Parti du PSG en 2020 pour franchir un cap au Bayern Munich, Tanguy Kouassi, aujourd’hui au Séville FC n’a pas pour autant oublié son club formateur. Dans un entretien accordé à L’Equipe, le défenseur dévoile les raisons l’ayant poussé à quitter le leader de la Ligue 1, tout en ne fermant pas la porte à un retour.

Pas si nombreux que ça sont les jeunes du PSG à avoir eu droit à plusieurs chances de figurer dans le onze de départ ou la rotation du club. Les exemples les plus connus étant Presnel Kimpembe, Adrien Rabiot, Christopher Nkunku et Moussa Diaby. Parmi eux, figurait aussi Tanguy Kouassi.

Lancé dans le grand bain par Thomas Tuchel, le défenseur a pu grappiller du temps de jeu en Ligue 1 lors de l’édition 2019-2020, et a même inscrit deux buts en six rencontres. Mais à la fin de la saison, Kouassi décide de ne pas prolonger son contrat et de filer au Bayern Munich. Dans un entretien accordé à L’Equipe, l’élément de 20 ans explique penser malgré tout à un retour dans son club formateur: « Pour un enfant parisien, c’est toujours un objectif. C’est à moi de progresser, d’atteindre un jour le niveau de Paris. »

Au vu de la récente blessure de Kimpembe et le peu de joueurs dans ce secteur, Kouassi aurait peut-être pu postuler à une place. Mais pour le principal intéressé, cela n’aurait sans doute pas été le cas: « Je ne sais pas si j’aurais été titulaire au PSG (…) Regardez la concurrence, avec Marquinhos, Sergio Ramos, Kimpembe et Danilo. »

« J’ai eu un appel avec le coach Tuchel »

Pour franchir ce fameux palier et progresser, Kouassi a fait le choix en 2020 du Bayern Munich. Et ce, malgré la volonté de Thomas Tuchel de le voir rester: « J’ai eu un appel avec le coach Tuchel. Ca m’a vraiment touché, il me demandait de rester. » S’il n’a pas beaucoup joué durant ces deux dernières années en Allemagne, le Français retire du bon de cette expérience et est convaincu d’en être sorti meilleur: « Je n’ai pas de regrets (…) Ca m’a forgé un mental et aujourd’hui, je suis prêt à toute situation. Le Bayern m’a fait grandir. Mentalement ça m’a aidé à me dire ! « Ok, rien n’est acquis. »

Devant la presse, son ancien coach Julian Nagelsmann n’hésitait pas à pointer les axes de progression à travailler pour Kouassi. Des conseils ayant servi à ce dernier qui à 20 ans, à encore le temps de les améliorer encore plus: « Il m’a appris à faire le moins d’erreurs possibles et rester concentré. Je prenais beaucoup de risques dans la relance. Il m’a appris à savoir quand le faire et pourquoi. »

Aujourd’hui en Espagne, l’international espoir a le temps de jeu qu’il recherchait. S’il a été titularisé lors des premières rencontres de Liga, il a tout de même débuté sur le banc de touche durant les deux dernières confrontations en championnat. Peut-être un signe qu’il doit encore s’adapter à son nouvel environnement.



Source link
rmcsport.bfmtv.com #Cest #toujours #objectif #Kouassi #pense #retour #Paris

Auteur

Pied droit en or, pas de grigri, pas de chichi, un crochet une frappe et nous fermons le jeu, catenaccio :)