Catégories

Paulo Alexandre Rodrigues Fonseca

Catégories

La suite après cette publicité

Tottenham ne s’attendait pas à ça. Depuis plusieurs semaines, les dirigeants londoniens cherchent l’homme qui incarnera leur nouveau projet et sera capable de relancer la machine anglaise après le passage de José Mourinho et l’intérim de Ryan Mason. Mais la perle rare s’avère difficile à trouver. Pourtant, les Spurs n’ont pas manqué d’idées. Erik Ten Hag (51 ans), qui a prolongé à l’Ajax, ou encore Brendan Rodgers, qui voulait rester à Leicester, ont été sondés. Mauricio Pochettino a ensuite été approché.

L’impossible retour de Pochettino

Le président Daniel Levy a sérieusement étudié cette piste. Ancien de la maison, puisqu’il a été sur le banc de Tottenham entre le 27 mai 2014 et le 19 novembre 2019, il présentait l’avantage de parfaitement connaître le club. Il a aussi su tirer l’équipe anglaise vers le haut. Et l’idée n’a pas vraiment déplu au technicien argentin de 49 ans, prêt à revenir. Insatisfait au PSG, où ses relations avec Leonardo seraient fraîches, Pochettino a été visiblement sensible à cet appel du pied des Spurs.

Il aurait même souhaité être libéré de sa dernière année de contrat. Seul hic, le Paris Saint-Germain, club auquel il est lié jusqu’en 2022, a clairement fermé la porte à un départ. « Pochettino a deux ans de contrat avec le PSG et on est très content », a martelé à plusieurs reprises Leonardo. Le voir partir six mois seulement après son arrivée était inenvisageable côté parisien. Après y avoir cru un temps, Tottenham a dû se résigner.

Une incompatibilité avec Conte

En parallèle, les Londoniens ont également exploré la piste menant à Antonio Conte (51 ans). Expérimenté et talentueux, l’Italien a un prestigieux Curriculum Vitae. À cela, il faut ajouter qu’il a déjà entraîné en Premier League, puisqu’il a été à la tête de Chelsea entre 2016 et 2018. Une grosse cylindrée avec laquelle il a notamment remporté le championnat anglais en 2017. Sur le marché après son départ de l’Inter Milan et sa victoire en Serie A, Conte a vite été approché par Tottenham.

Après quelques échanges, les deux parties ne sont pas tombées d’accord. Les Britanniques souhaitaient mettre en avant les jeunes du club. Ce qui ne correspondait pas à l’entraîneur transalpin, qui n’a pas été convaincu par le projet et la capacité de Tottenham à jouer les premiers rôles. De plus, Antonio Conte avait des exigences financières trop élevées pour le club de la capitale anglaise. Les négociations se sont ainsi arrêtées au début du mois de juin.

Un désaccord financier avec Fonseca

Après ces deux échecs, Tottenham, qui a été rembarré par Julen Lopetegui entre temps, s’est lancé à la poursuite de Paulo Fonseca (48 ans). Libre depuis la fin de son aventure à l’AS Roma, où il a d’ailleurs été remplacé par Mourinho, le Portugais était la priorité du nouveau directeur du football Fabio Paratici. De son côté, le coach lusitanien était très intéressé à l’idée de découvrir un nouveau championnat. La presse italienne était confiante et parlait de la signature imminente d’un bail de 3 ans.

Mais là encore, le deal a capoté en 48 heures, a priori pour des raisons fiscales. En effet, le Guardian a expliqué que la loi italienne lui offrait des allégements fiscaux qui ne s’appliquaient pas au Royaume-Uni. Fonseca souhaitait que son salaire soit ajusté en conséquence. Ce qui n’a pas été possible.

Gattuso la piste éphèmère

La piste Fonseca à peine tombée à l’eau, le nom de Gennaro Gattuso (43 ans) a été avancé. Sur le marché depuis seulement quelques heures suite à la fin de sa collaboration de vingt-deux jours avec la Fiorentina, l’ancien entraîneur du Napoli a été contacté. Son agent Jorge Mendes a échangé avec les Anglais. Les médias italiens évoquaient des discussions positives et un bail de deux années. Mais d’après The Athletic, les Londoniens ont fait machine arrière.

Pour eux, il ne s’agissait que d’une simple prise de renseignements. Skysports avance que la réaction des fans de Tottenham, réfractaires à l’idée de voir Gattuso sur le banc et qui ont lancé le #NoToGattuso sur les réseaux sociaux, aurait poussé les Spurs à stopper les négociations. Une nouvelle galère donc pour le club de Daniel Levy, qui n’a toujours pas trouvé son nouveau coach à moins de deux mois de la reprise de la Premier League (14 août). Le temps presse !

Footmercato

Et si le dénouement était proche pour Tottenham ? Enlisé depuis plusieurs jours dans le dossier brûlant du futur manager, le club londonien a entamé les discussions avec Paulo Fonseca. Libre depuis son départ de l’AS Roma, le technicien portugais se voit bien découvrir un nouveau championnat cet été.

La suite après cette publicité

Après plusieurs jours de négociations avec le président des Spurs Daniel Levy, l’intéressé aurait accepté la proposition contractuelle qui lui a été formulée, révèle Sky Italia. Un contrat de trois saisons (ou deux saisons, plus une en option) attendrait ainsi Fonseca à Londres. La balle se trouverait désormais dans le camp du conseil d’administration des Spurs. C’est ce dernier qui intronisera ou non l’ancien coach de l’AS Roma. Les supporters de Tottenham retiennent leur souffle…

Footmercato

Si l’AS Roma est toujours en course en Ligue Europa avec un quart de finale à jouer face à l’Ajax ce jeudi, le club de la Louve est à la peine en championnat. Septième de Serie A à cinq points des places pour la Ligue des Champions, les hommes de Paulo Fonseca (48 ans) continuent de perdre des points dans la course à la C1. De quoi créer des tensions…

La suite après cette publicité

Selon les informations de la Gazette Dello Sport, Paulo Fonseca serait en conflit avec son groupe. Le technicien portugais entretien des relations difficiles avec son équipe depuis quelques semaines. Au lendemain du match nul contre Sassuolo, Fonseca a parlé avec les joueurs de ce qui ne va pas avec l’équipe et le ton serait monté avec plusieurs d’entre eux. Pas la meilleure manière d’aborder le match contre l’Ajax.

Footmercato

C’est une fin de match surréaliste qui s’est déroulée hier soir à l’Olimpico à Rome. Opposée à La Spezia en huitième de finale de la Coupe d’Italie, l’AS Roma s’est loupée dans les grandes largeurs et à tous les niveaux. Revenons d’abord sur la rencontre, très mal entamée avec deux buts concédés dès le premier quart d’heure face au promu en Serie A (actuellement 13e du classement). Le club de la Louve a fait preuve de caractère en recollant au score, arrachant donc des prolongations. Et c’est là que tout a basculé dans l’irrationnel.

La suite après cette publicité

Dès la 2e minute des prolongations, la Roma se fait expulser deux joueurs coup sur coup. Son défenseur Mancini puis son gardien Pau Lopez. L’entraîneur Paulo Fonseca fait donc deux changements : Ibañez remplace Pedro et Fuzato, le deuxième gardien, remplace Cristante pour prendre place dans le but. Problème, avant ce double changement, Fonseca en avait déjà effectué 4. Ce qui portait le total à 6, soit un de plus que le total autorisé (5). Sur le moment, seul le milieu de terrain Pellegrini semble s’apercevoir de l’erreur du staff et vient en parler à son entraîneur, qui lui assure qu’il n’y a pas de problème.

Une erreur grave

Pourtant, il y en a bien un. Visiblement, la Roma a mal interprété l’évolution de la règle concernant les changements. En cas de prolongation, il est possible d’avoir une fenêtre de changement supplémentaire (4) mais pas un changement supplémentaire (toujours 5 maximum). Les clubs peuvent faire 5 changements en 3 fois sur 90 minutes, ou 5 changements en 4 fois, en cas de prolongation. Fonseca a donc lui fait 6 changements, en 4 fois. Résultat, la Roma perdra quoi qu’il arrive ce match sur tapis vert. Un match qu’il a de toute façon perdu sur le terrain puisque La Spezia l’a emporté 4-2, profitant sans mal de sa supériorité numérique.

Pour le club de la Louve, l’impact de cette rencontre est désastreux et provoque la colère des tifosi, qui parlent de honte et de déshonneur suite au triste spectacle proposé. Elle pourrait aussi avoir des conséquences sur l’avenir de Paulo Fonseca, l’entraîneur portugais sur le banc depuis 2019. En effet, tout cela intervient au cœur d’une mauvaise passe, puisque la Roma a enchaîné un nul face à l’Inter à domicile, une défaite embarrassante dans le derby face à la Lazio (0-3) et ce couac ridicule face à la Spezia. Selon l’ensemble de la presse italienne ce mercredi, Paulo Fonseca est clairement menacé, avec des entraîneurs tels que Maurizio Sarri, Luciano Spalletti et Massimiliano Allegri tapis dans l’ombre…

Footmercato