Pour mesurer l’événement, une donnée: Liverpool n’avait jamais été titré en Premier League. La nouvelle version du championnat d’Angleterre date de 1992, le dernier sacre des Reds remontait à 1990. L’hérésie est désormais effacée, avec ce 19e trophée pour le club, validé ce jeudi par une défaite de Manchester City à Chelsea (2-1)… comme un résumé de la saison qui ne s’est pas encore achevée. 

“La seule chose que je me suis demandée en regardant le match (la victoire des Cityzens 5-0 face à Burnley lundi ndlr), c’est ‘comment est-ce possible que qui que ce soit ait 20 points d’avance sur cette équipe?’, s’étonnait mardi Jürgen Klopp, avant que ses Reds ne claquent un 4-0 face à Crystal Palace. C’est inimaginable. On a dû très bien faire quelques trucs.” En l’occurrence, ce sont même 23 points d’avance que les joueurs de Liverpool affichent ce jeudi soir sur le double champion en titre, qui ne fera pas la passe de trois.

Pour comprendre ce qu’il s’est réellement passer pour que la saison bascule d’un duel au sommet comme l’an dernier à une conquête en solitaire façon imperator, il faut revenir sur cette fin d’été 2019. Alors que l’automne se pointe, Liverpool a peut-être déjà conquis le titre. L’équipe ne s’en rendra compte que bien des mois plus tard, le passé douloureux récent du club dans sa conquête de la couronne lui ayant appris la prudence. 

Déjà huit points d’avance après huit journées

Dès la deuxième journée en fait, la fenêtre s’était ouverte. Le 17 août, lors de la deuxième journée, le champion en titre laisse déjà deux points à l’Etihad Stadium, lors d’un match nul contre Tottenham (2-2). Rien d’infamant certes, mais les signes d’une certaine usure des joueurs de Pep Guardiola est déjà palpable: deux fois menés, ils cèdent deux fois. Le coup de tonnerre vient le 14 septembre, avec une défaite chez le promu Norwich (3-2). “Effacé” par un 8-0 colossal contre Watford une semaine plus tard? Pas vraiment, compte tenu de cette défaite à domicile face à Wolverhampton (2-0) le 6 octobre.  

Au bout de huit journées seulement (!), Liverpool a déjà huit points d’avance sur son dauphin, ce club qui l’avait privé du sacre pour un point la saison précédente et qui lui avait même chipé le Community Shield aux tirs au but avant le coup d’envoi du championnat. Pourtant, pas question de s’emballer. Joueurs, entraîneur, staff, supporters… aucun n’ose encore croire à ce titre. On ne sait jamais, une glissade est si vite arrivée. 

Une série folle… et presque record

Sauf que pendant que Manchester City enchaîne les faux pas, Liverpool roule… sur les Invincibles d’Arsenal. Premier petit écart? Contre l’ennemi juré Manchester United, à Old Trafford, le 20 octobre: un match nul (1-1), les premiers points lâchés par les hommes de Jürgen Klopp cette saison. Les suivants ne viendront… que le 29 février (avouez qu’il n’y a que Liverpool pour choisir une telle date), avec une défaite incompréhensible face à Watford (3-0), qui galère dans sa lutte pour le maintien et enchaîne davantage les coachs et licenciements que les victoires. 18 succès d’affilée pour les Reds, série qui s’arrêtent… alors qu’un de plus leur permettait de battre le record absolu de Manchester City. 

C’est plus dur sur la scène européenne pour le tenant du titre, avec une défaite à Naples dès septembre pour la… première journée de Ligue des champions. Les têtes sont en Premier League. Liverpool passera en huitièmes de finale après quelques frayeurs… stade auquel l’équipe tombera contre l’Atlético. 

>>> profitez de notre offre 100% digitale pour ne pas rater les affiches de Premier League

La crainte du coronavirus

Restait un obstacle… inattendu: le coronavirus, qui a interrompu la Premier League le 13 mars dernier. “J’ai commencé à vraiment m’inquiéter quand des gens ont commencé à parler d’une saison annulée et blanche. Je me disais ‘wow!’ et je le ressentais même physiquement, parce que ça aurait été vraiment, vraiment, vraiment dur”, a récemment reconnu Jürgen Klopp. La Ligue 1 n’a pas repris mais le PSG a été sacré champion… ce n’est pas le cas aux Pays-Bas, où aucun club n’a été sacré malgré l’interruption définitive.

“Quand ça a été définitivement abandonné, j’ai été très soulagé”, ajoutait l’entraîneur allemand. Soulagé de voir ses Reds valider un titre que la ville entière attendait depuis 30 ans. Le match nul dans le derby contre Everton (0-0) n’avait fait que repousser l’échéance. Le temps est venu. Même sans supporters, même depuis leur canapé. They’ll never walk alone anymore.



Source de l’article, 2020-06-25 11:15:49

Déjà 302 000 dans de Foot inscrits
Recevez par email chaque semaine au choix les actualités, les résultats, les meilleurs articles et les pronostics sélectionnés par le Dr Socrates.
Tir Au But !
close-link