L’époque où le FC Barcelone marchait sur l’Espagne et l’Europe semble aujourd’hui bien loin. Aux déroutes subies ces dernières années face à la Roma et Liverpool en Ligue des champions est venue s’ajouter vendredi une déroute historique contre le Bayern Munich (8-2) en quart de finale de la plus prestigieuse des compétitions européennes. 

Au terme d’une saison déjà chaotique sur le terrain et en coulisses, les Catalans ont été humiliés par l’ogre bavarois, prenant l’eau de toute part. Forcément, une telle humiliation ne devrait pas rester sans conséquence.

L’adversaire de Bartomeu veut faire venir Xavi

Dès le coup de sifflet final, Gerard Piqué a signé une sortie coup de poing pour appeler à repartir d’une feuille blanche. Tout simplement. “C’est très dur, j’espère que cela servira à quelque chose, à ce qu’on réfléchisse tous”, a-t-il réclamé. Josep Maria Bartomeu a lui promis dans la foulée que des “décisions seront annoncées” prochainement.

Le temps presse, tant les supporters ont aujourd’hui perdu toute patience. Nombre d’entre eux rêvent d’une première chose: le départ de Bartomeu. Sous pression, le président blaugrana pourrait annoncer des élections anticipées dans les prochains jours selon le quotidien Mundo Deportivo. Initialement attendues en juin, elles devraient avoir lieu dès mars ou avril. Et acter la chute de Bartomeu.

Arrivé aux commandes du club en 2014 après la démission de Sandro Rosell et conforté dans ses fonctions l’année suivante par le vote des socios (54,63% des suffrages contre 33,03% pour Joan Laporta), il connaît déjà l’un de ses adversaires: Victor Font. L’homme d’affaires espagnol – qui a demandé vendredi soir sur Twitter la démission de Bartomeu – ambitionne notamment de nommer un certain Xavi comme entraîneur en cas de victoire aux élections.

“Il sera la pierre angulaire de notre projet sportif pour les dix prochaines années”, a-t-il récemment déclaré. Favori pour prendre la succession d’Ernesto Valverde en début d’année, Xavi avait préféré décliner, estimant que cette offre arrivait trop tôt dans sa carrière. Sera-t-il prêt l’an prochain ? “Le plus grand rêve que j’ai maintenant est d’être l’entraîneur du Barça et de revenir au Barça pour réussir. Par conséquent, notre staff technique se prépare beaucoup et a très hâte”, a-t-il déclaré en juin dernier.

Bartomeu peut-il sauter avant les élections?

Mais d’ici les élections, qui s’installera sur le banc catalan? Pas Quique Setién a priori. Pour les médias espagnols, il est évident que l’ancien coach du Betis Séville va très bientôt prendre la porte. Les noms de Mauricio Pochettino et Laurent Blanc sont évoqués pour le remplacer. L’une des autres hypothèses avancées par la presse catalane concerne une arrivée plus tôt que prévu de Xavi.

Mais comme l’a expliqué Piqué, un changement d’entraîneur ne suffira pas à régler les maux de ce Barça. “Le club a besoin de changements. Et je ne parle pas au niveau de l’entraîneur ou des joueurs, mais structurellement, le club a besoin de changements de toutes sortes”, a-t-il insisté. Bartomeu peut bien sûr se sentir concerné par ces déclarations.

Ce dernier pourrait-il être poussé dehors avant même les élections? “Il peut rester jusqu’au bout de son mandat, analyse Fred Hermel, correspondant en Espagne pour RMC Sport. Le Barça, comme le Real ou Bilbao, sont des clubs qui n’ont pas d’actionnaires et appartiennent aux socios, c’est-à-dire aux membres de l’association. Ce sont les supporters qui élisent le président pour quatre ans. Des élections sont programmées pour juin-juillet, mais il peut y avoir une motion de censure. Comme au Parlement, si les deux tiers des socios votent, ils peuvent faire sauter la direction. Le problème, c’est qu’avec le Covid-19, pour réunir des gens pour le vote… mais je ne vois pas comment Bartomeu peut tenir le coup.” Les supporters se posent la même question.



Source de l’article, 2020-08-15 06:46:42

Déjà 302 000 dans de Foot inscrits
Recevez par email chaque semaine au choix les actualités, les résultats, les meilleurs articles et les pronostics sélectionnés par le Dr Socrates.
Tir Au But !
close-link