La suite après cette publicité

Après des semaines d’incertitudes et l’intérim de Nasser Larguet, Jorge Sampaoli a enfin débarqué à Marseille. Obligé d’observer une septaine d’isolement, l’Argentin a pu être officiellement présenté à la presse. Les médias s’étaient d’ailleurs déplacés en masse dans l’auditorium de l’Orange Vélodrome pour écouter les premiers mots de l’ancien coach de l’Atlético Mineiro. Précédé par une réputation de technicien offensif dans le jeu et volcanique en termes de caractère, Sampaoli a été énormément questionné sur ses projets pour l’OM. Et logiquement, le Sud-Américain n’a pas annoncé de révolution. A peine arrivé sur la Canebière, le nouvel homme fort du peuple olympien est encore en phase d’observation, même si de premières décisions ne devraient pas tarder.

« On va continuer à évaluer l’effectif à court terme pour prendre des décisions à moyen et long terme. Le jeu avec une philosophie qui consiste à se tourner davantage sur le but adverse que le nôtre. (…) A court terme, c’est tenter d’avoir une idée footballistique. Au-delà de la crise, il faut essayer de revenir au fondamentaux : le rythme, l’envie. Que chaque joueur sache sache qu’il a la chance de jouer sous ce maillot. On a proposé des outils pour ça », a-t-il indiqué, avant d’expliquer un peu plus ses attentes vis-à-vis de la bande à Dimitri Payet. « On devra convaincre ce groupe que l’idée pour ce projet c’est d’être compétitif peu importe où l’équipe joue, dans tous les domaines. Pour moi, le jeu est en relation avec l’attaque. Peu à peu, on fera pour que les joueurs adhèrent à cette idée. Certains s’adaptent rapidement, pour d’autres c’est plus difficile, et certains n’y arriveront pas. C’est notre mission de séduire avec une idée différente. Il faut essayer de redorer le blason du club ».

Bien conscient de la crise sportive et institutionnelle qu’a traversée l’OM, Sampaoli s’est donc fixé un premier objectif à court terme : tout faire pour redonner une image acceptable au club phocéen. « C’est un défi, pas un risque. Quand je suis arrivé au Brésil, la langue n’était pas l’espagnol que je connaissais. On a commencé à parler football avec les joueurs. L’apprentissage de la langue n’est pas un obstacle à court terme. Le plus difficile c’est d’instaurer un langage footballistique. Il faut une union avec les joueurs et les supporters. Il faut que ce soit un passion contagieuse. (…) J’essaierai, à ma manière, de changer les choses avec des modifications rapides. Il y a des idoles qu’il est impossible à imiter. Je n’ai pas aucun intérêt à ce qu’on se rappelle de moi à long terme, je viens pour un projet ancré dans le présent. Mon but, c’est de sortir le club de cette situation, de donner du plaisir aux supporters à court terme ».

Sampaoli veut l’union sacrée

Si les supporters marseillais ne diront pas le contraire, ils attendent surtout de voir si la réputation des équipes entraînées par Sampaoli peut également se vérifier à Marseille. En effet, s’il ne reste jamais très longtemps au sein du club où il officie, l’Argentin est presque toujours encensé pour son football offensif, où ses joueurs fournissent de gros efforts. Bref, un homme qui sait transcender ses équipes. Souvent critiqué pour son côté apathique, l’OM se métamorphosera-t-il ? « Cette notion de rébellion, on va l’utiliser pour sortir de cette situation. Il m’est souvent arrivé de faire face à ce type de situation. Je compte montrer ma sincérité pour faire changer les choses. C’est un travail qui se fait minute par minute. Je compte faire ressentir à mes joueurs ma philosophie et que les joueurs ressentent ce que les supporters ressentent pour ce maillot. Ce maillot doit nous unir, nous rassembler. C’est une valeur qui est un peu oubliée dans le football actuel. Jouer pour le maillot et gagner, c’est ce qui nous rassemble. C’est le message que l’équipe va entendre de ma part. Savourer le jeu et la victoire. Gagner sera une obligation. »

Pour ce qui est du schéma de jeu, Sampaoli n’a pas voulu dévoiler une organisation précise. En revanche, pour ce qui est des objectifs de fin de saison, il a clairement indiqué que la course à l’Europe n’était pas terminée (Marseille est 8e, à 5 points de la 5e place). « Nous sommes ici à analyser les changements possibles de système pour optimiser les capacités de joueurs dans les zones où ils se serrent plus à l’aise. Après, si mathématiquement on a la possibilité de se qualifier en coupe d’Europe on fera tout pour y parvenir. Maintenant il, s’agit d’optimiser chaque match pour rendre possible cette participation à une coupe d’Europe. (…) Le système sera lié aux adversaires selon les situations qui se présenteront à nous au niveau défensif et offensif, mais aussi aux atouts dont on dispose au club. Le schéma tactique aura beaucoup à voir avec les caractéristiques de joueurs. Pour ce qui est du style, ça ne m’appartient pas. Je vais essayer d’apporter cette possibilité de mettre les joueurs dans une position où ils seront heureux, afin de pouvoir être supérieur à l’adversaire dès le début. » Après ces paroles, place maintenant aux actes !

Footmercato