Comme annoncé il y a quelques jours dans l’After, le PSG emboîte le pas des autres clubs de Ligue 1. Selon L’Equipe, les dirigeants ont décidé de passer mercredi soir ses salariés sous le régime du chômage partiel ou technique en raison de la crise du coronavirus. Ils ont prévenu les membres du personnel mais demanderont d’abord l’avis des délégués du personnel et de l’administration. 

70% du salaire versé

Avec ce dispositif, le PSG pourra verser 70 % du salaire brut de ses employés et se faire rembourser par l’État, l’équivalent de 4,5 fois le SMIC. Une broutille au regard des salaires des joueurs que le club devra toujours assumer en grande partie. Le quotidien ne précise pas si Neymar, Mbappé and co seront compris dans cette mesure du club.

Selon le fonctionnement du chômage partiel, le club indemnise ses joueurs, ses secrétaires, ses kinés ou encore ses jardiniers à 70% de leur rémunération brute (environ 84% en net). Puis l’État le rembourse, dans la limite de 4.850 euros par salarié, selon un décret publié mercredi soir.

Le chômage partiel, comment ça marche?

Le gain direct est “significatif” concernant le personnel non-sportif, remarque Aymeric Hamon, avocat en droit social au cabinet Fidal, à l’AFP. Mais beaucoup moins pour les stars du ballon rond, car “l’employeur ne se fera rembourser qu’une part marginale de leur salaire réel”.

De fait, l’indemnisation versée par l’Etat au club ne représente qu’une infime partie du salaire brut mensuel d’un joueur. Pour autant, mettre les joueurs au chômage partiel permet d’alléger considérablement les finances des clubs, relèvent les spécialistes interrogés par l’AFP. En effet, l’allocation versée aux joueurs par le club “n’étant pas assimilée à du salaire, il va faire l’économie substantielle de toutes les charges sociales, salariales et patronales” (hormis la CSG et la CRDS) payées en temps normal, explique Aymeric Hamon.

Selon lui, certains pourraient même être tentés de compenser intégralement la rémunération des joueurs pour ne pas “s’aliéner” le vestiaire, leur plus précieux actif. La loi les y autorise. “En mettant le club au chômage partiel et en maintenant le salaire de ses sportifs professionnels, l’employeur va gagner entre 20 et 30% en moyenne. C’est énorme sur la masse salariale d’un club”, affirme l’avocat en droit social.



Source de l’article, 2020-03-26 02:02:07

Déjà 302 000 dans de Foot inscrits
Recevez par email chaque semaine au choix les actualités, les résultats, les meilleurs articles et les pronostics sélectionnés par le Dr Socrates.
Tir Au But !
close-link