Catégories

EVE

Catégories

La suite après cette publicité

Le football est fait de regrets. Ronald Koeman et Everton doivent en avoir plein. En 2016, lorsque l’entraîneur néerlandais était à la tête des Toffees, il a refusé Erling Haaland pour seulement… 4 millions d’euros. À cette époque, l’homme au 41 buts en 41 matches cette saison évoluait en deuxième division norvégienne.

C’est une information dévoilée par Steve Walsh. L’ancien scout de Leicester connu pour avoir ramené Kanté, Mahrez ou Vardy s’est confié sur les pistes qu’Everton a manquées lors de son passage en tant que directeur sportif du club. Outre Robertson de Liverpool et Maguire de Manchester United lorsqu’ils jouaient encore à Hull City, Ronald Koeman avait surtout refusé Haaland à l’époque. « J’avais convaincu Erling Haaland et son père et la transaction aurait pu se faire pour quatre millions d’euros », a-t-il déclaré.

Footmercato

Les supporters de Liverpool rêvent d’un retour de leur légende Steven Gerrard en Angleterre. Ils rêvent évidemment de voir l’ancien milieu de terrain s’asseoir sur le banc d’Anfield en tant qu’entraîneur des Reds, lui qui coache les Glasgow Rangers en Ecosse. Mais voilà que The Athletic dévoile une drôle de possibilité ce mardi. Carlo Ancelotti, l’actuel entraîneur d’Everton, étant annoncé proche d’un retour au Real Madrid, les Toffees songeraient à Steven Gerrard pour prendre la succession de l’Italien.

La suite après cette publicité

D’après le média, le board d’Everton a couché le nom de l’ancien capitaine de Liverpool dans leur short-list pour entraîner du côté de Goodison Park. Le technicien de 41 ans, qui vient de réaliser une saison 2020-2021 sensationnelle en Scottish Premiership avec les Rangers, n’est pas le seul nom évoqué par The Athletic. Rafael Benitez, Paulo Fonseca, Erik ten Hag ou encore Roberto Martinez font partie des potentiels candidats au poste d’entraîneur du club ayant terminé 10ème de Premier League cette année, alors que TalkSPORT parle d’un intérêt pour Nuno Espirito Santo (ex-Wolverhampton).

Footmercato

Prêté par Everton à Southampton cette saison, Theo Walcott (32 ans) s’est engagé de manière plus durable avec son club formateur. L’ancien joueur d’Arsenal vient de signer un contrat de deux ans avec les Saints, lui qui a cumulé 3 buts et 3 passes décisives lors de cet exercice.

La suite après cette publicité

«Le Southampton Football Club est ravi de confirmer qu’il est parvenu à un accord de principe avec Theo Walcott pour que l’attaquant revienne aux Saints de manière permanente», a communiqué le club anglais. L’intéressé a aussi exprimé son bonheur d’être encore au club la saison prochaine. «Southampton est un club qui compte tellement pour moi, et cela a été incroyablement spécial d’avoir passé cette saison à St Mary’s. Mais avoir maintenant l’opportunité de revenir pour encore deux ans signifie beaucoup pour moi, tant sur le plan personnel que professionnel.»



Footmercato

La suite après cette publicité

Moise Kean est clairement l’une des grosses satisfactions de la saison à Paris. Arrivé l’été dernier pour occuper un rôle a priori secondaire dans l’équipe de Thomas Tuchel, il s’est peu à peu imposé en tant que titulaire, prenant même la place de Mauro Icardi, avec plusieurs belles prestations dans de gros matchs comme face au FC Barcelone.

Sans surprise, l’état-major parisien souhaite enrôler définitivement le joueur qui n’est que prêté par Everton, alors que la Juventus souhaite aussi le récupérer. Conscients d’avoir un joueur qui a pris de la valeur cette saison, les dirigeants des Toffees auraient fixé son prix à 50 millions d’euros. Mais qu’en pense celui qui a inscrit 16 buts en 34 rencontres TCC cette saison ? Il s’est exprimé dans un entretien accordé à La Gazzetta dello Sport.

Il est bien à Paris

« Je me sens très bien à Paris. Ils m’ont accueilli les bras ouverts, je ne m’y attendais pas. (…) Il y a beaucoup de gaieté avec mes coéquipiers, on s’amuse. On est tous jeunes, mais avec un grand talent. Ici, tu ne peux qu’apprendre. (…) Mbappé et Neymar sont les deux attaquants les plus forts à l’heure actuelle. Ils sont jeunes aussi, on se comprend vite et bien », a-t-il lancé au média italien, dans des propos traduits et rapportés par Paris Team.

« J’ai toujours rêvé d’arriver en haut, de jouer à un très haut niveau. Jouer avec eux, c’est magnifique. (…) Revenir à la Juventus la saison prochaine ? Je ne sais pas. Je profite des demi-finales avec le PSG et on verra après. La Juve m’a tout donné et j’ai grandi là-bas, sans eux je ne serais pas ici maintenant. La Juve restera toujours dans mon cœur », a ajouté le joueur. Comme un poisson dans l’eau à Paris, Kean n’écarte donc pas la possibilité de revenir à Turin…

Footmercato

C’est dans un contexte toujours aussi tendu, en lien avec le projet de Super League finalement abandonné par Arsenal, aux alentours de l’Emirates Stadium, que les Gunners recevaient Everton, ce vendredi, dans le cadre de la 33ème journée de Premier League. Pour cette 200ème confrontation en championnat entre ces deux formations, l’enjeu était le même pour les deux équipes, seulement séparées de trois points au coup d’envoi : engranger un maximum de points pour espérer accrocher le wagon européen en fin de saison. Mikel Arteta mettait en place un 4-2-3-1 avec notamment Thomas Partey, Nicolas Pépé ou encore Eddie Nketiah en attaque. Carlo Ancelotti misait lui sur un 4-4-2 comprenant Lucas Digne, Allan, Richarlison ainsi que James Rodriguez.

La suite après cette publicité

Dans ce début de partie, synonyme de fameuse période d’observation entre les 22 acteurs, Arsenal contrôlait le ballon sans réel danger pour une défense d’Everton bien en place. Les hommes de Mikel Arteta et ceux de Carlo Ancelotti peinaient à mettre de l’intensité pour prendre à défaut leurs adversaires. Il fallait attendre la 18e minute pour voir Bukayo Saka buter sur Jordan Pickford et allumer la première mèche à la conclusion d’un mouvement intéressant. Mason Holgate faisait ensuite preuve de vigilance dans sa surface pour couper court à une action de Nicolas Pépé et des Londoniens (25e). Trois minutes plus tard, les Toffees se procuraient la première occasion franche de ce match par l’intermédiaire de Richarlison, dont la frappe était repoussée par un Bernd Leno impeccable (30e). Everton terminait bien la première période, puisque James Rodriguez voyait sa frappe repoussée par le pied d’un Gunner (35e) alors que Gilfy Sigurdsson trouvait la barre du portier allemand sur coup franc (39e).

Bernd Leno plombe Arsenal

Au retour des vestiaires, Everton poursuivait sur sa lancée et Sigurdsson, bien servi par Richarlison, était seulement repris de justesse par Rob Holding (47e). Mais à la suite d’une faute de Richarlison, les Gunners pensaient pouvoir faire la différence quand Dani Ceballos obtenait un penalty finalement annulé après intervention de la VAR pour une position de hors-jeu… du haut de l’épaule de Nicolas Pépé (53e). Si ce fait de jeu ne devrait pas manquer de relancer le débat sur l’arbitrage vidéo en Angleterre, cela avait au moins le mérite de remettre les Gunners sur de bon rails, le danger se faisant de plus en plus pressant sur les cages de Pickford à l’heure de jeu, à l’image de cette reprise de volée de Calum Chambers fuyant le cadre des Toffees (64e) ou encore de cette frappe de Ceballos obligeant Pickford à se déployer (66e). Les Londoniens manquaient néanmoins de justesse dans le dernier geste (69e) alors que les visiteurs peinaient à dépasser la ligne médiane. Pourtant, sur une contre-attaque et un centre a priori anodin de Richarlison, Leno commettait une faute demain et laissait le cuir s’échapper dans son propre but (0-1, 76e).

Malgré les entrées de Willian, de Martin Odegaard ou encore de Gabriel Martinelli, qui butait une ultime fois sur la main très ferme de Jordan Pickford pour rassurer ses partenaires (90e+4), les Gunners ne parvenaient pas à revenir au score et concédaient leur 13ème défaite de la saison face aux hommes de Carlo Ancelotti (0-1). Arsenal (9ème, 46 points) enchaîne une deuxième rencontre sans victoire, déçoit une nouvelle fois dans cette Premier League édition 2020-2021 et confirme son statut d’équipe de milieu de tableau qui devra tout miser sur la Ligue Europa en fin de saison afin d’espérer une qualification en coupe d’Europe la saison prochaine. Everton, qui restait de son côté sur cinq matchs sans victoire en Premier League dont trois nuls consécutifs, retrouve le chemin du succès dans ce championnat d’Angleterre grâce à sa première victoire sur le terrain d’Arsenal depuis 1993 et promet de se battre jusqu’au bout dans la lutte pour l’Europe.

Retrouvez le classement de la Premier League

Footmercato

L’annonce de la création d’une Super League a eu l’effet d’une bombe dans la sphère footballistique ces derniers jours. Plusieurs clubs, joueurs et groupes de supporters ont protesté contre ce projet et notamment en Angleterre. Après plusieurs joueurs de Manchester United ou Liverpool, c’est au tour d’Everton de montrer son mécontentement. À travers un communiqué, les Toffees ont décidé de s’attaquer durement aux six clubs anglais ayant rejoint le projet.

La suite après cette publicité

« Everton est attristé et déçu de voir les propositions d’une ligue séparée poussées en avant par six clubs. Six clubs qui agissent uniquement dans leur propre intérêt. Six clubs qui ternissent la réputation de notre ligue et du jeu. Six clubs qui choisissent de manquer de respect à tous les autres clubs avec lesquels ils sont assis autour de la table de la Premier League. Six clubs qui prennent pour acquis, voire trahissent, la majorité des supporters de football dans notre pays et au-delà. En cette période de crise nationale et internationale – et une période déterminante pour notre jeu – les clubs devraient travailler ensemble en collaboration avec les idéaux de notre jeu et de ses supporters en tête. Au lieu de cela, ces clubs ont secrètement conspiré pour se détacher de la pyramide du football qui les a si bien servis. (…) Cette arrogance grotesque n’est souhaitée nulle part dans le football, en dehors des clubs qui ont élaboré ce plan » peut-on notamment lire dans ce communiqué.

Footmercato

Déplacement compliqué pour le Tottenham de José Mourinho sur la pelouse du Everton de Carlo Ancelotti ce vendredi. Les deux équipes ont tour à tour mené au score avant de se quitter sur un match nul 2-2 dans le cadre de 32e journée de Premier League.

La suite après cette publicité

Gilfy Sigurdsson et Harry Kane ont été les deux grands hommes de ce soir. Les deux joueurs ont inscrit un doublé (sp 31e, 62 pour l’Islandais; 27e, 68e pour l’Anglais qui est sorti blessé à la cheville dans le temps additionnel), contraignant leur club respectif à rester à leur position du coup d’envoi, 9e pour les Toffees, 8e pour les Spurs.

Le classement de Premier League ici.

Footmercato

Confronté à pas mal d’absents ce soir durant cette 31e journée, le Everton de Carlo Ancelotti est allé faire match nul 0-0 sur la pelouse de Brighton. Malgré une énorme opportunité d’Iwobi en fin de match, ce score est plutôt flatteur pour les Toffees tant ils ont été dominés dans cette rencontre, où les locaux auront manqué de tranchant devant.

La suite après cette publicité

Une victoire aurait pourtant été bienvenue pour les Seagulls, à la recherche de leurs derniers points pour assurer leur maintien. Ce sauvetage est tout de même bien parti puisqu’ils possèdent désormais 7 points d’avance sur le premier relégable, Fulham. Everton est lui 9e de Premier League.

Le classement de Premier League à retrouver ici.

Footmercato

Everton semblait tenir sa première victoire en Premier League depuis un mois. Grâce à un but de James Rodriguez en début de seconde période (56e), les hommes de Carlo Ancelotti ont longtemps mené au score contre Crystal Palace mais c’était sans compter sur Michy Batshuayi.

La suite après cette publicité

Entré deux minutes plus tôt à la place de Jordan Ayew, l’attaquant belge a inscrit son 2e but de la saison en championnat mais surtout permis d’égaliser en fin de rencontre (86e) pour prendre le point du nul (1-1) à Goodison Park. Si Les Eagles sont 12es, les Toffees peuvent nourrir des regrets. 8es, ils auraient pu rejoindre Tottenham, Liverpool et West Ham avec 49 points.

Le classement de la Premier League à retrouver ici.

Footmercato

La suite après cette publicité

À l’heure où son retour en sélection fait parler, Adrien Rabiot (25 ans) vit sa deuxième saison à la Juventus. Une deuxième année pas toujours simple pour le milieu de terrain titularisé à 17 reprises en 23 apparitions en championnat. « En club, la saison est un peu compliquée sur un point de vue collectif. J’essaye de donner le meilleur, je joue beaucoup. Il y a aussi pas mal de fatigue, c’est difficile d’être performant tous les 3 jours, mais on n’a pas le choix, il faut s’adapter comme dit le coach. J’essaye de faire le maximum sur le terrain et je pense que le coach le remarque aussi. »

Mais s’ił se veut positif, l’ancien joueur du Paris Saint-Germain est loin de faire partie des intouchables de la Vieille Dame. Surtout à l’heure où les dirigeants bianconeri cherchent à faire entrer des liquidités. Un constat évoqué au début du mois par Sport Mediaset qui plaçait le Français, Aaron Ramsey et CR7 dans la liste des possibles départs.

Ce matin, la Gazzetta dello Sport confirme que Ramsey et Rabiot sont considérés comme des opportunités de marché pouvant rapporter jusqu’à 50 M€ à eux deux. Le quotidien précise toutefois qu’Andrea Pirlo préfèrerait vendre le Gallois, dont le nom circule en Premier League. Cependant, le journal au papier rose ajoute que Rabiot pourrait présenter l’avantage d’être une formidable monnaie d’échange.

Rabiot comme monnaie d’échange ?

En effet, le joueur est courtisé par Everton où officie un certain Carlo Ancelotti. Vous aurez donc compris que l’ex-Parisien pourrait permettre aux Bianconeri de négocier plus facilement avec les Toffees à l’heure où la Juve cherche à faire revenir Moise Kean. Mais ce n’est pas tout. La Gazzetta conclut son article par une petite bombe. L’OM serait également intéressé par Rabiot ! Si cette annonce peut avoir un sens dans le cadre de l’opération Milik, elle reste quand même très surprenante.

Premièrement parce que la valeur de Rabiot est nettement supérieure à celle du Polonais en cas de chassé-croisé (environ 30 M€ contre 15 M€). Ensuite parce que le Français touche pas moins de 7 M€ par an dans le Piémont, soit un salaire inaccessible pour les Phocéens. Et enfin parce qu’il n’est pas dit que l’ancien Parisien veuille jouer sous le maillot du rival marseillais. Bref, autant d’éléments qui rendent l’affaire plutôt improbable.

Footmercato