Catégories

Kasper Dolberg

Catégories

Demain, à l’occasion de la 27ème journée de Ligue 1, l’OGC Nice se déplace sur la pelouse du Stade Rennais, avec un groupe presque au complet. Les Aiglons devraient enregistrer les retours de Youcef Atal, touché à la cuisse en janvier dernier, Kasper Dolberg, récemment absent à cause d’une appendicite, de Jordan Lotomba, absent depuis le 3 février, et de Danilo Barbosa écarté des terrains depuis décembre dernier à cause d’une déchirure musculaire.

La suite après cette publicité

Comme l’explique l’Équipe, malgré que ses derniers ont tous repris l’entraînement hier, aucun d’entre eux ne devrait être titulaire pour la rencontre au Roazhon Park. Autre satisfaction côté Nice, le retour progressif de Dante sur les terrains. Victime d’une rupture des ligaments croisés en novembre dernier, le défenseur brésilien a repris la course et entame «une étape supplémentaire dans sa rééducation» selon son coach Adrain Ursea. Il ne devrait cependant pas refouler les pelouses de Ligue 1 avant de nombreuses semaines.

Footmercato

Décidemment, la carrière de Kasper Dolberg à l’OGC Nice est compliquée. Entre méforme, blessures et cambriolage, l’attaquant vit une aventure tumultueuse. Ce n’est pas terminé, car convoqué pour affronter Angers cet après-midi, il doit finalement déclarer forfait à la dernière minute.

La suite après cette publicité

L’international danois est victime d’une crise d’appendicite et doit se faire opérer dans les prochaines heures. Il va donc être sur le flanc plusieurs semaines. C’est un nouveau coup dur pour le Gym qui a déjà enregistré cette semaine la rupture du ligament croisé du genou gauche de Jeff Reine-Adélaïde.

Footmercato

L’OGC Nice va mieux, merci pour lui. En s’offrant un succès à l’arraché dans les derniers instants de la partie à Nîmes (0-2, 15e journée de Ligue 1), les Aiglons se sont offerts une bouffée d’oxygène après une série noire de 8 matches sans victoire toutes compétitions confondues, le départ de Patrick Vieira remplacé par son adjoint Adrian Ursea et une élimination sans gloire en Ligue Europa.

La suite après cette publicité

Mais alors que l’horizon commence doucement à se dégager grâce aux buts de Dan Ndoye et Alexis Claude-Maurice, tous deux servis par Jeff Reine-Adélaïde, une ombre subsiste : Kasper Dolberg. Après être entré en jeu dimanche contre Rennes (0-1), le Danois était absent ce mercredi, victime une nouvelle fois de son physique. «J’ai eu une discussion avec lui, il a ressenti une gêne au pubis. L’équipe a besoin de joueurs à 100 %, c’était inutile de prendre un risque», a expliqué Ursea en conférence de presse.

Le Gym l’attend…

L’ancien de l’Ajax, aux statistiques intéressantes lors de son premier exercice (11 buts en 23 apparitions en L1), avait plutôt bien commencé la saison (3 buts lors des 8 premières journées), mais depuis, il est plutôt décevant, voire parfois même transparent. Alors bien sûr, il a des circonstances atténuantes, comme son intégration compliquée par l’affaire du vol de sa montre de luxe, comme quelques pépins physiques, comme la Covid-19 qu’il a contractée deux fois déjà…

Mais l’OGCN et INEOS, qui ont mis environ 20 M€ sur la table pour l’attirer dans leurs filets à l’été 2019, espèrent sans doute un peu mieux du natif de Silkeborg. «Cette situation me désole pour “Kass”, on l’attend parmi nous au plus vite», a indiqué Ursea, sans donner de délai. En attendant, sans lui, les Aiglons ont repris leur envol…

Footmercato

Buteur dimanche dernier lors du match nul de son équipe face à Lille (1-1), Kasper Dolberg a mis fin à une période de disette longue de deux mois. Si cette réalisation lui a permis de se rassurer, l’entraîneur de l’OGC Nice attend néanmoins plus de son numéro 9 danois qu’il espère voir évoluer à meilleur niveau au fil des matches. Présent en conférence de presse ce samedi avant le déplacement à Angers dimanche, Patrick Vieira a tenu à expliquer précisément ce qu’il attendait de son avant-centre, qui a tout de même coûté 20,5 M€ aux Aiglons à l’été 2019.

«On doit s’améliorer, nos deux relayeurs doivent se trouver plus près de Dolberg pour pouvoir combiner. Ensuite, j’attends plus de Kasper. C’est quelqu’un qui aime communiquer. Mais il faut qu’il comprenne des choses sur l’aspect tactique sur ce que je demande et j’attends de lui, mais je ne m’inquiète pas pour ses prestations» a relativisé le champion du monde 1998.

Footmercato

Sous une pluie diluvienne, le LOSC et Nice se quittent bons amis à l’Allianz Riviera (1-1). Irrésistible en ce moment, Lille a démarré la partie sur un petit tempo. Hormis une frappe sans contrôle de Benjamin André (2e) et une percée de Burak Yilmaz suite à un service de Renato Sanches (7e), les Dogues n’ont pas montré grand-chose dans les 20 premières minutes. À l’inverse de Niçois revanchards, sûrement remontés par la déculottée subie à Leverkusen jeudi (6-2). Plus mordants dans les duels, les Aiglons se sont logiquement offerts une action nette dès le quart d’heure de jeu avec une tête à bout portant de Morgan Schneiderlin, consécutive à un corner botté côté droit. Mike Maignan, déjà chaud, boxait sur sa droite (13e).

La suite après cette publicité

Une opportunité suivie d’une autre, avec un centre devant le but de Pierre Lees Melou pour…personne (21e). L’absence du onze titulaire d’Amine Gouiri se faisant clairement ressentir. Nice appuyait alors sur coup de pied arrêté et Stanley Nsoki, pourtant seul en pleine surface dans les airs, dévissait sur corner son coup de casque, que Kasper Dolberg ne parvenait pas à rabattre au second poteau (40e). Jonathan Ikone (38e), puis Burak Yilmaz (40e) voulaient répondre en solo, mais se heurtaient à la défense à trois des locaux. À la pause de ce duel du haut de tableau, le spectacle se faisait toujours attendre.

Lille papillonne, Dolberg pique, Yilmaz cogne

Au retour des vestiaires, le réveil était brutal. Morgan Schneiderlin cassait une ligne d’une passe directe vers un Rony Lopes dos au but, qui se retournait et servait Alexis Claude-Maurice devant lui. Ce dernier lançait tout suite Dolberg en profondeur, qui terminait d’un piqué (1-0, 50e). Nice devenait la première équipe à mener face à Lille cette saison au terme d’une action collective sublime. Une avance de courte durée. Luiz Araújo quittait le couloir droit pour rallier l’axe et délivrait une transversale merveilleusement dosée au second poteau pour Burak Yilmaz. Le Turc dégainait alors comme un tueur à gage, en enchaînant un contrôle de la poitrine suivi d’une demi-volée éclair du droit qui terminait sa course sous la barre de Walter Benítez (1-1, 58e).

Le rythme s’emballait enfin. Le moment opportun pour Patrick Vieira de faire entrer Amine Gouiri (67e). José Fonte trouvait d’une passe appuyée Yilmaz à droite qui croisait trop sa frappe (77e), avant de céder furieux sa place à Jonathan David (79e). Les fautes et les gestes d’humeur se multipliaient désormais et personne semblait suffisamment déterminé à faire la différence. Khéphren Thuram en était pourtant tout proche en claquant une tête au second poteau sur un coup franc, mais le jeune milieu manquait de lucidité (86e). Hassane Kamara cherchait ensuite Gouiri en profondeur, qui se heurtait à la sortie énergique de Maignan (90e). Le score ne bougera plus. Les deux représentants français en Ligue Europa se neutralisent donc et Lille manque l’opportunité de ravir la place de leader de Ligue 1 au Paris Saint-Germain.

Le classement de la Ligue 1

Footmercato