Des titres en pagaille….

En deux saisons complètes sur le banc parisien, Thomas Tuchel a bien garni son palmarès d’entraîneur. Sur la scène nationale, le coach allemand a soulevé six des huit trophées auxquels le PSG aurait pu prétendre: deux Ligues 1 (2019, 2020), deux Trophées des Champions (2018, 2019), une Coupe de France (2020) et une Coupe de la Ligue (2020).

En championnat, l’ex-entraîneur de Dortmund a impressionné en menant son groupe vers une saison à 91 points en 2018-2019, tout près du record établi lors de la dernière année de Laurent Blanc à Paris (96 points en 2015-2016).

Le titre attribué au PSG en 2020 après l’arrêt de la saison suite à la pandémie de Covid-19 ne souffrait d’aucune contestation. Tuchel et ses hommes avaient écarté toute concurrence et filaient vers une nouvelle saison au-dessus de la barre 90 points.

Au crédit de l’Allemand également, le superbe parcours du PSG lors de la dernière Ligue des champions: une révolte en huitièmes de finale retour face à Dortmund (2-0) puis deux victoires au Final 8 de Lisbonne pour se hisser en finale face au Bayern. La Ligue des champions n’est pas revenue en France mais Tuchel est devenu le seul coach de l’ère qatarie à franchir le cap des quarts de finale.

À en croire son interview polémique cette semaine à la télévision allemande, Tuchel se sentait aussi sous-estimé dans ses résultats: “On a le sentiment que la reconnaissance – particulièrement en Championnat – n’est pas la même qu’au Bayern par exemple. Cela manque un peu. On dit toujours: “Ils ont Di Maria, Mbappé et Neymar. C’est normal qu’ils gagnent à Bordeaux, ce n’est pas un exploit”, disait-il.

….et de gros couacs

Pendant deux ans et demi, la température a régulièrement chauffé sous le siège de Thomas Tuchel, avec plusieurs couacs dans son aventure au PSG. L’ex-coach de Dortmund est passé tout près de la porte après l’inexplicable sortie de ses hommes en huitièmes de finale de la Ligue des champions face à Manchester United en février 2019.

Quelques mois plus tard, son Paris-Saint-Germain a connu la pire défaite de l’ère QSI sur la pelouse du LOSC (1-5) dans une fin de saison où le club de la capitale a parfois donné l’impression d’être en roue libre. La finale de la Coupe de France perdue quelques semaines plus tard face à Rennes (2-2, 4-5 t.a.b) est un autre accroc au bilan de l’Allemand, qui disposait pourtant de Neymar et Kylian Mbappé.

Le début de saison très difficile en septembre, avec deux défaites à Lens et face à l’OM dans le Classique, a aussi recommencé à fragiliser la position du coach allemand, qui affichait un discours satisfait étonnant après le match face aux Phocéens (0-1): “Je n’aime pas le résultat, mais on a fait un grand match, une grande performance”.

Une relation irrégulière avec le vestiaire

Dans le vestiaire, Tuchel a cherché à tisser ses relations avec Neymar et les stars parisiennes, avec un certain succès. “C’est quelqu’un de très tranquille mais qui demande beaucoup, il cherche toujours le meilleur pour l’équipe et pour chaque joueur. Il est affectueux mais il sait tirer les oreilles quand il le faut”, saluait par exemple Neymar en janvier 2019.

Thiago Silva l’a également cité parmi ses trois entraîneurs préférés et ceux qui l’ont le plus inspiré. “C’est malheureux pour le coach, dont je suis très proche. Je continue à lui envoyer des messages parfois parce que c’est un mec extraordinaire mais il ne passe pas un bon moment”, racontait “O Monstro” en novembre.

Mais ces dernières semaines, la situation semblait s’être détériorée entre l’Allemand et son vestiaire, circonspect devant l’utilisation de Danilo Pereira en défense et le 3-5-2 lancé face à Leipzig (1-0) dans un match fatidique en Ligue des champions.

“Personne n’avait travaillé ce système. On ne l’avait jamais vu. Danilo redescend en défense. Tout le monde était perdu. Le ballon ne ressortait plus”, taclait un proche du vestiaire.

L’entraîneur allemand ne ménageait plus son groupe devant la presse à l’image de ses déclarations tranchantes après le match nul contre Bordeaux (2-2): “On a manqué de tout en deuxième période: discipline, effort… tout, s’était emporté Tuchel. Normalement je protège toujours mon équipe mais aujourd’hui, je ne suis absolument pas d’accord.”

Thomas Tuchel à Paris (2018-2020): 127 matches pour 96 victoires, 11 nuls et 20 défaites. 348 buts marqués (2,74 buts/match) pour 114 encaissés (0,89).



Source de l’article, 2020-12-24 12:28:45

Déjà 302 000 dans de Foot inscrits
Recevez par email chaque semaine au choix les actualités, les résultats, les meilleurs articles et les pronostics sélectionnés par le Dr Socrates.
Tir Au But !
close-link