cela se frictionne un tout petit peu plus que d’habitude. C’est la vie d’un groupe et heureusement, a encore estimé Antoine Kombouaré. Cela veut dire qu’ils ne sont pas contents. Il y a des choses qui sortent enfin. Pour moi il fallait que cela sorte et là c’était le moment.”

Un derby pour se relancer

Reste désormais à voir les effets de cette prise de conscience sur le terrain. Dimanche (13h), le voyage à Rennes offrira un surplus de motivation avec un derby breton. Avec un point de retard sur Nîmes, barragiste, et déjà à quatre longueurs de Lorient, premier non-relégable, Nantes a besoin de points et de retrouver une force collective.

“Ce qui est important, surtout, c’est de voir ce qu’il va se passer dimanche contre Rennes, a enfin prévenu l’entraîneur nantais. […] Dans toutes les équipes, quand vous êtes en difficulté et que vous faites un mauvais parcours, que vous ne gagnez pas et que vous êtes au fond du classement, souvent c’est ce que l’on met en avant: un groupe où il n’y a pas de leaders, de caractère ou de tempérament.”

Et de conclure: “J’aimé la réaction, c’est bien. Je les ai bousculés un peu et il y a eu du répondant en face. On va voir dimanche.”

JGL avec Pierre-Yves Leroux

Source de l’article, 2021-04-09 13:19:53