Un ancien prisonnier aux commandes du cinquième de la première division écossaise. David Martindale a vu mardi sa nomination comme entraîneur du Livingstone FC être validée par la fédération écossaise de football (SFA). En fonction depuis novembre dernier, d’abord comme intérimaire, l’homme de 46 ans a bien failli être recalé à cause de son passé de trafiquant de cocaïne condamné à six ans et demi de prison.

Pas assez talentueux pour que ses années de footballeur junior l’emmènent vers le monde professionnel, David Martindale s’était autrefois lancé dans la restauration au début des années 2000. Mais à cause notamment de l’incendie d’un de ses établissements, son business s’est fragilisé.

“J’ai grandi dans des HLM, raconte-t-il dans The Guardian. Vous aspirez à être le type qui conduit une BMW ou une Range Rover, pas le type qui va et vient constamment au travail et qui lutte pour payer son loyer.”

Piégé par la police

Il s’engage alors sur le chemin du commerce illégal, en s’associant à un certain Alex Donnelly, considéré comme un des plus importants dealers d’Écosse. Avec ce trafic, en 2003 et en 2004, David Martindale empoche 275.000 livres sterling (311.000 euros environ). Lors d’une vaste opération menée avec son comparse, il se retrouve même avec un chargement de 325.000 £ (368.000 €) de cocaïne. Sauf que la police était dans le coup.

La sentence tombe: la BBC se fait l’écho en novembre 2006 d’une peine de 10 ans de prison pour Alexander Donnelly. Six ans et demi sont prononcés contre David Martindale, qui a plaidé coupable, après que le juge a constaté qu’il avait un rôle logistique et qu’un appartement avait été aménagé à Glasgow pour couper la poudre. “Se tenir devant le tribunal, savoir que vous êtes à la merci du juge et qu’il tient l’avenir entre ses mains est une expérience que je ne répéterai jamais”, promettra-t-il plus tard.

De retour dans le foot en posant des plots

Il retrouve sa liberté au bout de quatre ans, grâce notamment à un diplôme qu’il passe à l’université dans le BTP. Mais ses accointances avec le football le rattrapent vite et finissent en 2014 par l’amener à être bénévole pour le Livingston FC. Dans un premier temps simple assistant pour “poser les plots et récupérer les ballons”, il finit par devenir l’adjoint d’un premier entraîneur par un concours de circonstances. Un deuxième coach arrive et le conserve dans son staff. 

Alors quand celui-ci, Gary Holt, démissionne en novembre dernier, la direction finit par confier le poste d’entraîneur intérimaire à David Martindale. Les résultats sont excellents. Après quatre victoires consécutives, le club le confirme et il enchaîne sur quatre autres succès, avant deux nuls de suite contre le Celtic. 

Mais cette improbable trajectoire fait grincer des dents. “C’est irresponsable pour un club d’agir ainsi”, a fulminé l’ancien directeur de la brigade antidrogue du pays. “Une personne qui donne un si mauvais exemple ne devrait pas avoir la possibilité de travailler avec les jeunes”, a-t-il renchéri, comme l’a relaté le Sunday Post

La fédération a donc fini par clore le débat, en validant définitivement l’arrivée de David Martindale. “Nous pensons que c’est la bonne issue et que cela envoie un message positif à toute la société”, s’est satisfait le club. L’intéressé s’est lui aussi félicité dans un long message plein de remerciements: “Je pense que cela montre qu’il existe des opportunités pour ceux qui se sont sentis auparavant exclus. Ces opportunités existent et peuvent changer votre vie, car il existe des employeurs qui peuvent vous considérer comme un élément positif”. 



Source de l’article, 2021-01-27 05:50:10