Il ne lâche rien ! Depuis le 28 avril dernier et les annonces successives du Premier ministre français, Edouard Philippe, et du président de la FFF, Noël Le Graet, que les championnats de Ligue 1 et Ligue 2 étaient définitivement arrêtés, Jean-Michel Aulas ne décolère pas. Condamné à se contenter de la 7e place de Ligue 1, et donc de regarder la Coupe d’Europe (Ligue des champions et Ligue Europa) à la télévision la saison prochaine, l’OL, par la voix de son président, fait des pieds et des mains, afin de faire revenir les instances du foot français sur leur décision. Pour l’instant, rien n’y a fait. Alors Aulas a décidé d’aller plus loin et de directement interpellé les plus hautes sphères de l’État.

La suite après cette publicité

Après avoir saisi le tribunal administratif de Paris afin de contester l’arrêt du championnat puis le calcul mis en place afin de déterminer le classement (il a été rejeté vendredi), l’Olympique Lyonnais a annoncé avoir saisi le Conseil d’État. Celui-ci doit statuer prochainement sur cette décision. Mais aujourd’hui, Aulas a continué de dénoncer ce qu’il considère comme une injustice. Il a en effet adressé une lettre de 5 pages à la Minstre des Sports Roxana Maracineanu ainsi qu’au Premier ministre Edouard Philippe. Celle-ci demande explicitement à ce que le gouvernement et les instances du foot français reviennent sur leur décision d’arrêter la Ligue 1 et donne le feu vert à une reprise des entraînements le 2 juin.

Aulas persiste et signe

Le but serait de faire retrouver une condition physique aux joueurs de l’élite et d’envisager une reprise de la saison 2019-2020 en juillet et en août. Pour cela, Jean-Michel Aulas multiplie les arguments dans sa lettre. Le boss lyonnais découpe celle-ci en deux. Une première qui récapitule les événements qui ont conduit à l’arrêt des championnats professionnels et qui découle du 21 avril au 1er mai. Puis une seconde qui fait aussi la part belle à une chronologie récapitulative, mais qui se concentre sur ce qui s’est passé depuis le 1er mai. On y trouve notamment les propos du journaliste du Parisien Dominique Séverac ou de son confrère de L’Équipe, Vincent Duluc, qui sont venus expliquer il y a quelques jours que la décision eût été prise par le gouvernement sous le forcing de quelques présidents de Ligue 1 (Marseille et Nice pour ne pas les citer) réclamant l’arrêt du championnat à la 28e journée.

Ce qui permettait de voir l’OL hors des places européennes. Sous ses allusions de complot, la lettre comprend aussi les récentes déclarations de plusieurs acteurs du football français qui ne comprennent pas cette décision d’arrêter aussi vite, alors que les autres championnats reprennent. Enfin, une enquête de Médiapart montrant que l’arrêt de la Ligue 1 place les clubs dans une situation difficile économiquement est aussi mentionnée. JMA insiste donc : «les informations données par le football français au Gouvernement ne sont pas conformes aux préconisations de l’UEFA : il n’y avait pas de date limite pour finir les championnats contrairement à ce qui a été dit et répété par les dirigeants aux plus hautes autorités. Certains Présidents de club directement favorisés par un arrêt du championnat rejettent la responsabilité de l’arrêt sur le Gouvernement (tantôt le Premier ministre, tantôt le Président de la République).»

Une proposition de reprise en juillet

Il lance donc un appel à la ministre des Sports et au Premier ministre afin de relancer le football en France à partir du 2 juin. «Pourrions-nous imaginer que le 2 juin soit aussi une opportunité formidable de rectifier l’erreur concernant le football français et de permettre, avec un protocole sanitaire utilisé partout, de donner le point de départ d’une reprise progressive des entraînements (en juin) et, pourquoi pas, d’une reprise des championnats de la saison 2019/2020 sur les mois de juillet ou août comme l’a suggéré précisément l’UEFA dès le 21 avril dernier et depuis confirmé par Aleksander Ceferin par courrier le 14 mai ?»

Ce nouvel appel du pied de Jean-Michel Aulas va-t-il porter ses fruits ? En tout cas, le patron de l’OL fait tout pour essayer de convaincre le plus grand nombre que la décision d’arrêter la Ligue 1 et la Ligue 2 est injuste sur un plan sportif, mais aussi dangereuse sur un plan économique. Alors que tous les grands championnats européens (Allemagne, Espagne, Portugal et bientôt Italie et sans doute Angleterre) vont reprendre ou ont repris leurs droits depuis quelques semaines, la France, sous la pression d’Aulas, peut-elle faire marche arrière ? Edouard Philippe et Roxana Maracineanu sont directement interpellés. À eux de répondre désormais.



Source de l’article, Kevin Saccani 2020-05-25 17:49:25

Déjà 302 000 dans de Foot inscrits
Recevez par email chaque semaine au choix les actualités, les résultats, les meilleurs articles et les pronostics sélectionnés par le Dr Socrates.
Tir Au But !
close-link