Le LOSC a laissé échapper sa première victoire de la saison en championnat, samedi soir face à l’AS Saint-Étienne (1-1). Burak Yilmaz avait pourtant su ouvrir le score en première période (38e), mais Saidou Sow a ruiné les espoirs lillois en fin de match (85e).

Non seulement le champion de France n’y arrive toujours pas, mais il nourrit des regrets. À cause d’un but de Saidou Sow encaissé à cinq minutes de la fin du temps réglementaire, à Geoffroy-Guichard, le Losc a concédé samedi soir le nul 1-1 face à l’AS Saint-Étienne. Il n’a donc toujours pas renoué la victoire et ne compte que deux petits points après trois journées de Ligue 1. Compte tenu du scénario de la rencontre, les Verts peuvent assurément se satisfaire du résultat. Mais eux aussi courent toujours après un premier succès.

Ce match a longtemps semblé être typique de ceux qui basculent définitivement en faveur de la première équipe à trouver la faille. Or, c’est le Losc qui a tiré son épingle du jeu en premier. Et qui d’autre que le joueur symbole du titre de l’an passée pour sonner la révolte. Burak Yilmaz a ainsi su faire preuve d’opportunisme pour ouvrir le score (38e). Mais ce but peut aussi être perçu comme une offrande de Denis Bouanga, coupable d’une perte de balle dans une phase de relance.

David avait la balle du 2-0

Les Lillois n’étaient pourtant pas dominateurs en première période. Les Verts de Claude Puel, bien entrés dans le match, étaient clairement au-dessus pour créer du danger. Pour autant, Ivo Grbic, le nouveau gardien du Losc, n’a eu aucun tir cadré à appréhender durant la première heure. Wahbi Khazri s’est pourtant beaucoup montré. Mais à son image, l’attaque stéphanoise a souffert de beaucoup trop de déchets dans les derniers mètres.

Le but a donc été d’autant plus bénéfique pour le Losc qui, en plus de prendre les devants, a fini par prendre le jeu à son compte. Ce fut ainsi une soirée peu évidente pour le jeune gardien Etienne Green, qui s’est tout de même distingué par une remarquable sortie loin de ses cages et une intervention rugueuse mais indispensable sur Yilmaz en fin de match. Mais si Jonathan David n’avait pas glissé à la 79e minute, le portier stéphanois aurait sans doute fini avec deux buts encaissés… et la défaite.

De quoi rendre le coup de casque de Saidou Sow, sur un corner d’Arnaud Nordin, encore plus cruel pour Lille. Une semaine après l’humiliation 4-0 à domicile contre Nice, les hommes de Jocelyn Gourvennec sont toujours dans le doute. Une victoire s’annonce désormais impérative contre Montpellier, le 29 août, pour ne pas sombrer dans une crise qu’il faudra ensuite affronter durant toute la trêve internationale.



Source link
rmcsport.bfmtv.com #encore #une #désillusion #pour #Lille #privé #dune #première #victoire #par #SaintEtienne

Auteur

Pied droit en or, pas de grigri, pas de chichi, un crochet une frappe et nous fermons le jeu, catenaccio :)