Catégories

ZEN

Catégories

Deux rencontres de Ligue des Champions avaient lieu en première partie de soirée. Question d’équité, il s’agissait des rendez-vous de la poule F où le Borussia Dortmund, en déplacement sur la pelouse du Zenith Saint-Petersbourg se savait déjà qualifié. En revanche, il ne fallait pas se reposer sur ses lauriers pour s’adjuger la première place. L’affaire débutait mal car les Russes, déjà éliminés de toutes compétitions européennes, ouvraient le score par Driussi dès le quart d’heure de jeu (1-0, 16e).

La suite après cette publicité

Bousculés, les Allemands commençaient à réagir en fin de première période sans pouvoir convertir leurs occasions (Bellingham 41e, Reus 44e). La défense peinait encore au retour des vestiaires et c’est après les changements à l’heure de jeu, dont l’entrée et le record de précocité de Moukoko, qui changeaient la donne. Piszczek égalisait (1-1, 68e), puis Witsel (2-1, 78e) offrait la victoire au BvB et la 1ère place du groupe.

La Lazio a eu très chaud

Les enjeux étaient autrement plus importants dans l’autre match de ce groupe. Malheur au perdant entre la Lazio et le Club Bruges mais avantage aux Italiens qui pouvaient se permettre un nul pour se qualifier. La soirée débutait sur les chapeaux de roues avec un but de chaque côté signé Correa (1-0, 12e) et Vormer (1-1, 14e). Les Belges se compliquaient ensuite la tâche en deux temps. Il y avait d’abord ce penalty transformé par l’incontournable Immobile qui redonnait l’avantage aux Biancocelesti (2-1, 27e).

C’est ensuite Sobol, déjà en difficultés face à Lazzari, qui écopait rapidement d’un second avertissement pour laisser ses partenaires en infériorité numérique dès la 38e minute. Dans l’obligation de marquer deux buts, Bruges tentait le tout pour le tout. Ils ne passaient pas loin de l’exploit puisque la tête de Vanaken redonnait de l’espoir (2-2, 76e). Dans une fin de rencontre très tendue et malgré quelques situations dont cette énorme frappe sur la barre de De Ketelaere (90e+2), les Belges ne parvenaient pas à retourner la situation. La Lazio a eu chaud mais passe en 8es.

Les résultats des matchs de 18h55 :

Lazio 2 – 2 Club Bruges : Correa (12e), Immobile (sp 27e) ; Vormer (14e), Vanaken (76e)

Zenith Saint-Petersbourg 1 – 2 Borussia Dortmund : Driussi (16e) ; Piszczek (68e), Witsel (78e)

Footmercato

Premiers du groupe H, avec trois points d’avance sur le Paris Saint-Germain, les Red Devils abordaient leur rencontre face à l’Istanbul Basaksehir avec confiance. Il faut dire qu’après avoir cartonné le RB Leipzig à Old Trafford (5-0) la semaine dernière, il y avait de quoi. Et lors des dix premières minutes, Manchester United semblait bien parti pour contrôler le match. Mais ce n’était qu’une impression. Car une fois encore, la défense mancunienne a fait des siennes. Après une première alerte non cadrée signée Visca (11e), les hommes d’Oman Buruk ont pris l’avantage de manière plutôt surprenante. Alors que le ballon se trouvait dans la surface turque, Visca a profité d’une incroyable erreur de placement de l’arrière-garde adverse pour lancer Demba Ba.

La suite après cette publicité

Parti de sa moitié de terrain, l’ancien pensionnaire de Chelsea avait été laissé à l’abandon. Il ne lui en fallait pas plus pour partir seul au but et tromper Henderson (1-0, 12e). Un début de match compliqué qui aurait pu se transformer en cauchemar complet lorsque l’arbitre a décidé, on ne sait pas trop comment, de ne donner qu’un carton jaune à Tuanzebe alors que le Mancunien a ceinturé en position de dernier défenseur un Demba Ba qui filait encore au but (21e). Onze minutes plus tard, nouvelle alerte pour les partenaires de Paul Pogba (remplaçant au coup d’envoi) sur une tête d’Aleksic finalement captée par Henderson (32e). Décomplexée, l’équipe turque a enfin réussi à faire le break sur un ballon arraché à Mata par Türüç et idéalement centré pour Visca (2-0, 41e).

MU surprend encore

Piqués au vif, les hommes d’Ole Gunnar Solskjaer ont au moins eu le mérite de réagir sur un centre de Shaw repris victorieusement par Martial (2-1, 43e). Mais après une telle prestation, on se demandait bien comment MU avait fait pour en coller cinq à Leipzig. Au retour des vestiaires, OGS a alors tenté de renverser la vapeur avec les entrées de Paul Pogba et d’Edinson Cavani à l’heure de jeu. Mais si MU a eu la mainmise sur le ballon, ce n’est pas pour autant que les actions franches ont été au rendez-vous. Une nouvelle fois peu convaincant, MU s’incline donc en Turquie. Au classement, les Anglais restent leaders (6 points). Istanbul marque ses premiers points. Ce soir, si le PSG s’impose à Leipzig, les Franciliens pourront donc rejoindre les Red Devils.

Enfin, dans la poule F, le Zenit a longtemps cru l’emporter face à la Lazio à domicile grâce à un but de Yerokhin. Un succès qui permettait aux Ruses de revenir à un point du leader. Mais c’était sans compter sur Caicedo, auteur de l’égalisation à huit minutes du terme. Un scénario terrible, d’autant que Mostovoy pensait délivrer les siens en toute fin de match avant que son but soit refusé. Résultat : en attendant le match entre le Club Bruges et le Borussia Dortmund, la Lazio prend seule la première place (5 points), devant les Belges (4 pas) et les Allemands (3 pas). Le Zenit ferme la marche avec un seul petit point.

Les résultats de 19h :

  • Istanbul Basaksehir – Manchester United : 2-1 (Ba, Visca pour Istanbul ; Martial pour MU)
  • Zenit – Lazio : 1-1 (Yerokhin pour le Zenit ; Caicedo pour la Lazio)

Footmercato

Libre depuis l’automne 2019 et son éviction de Tottenham, le technicien argentin Mauricio Pochettino (48 ans) est à la recherche d’un nouveau projet. N’ayant pas accepté les approches de l’AS Monaco, Newcastle, Benfica, la Juventus et le FC Barcelone, le finaliste de la Ligue des Champions 2019/2020 reste à l’affût des opportunités que le marché lui présentera. Ainsi, le Real Madrid, Manchester United ou encore Manchester City sont des clubs dans lequel il a récemment été évoqués.

Et d’après Championat, une autre formation aimerait tenter sa chance. Ainsi, le média russe explique que le Zenit aimerait rencontrer le coach argentin pour débuter des négociations. Le double champion de Russie en titre qui souhaite un coach étranger pour préparer l’après-Semak serait prêt à offrir un salaire de 6,5 millions d’euros par an à Mauricio Pochettino. Une somme importante qui pourrait faire réfléchir l’ancien joueur du Paris Saint-Germain. Bien que double vainqueur du championnat de Russie, Sergey Semak est fragilisé par sa défaite contre Bruges (2-1) en ouverture de la Ligue des Champions et son équipe est deuxième du championnat à trois points du Spartak Moscou. L’opportunité Mauricio Pochettino si elle devait se concrétiser mettrait logiquement fin à l’aventure de Sergey Semak chez les Bleus et Blancs.

Footmercato

Coup d’envoi de la phase de la Ligue des Champions cet après-midi ! Et pour lancer cette nouvelle édition de notre compétition préférée, on avait droit à deux rencontres un peu avant 19h. Avec l’entrée en matière d’un candidat au titre final : la Juventus. Les Turinois se déplaçaient ainsi du côté de Kiev, sans Cristiano Ronaldo, et avec un onze un peu particulier. Andrea Pirlo sortait un onze un peu surprenant, avec Betancur et Rabiot dans l’entrejeu, alors que les recrues Kulusevski, Alvaro Morata ou Enrico Chiesa étaient alignées d’entrée. Paulo Dybala démarrait toujours sur le banc, comme Arthur Melo. En face, le leader de la ligue ukrainienne sortait son onze de gala, et Mircea Lucescu misait notamment sur Viktor Tsygankov, bourreau de l’Espagne avec sa sélection pendant la trêve. Les débuts étaient assez équilibrés, avec deux équipes plutôt prudentes et bien en place, mais les Italiens prenaient vite les commandes. C’est Chiesa qui s’offrait la première situation chaude de la partie. Ramsey décalait pour l’Italien qui frappait, mais Bushchan se couchait vite pour sortir une main providentielle (12e). Derrière, Chiellini manquait sa tête alors que le portier rival s’était troué sur sa sortie aérienne (13e).

La suite après cette publicité

Chiesa se montrait de plus en plus dangereux, et enchaînait sur un enroulé qui passait près du montant gauche des cages rivales (15e). Pirlo allait cependant devoir faire des changements assez rapidement, puisque Chiellini, blessé, devait laisser sa place à Demiral (18e). Même si on sentait encore un certain manque de rodage et d’automatisme côté turinois, les champions d’Italie dominaient les débats et Kulusevski était tout proche d’inscrire un sacré but, avec une talonnade devant Bushchan, auteur d’un arrêt réflexe sublime (34e). En face, c’était assez pauvre balle au pied, et il fallait attendre ce coup franc de Tsyganko pour justifier la présence d’un gardien dans les cages turinoises ce soir (45e+1). Le duo Rabiot-Bentancur n’était pourtant pas dans un grand jour, et il y avait clairement des coups à jouer dans le dos des deux milieux. Ce résultat nul à la pause était donc plutôt logique même si la Juventus avait profité des meilleures occasions de la partie.

La Juventus n’a pas vraiment été inquiétée

Cependant, sur le coup d’envoi de la deuxième période pratiquement, la Vieille Dame brisait le verrou et prenait l’avantage. Chiesa débordait côté gauche. Son centre était renvoyé, mais Kulusevski était là pour reprendre. Bushchan repoussait tant bien que mal, et Alvaro Morata rodait pour expédier le cuir au fond des filets (0-1, 46e). Le revenant Dybala entrait ensuite en jeu (55e) remplaçant un bon Kulusevski. Le chrono défilait, et la Juventus était toujours supérieure, un peu plus tranchante qu’en première période et toujours aussi peu inquiétée par son rival du soir. Wojciech Szczęsny vivait donc une soirée plutôt paisible. Alvaro Morata lui n’était pas rassasié, et sur un centre de Cuadrado, il devançait son vis à vis et plaçait une tête parfaite pour faire le break et plier la rencontre (2-0, 84e). La Juventus démarre donc sa campagne européenne sur une note positive.

L’autre rencontre de cette fin d’après-midi opposait le Zenit à Bruges, dans le groupe F cette fois. Les débats étaient assez équilibrés et su les Belges semblaient parfois un peu au-dessus, il n’y avait que très peu d’occasions franches à se mettre sous la dent des deux côtés, si ce n’est cette tête de Vanaken à quelques minutes de la pause. Au retour des vestiaires, et alors que les Russes commençaient à créer du danger, c’est Bruges qui allait faire trembler les filets. Dennis poussait le ballon dans les cages après un cafouillage dans la surface (1-0, 63e). Le Zenit avait des opportunités pour égaliser, via Driussi notamment, mais c’est finalement Dejan Lovren qui allait remettre les deux formations à égalité. Le Croate dégoupillait un missile lointain qui trompait le portier rival (1-1, 74e). Et alors qu’on se dirigeait vers un 1-1, le jeune Charles de Ketelaere (19 ans) a offert les trois points à son équipe. Un joli plat du pied devant les cages suite à un centre bien senti de Vormer depuis le flan droit. Coup dur pour les Russes !

Footmercato