Catégories

Claude Puel

Catégories

La suite après cette publicité

Alors qu’il pensait obtenir un résultat sur la pelouse du Parc des Princes, Claude Puel a vu Mauro Icardi offrir les trois points de la victoire au Paris SG contre son AS Saint-Étienne ce dimanche au Parc des Princes dans les ultimes instants de la partie (3-2, 33e journée de Ligue 1). Le technicien forézien n’a pas caché son immense frustration en conférence de presse.

Footmercato

Interrogé par France Football, Robert Beric, ancien attaquant de l’ASSE, a détruit Claude Puel. «Je suis surpris qu’il ait toujours autant de pouvoir à Saint-Étienne, malgré les résultats. J’ai eu l’impression que Puel resterait même si le club avait des mauvais résultats. Et c’est ce qui est arrivé. (…) Aujourd’hui, il est dans la seconde partie du classement et perd 5-0 dans le derby, mais il n’est même pas menacé (…) De ce que j’ai expérimenté à l’entraînement, il donnait l’impression d’être sans émotion. Il arrivait au début des séances comme un dictateur en nous disant de faire ceci et cela, sans jamais sourire. (…) Puel a l’air difficile à vivre.»

La suite après cette publicité

La réponse du technicien français ne s’est pas faite attendre. Présent en conférence de presse ce mardi, il a répondu au tacle du Slovène. «Beric ? Chacun à sa sensation des entretiens qu’on peut avoir. Il a apporté à un certain moment, c’était un buteur important pour le club. Mais il a eu beaucoup de mal à revenir de sa blessure. Et c’était bien avant moi». Le message est passé.

Footmercato

Transféré en janvier dernier en MSL au Chicago Fire, Robert Beric n’a toujours pas digéré la gestion de Claude Puel lorsqu’il évoluait à Saint-Étienne. À l’époque, l’entraîneur français lui avait fait comprendre qu’il ne compterait pas sur lui et qu’il pouvait chercher une porte de sortie.

La suite après cette publicité

Pour France Football, l’attaquant slovène est revenu sur les résultats très moyens de Saint-Etienne cette saison. Il explique ne pas comprendre comme Claude Puel peut toujours à la tête du club. « Je suis surpris qu’il ait toujours autant de pouvoir à Saint-Étienne, malgré les résultats. J’ai eu l’impression que Puel resterait même si le club avait des mauvais résultats. Et c’est ce qui est arrivé. (…) Aujourd’hui, il est dans la seconde partie du classement et perd 5-0 dans le derby, mais il n’est même pas menacé », a-t-il lancé avant de s’en prendre à ses méthodes de management. « De ce que j’ai expérimenté à l’entraînement, il donnait l’impression d’être sans émotion. Il arrivait au début des séances comme un dictateur en nous disant de faire ceci et cela, sans jamais sourire. (…) Puel a l’air difficile à vivre. » Robert Beric avait visiblement des comptes à régler.

Footmercato

La suite après cette publicité

Plus qu’un match. Dimanche soir, l’AS Saint-Etienne et l’Olympique Lyonnais s’affrontaient lors du traditionnel derby. Mais si Rudi Garcia devait composer sans quelques joueurs, puisque Houssem Aouar, Maxwel Cornet (blessés) et Lucas Paqueta (suspendu) étaient absents, son homologue stéphanois faisait face à une véritable hécatombe. Remis du covid-19, Claude Puel ne pouvait pas compter sur toutes les forces en présence. «Sept joueurs positifs seront encore indisponibles pour la rencontre de dimanche», avait-il expliqué vendredi en conférence de presse.

Les Verts ont été dominés

Malgré cela, le technicien français assurait que ses troupes, fortement diminuées, seraient prêtes pour défier Lyon. Mais les Verts ont été dominés par une solide équipe lyonnaise, qui s’est finalement imposée 5 à 0. Une nouvelle défaite pour les pensionnaires du stade Geoffroy-Guichard, qui les plonge un peu plus dans la crise. En effet, ces derniers n’ont pas encore gagné en 2021 (3 défaites contre Reims, Strasbourg et l’OL et un nul contre le PSG). Si on remonte un peu plus loin dans le calendrier, l’ASSE reste sur une série de six rencontres sans succès (3 nuls et 3 défaites).

Effectivement, son ultime victoire remonte au 16 décembre. C’était à Bordeaux (2-1). Si une fois de plus on remonte encore plus loin dans le calendrier, après avoir démarré par trois victoires lors des trois premiers matches de la saison, les Stéphanois n’ont gagné qu’une rencontre sur les dix-huit suivantes! Une spirale négative pour l’ASSE, qui pointe actuellement à la 16ème place (19 points) et qui peut logiquement faire craindre le pire. Après le match face aux Gones, Claude Puel s’est exprimé en conférence de presse. Il a paru agacé face aux médias.

Puel en colère

«C’est un sentiment difficile à accepter bien sûr. On est en colère contre nous-même d’avoir facilité la tâche à cette équipe, d’avoir concédé autant de coup de pieds arrêtés. On espérait malgré tout ce qui nous est arrivé ces quinze derniers jours. On espérait plus d’agressivité collective. On est déçus et en colère contre nous-même. On leur a facilité la tâche. Le jour d’un derby, on n’accepte pas. Ce n’était pas une préparation normale, loin de là. On a récupéré des joueurs juste pour le match. On a essayé de composer, de mettre une équipe compacte et de l’agressivité en début de match».

Puis, il a confié : «au fur et à mesure, on a fait entrer des éléments qui n’avaient pas 90 minutes dans les jambes. On avait beaucoup de joueurs qui revenaient de blessure ou après la covid. C’était une semaine et une quinzaine particulières, mais même dans ce genre de situation, on y croyait. On se sentait capable de faire quelque chose. On a très vite déchanté. On a été trop approximatifs défensivement et dans notre récupération du ballon, notamment en première période. On n’a pas su exister (…) Il n’y a pas grand chose à retenir de ce match.» Il faut vite tourner la page et se concentrer sur la prochaine rencontre face à Nice dimanche prochain.

Footmercato

Une hécatombe. Vendredi, l’AS Saint-Étienne a publié un communiqué de presse dans lequel il était indiqué que plusieurs éléments de l’équipe professionnelle étaient positifs à la covid-19. «Les tests PCR effectués mardi et jeudi derniers ont révélé de nombreux cas positifs au COVID-19 parmi les joueurs et membres du staff du groupe professionnel. Conformément aux consignes sanitaires en vigueur, les personnes concernées ont été isolées. De nouveaux examens seront pratiqués ce samedi avant le déplacement de l’équipe à Strasbourg afin de confirmer le maintien de son match de Ligue 1 Uber Eats».

La suite après cette publicité

Touché de plein fouet par le coronavirus, puisque huit membres du staff, dont Claude Puel, et dix joueurs (sans compter quatre blessés) étaient touchés, le club stéphanois s’est malgré tout déplacé à Strasbourg dimanche. Amoindris, les Verts se sont inclinés 1 à 0. Une défaite au goût amer pour l’entraîneur de l’ASSE. En visioconférence, Puel a envoyé un tacle aux Alsaciens : «on a poussé le cas extrême, avec quatorze joueurs absents de l’effectif plus tout le staff touché. Cela montre tout le grotesque de la situation. (…) On a reçu un appel d’un dirigeant de Strasbourg qui nous a intimé de respecter le règlement. La situation est ubuesque. Ce n’est pas du football».

Le derby menacé ?

Puis il a ajouté : «nous avions 18 éléments positifs, les autorités étaient au courant de notre situation. Il ne s’agit pas de football, on devait jouer coûte que coûte et suivre le règlement pour ne pas perdre le match. (…) Depuis le début de saison, nous avons détecté des cas isolés. Là, la situation est exceptionnelle. Nous nous sommes adaptés heure par heure. Il était impossible de communiquer clairement, la situation changeait constamment. (…) Notre situation était un cluster. On a été en contact avec l’ARS, les autorités mais il y a un règlement. Les joueurs ont été testés le dimanche matin. On était à 10 malades et il en faut 11 pour que la rencontre soit annulée».

Agacé, le technicien français essaye de gérer tant bien que mal cette situation inédite. Et c’est dans ce contexte particulier que son équipe, enfin ce qu’il en reste malheureusement, doit préparer le derby face à l’OL dimanche. Une rencontre qui est aussi menacée et pour laquelle les Foréziens ont demandé un report. «Nous allons devoir gérer cette semaine. Il n’y a pas de dérogation. Le règlement est explicite. On doit fournir une liste de 30 joueurs. La compétition continue si 11 joueurs ne sont pas positifs. Les blessés n’entrent pas en compte. (…) Sur le prochain match face à l’OL, 6 joueurs ne seront pas disponibles. Quatre pourraient revenir dans le circuit réglementaire, avec une reprise d’entraînement la veille ou le jour du match. C’est la problématique de notre semaine». Une semaine pourtant très importante pour l’ASSE qui veut dompter le rival lyonnais et tenter de s’imposer après 5 matches sans succès. Il reste à savoir sur quels joueurs Claude Puel et l’ASSE pourront compter.

Footmercato

Ce samedi, Saint-Etienne se déplaçait sur la pelouse de Reims pour tenter de se relancer en championnat. Les Stéphanois restaient sur une seule victoire sur les quinze derniers matches (c’était face à Bordeaux, le 16 décembre dernier.). Les hommes de Claud Puel se sont incliné 3-1.

La suite après cette publicité

Une défaite qui a eu du mal à passer pour le technicien français qui s’est plaint de l’arbitrage. En cause, un penalty offert à Boulaye Dia sur l’ouverture du score ainsi que le coup franc qui amène le troisième but des Rémois. « Je suis en colère par rapport à tous ces faits de jeu qui ont été systématiquement contraires. Je n’ai pas l’habitude de parler de l’arbitrage, mais là, je ne comprends pas. (…) Sur le penalty, Mathieu Debuchy ne peut pas l’éviter à moins de se couper le bras. (…) Sur le coup franc sifflé, Mathieu prend un coup de coude dans la bouche, il est en sang et l’arbitre aurait pu revenir sur ces images. » a lancé l’ancien entraîneur de Leicester. « Les faits de jeu ont faussé la partie et malgré tous ces aléas, mes joueurs n’ont pas pété un câble ». Avec cette nouvelle défaite, Saint-Etienne pointe à une inquiétante seizième place du championnat.

Footmercato

Jeudi, la Fédération française de football officialisait le nouveau format de la Coupe de France 2020-2021. Une démarche effectuée pour maintenir la compétition suite à l’arrêt des compétitions dans le football amateur lors du reconfinement. Ainsi, des tournois séparés auront lieu pour les équipes amateurs et professionnelles avant les 16es de finale. Dix-sept équipes issues du monde amateur seront qualifiées après plusieurs tours à élimination directe. Ces dernières retrouveront les quinze clubs professionnels victorieux des 32e de finale.

La suite après cette publicité

Pour rappel, les 32e de finale regrouperont les vingt clubs de Ligue 1 et dix de Ligue 2 qualifiés précédemment. Interrogé sur le nouveau format de la Coupe de France, Claude Puel estime que ce procédé avantage le monde amateur. « Cela laisse plus de possibilités pour les amateurs. Il y a un tour (deux en réalité) où les professionnels vont rester entre eux et s’éliminer et cela va permettre d’avoir plus d’amateurs. Ce n’est plus le même équilibre donc les professionnels sont perdants, » a ainsi analysé le technicien stéphanois.

Footmercato

Depuis plusieurs semaines maintenant, l’AS Saint-Étienne ne s’en sort plus. Malgré un début de saison prometteur avec notamment trois victoires lors des quatre premières journées, les Verts n’ont plus connu le goût de la victoire depuis un déplacement à Marseille le 17 septembre dernier, où ils l’avaient emporté 0-2. Depuis ce jour, plus rien ne semble aller pour l’équipe dirigée par Claude Puel qui enchaîne défaite sur défaite.

Et forcément, avec ces dernières et cette 16e place au classement, la zone de relégation s’approche à grands pas pour l’ASSE. Une situation que ne veut surtout pas voir perdurer l’entraîneur des Verts qui, comme le rapporte RMC Sport, a réuni ses cadres en fin de semaine, en leur réclamant une mobilisation pleine face à Lille, ce dimanche soir. Reste désormais à savoir si cette dernière aura porté ses fruits ce soir, au coup de sifflet final du choc de la 12e journée de L1.

Footmercato

Une septième défaite consécutive. Sur la pelouse du Stade Francis-Le Blé, l’AS Saint-Etienne s’est encore inclinée, cette fois-ci contre le Stade Brestois 29 (2è3, 11e journée de Ligue 1). Dans une très mauvaise passe, les Verts n’arrivent plus du tout à gagner. Une situation sur laquelle est revenu Claude Puel après la partie : «il ne s’agit pas de mettre sur le groupe une pression excessive qui engendrait de la fébrilité. On est tous conscients de la situation. Il faut très vite réagir. Notre prochain match contre Lille sera primodrial. J’aime quand mon équipe joue, est agressive et met de l’intensité. Elle peut ne pas avoir de chance, mais là, on n’a pas été à la hauteur. Pourquoi ? À nous de trouver les bonnes réponses.»

L’entraîneur du club du Forez a ensuite évoqué la priorité pour la suite. «On se doit d’être beaucoup plus solides défensivement. On ne peut pas offrir autant de situations favorables à l’adversaire. On a trop de manques. Contre Lille, on devra être plus cohérents qu’aujourd’hui. Ce ne sera pas difficile», a poursuivi le coach français dans des propos relayés sur le site du club. Il faudra donc réagir la semaine prochaine contre le LOSC. A tout prix.

Footmercato

L’AS Saint-Etienne n’y arrive plus. En chutant cet après-midi dans le Chaudron face à Montpellier (0-1), les Verts ont enchaîné avec une cinquième défaite consécutive en Ligue 1. Une première depuis 2008 pour le club stéphanois (sept défaites consécutives). Pire encore, les hommes de Claude Puel n’ont pas cadré la moindre frappe depuis deux matchs… Résumer cette zone de turbulences à une simple disette offensive s’avérerait réducteur. Car depuis plusieurs semaines, l’ASSE doit composer avec certains facteurs qui n’arrangent en rien sa situation sportive.

La suite après cette publicité

Si le départ de Wesley Fofana a constitué une belle opération sur le plan économique, celui-ci a provoqué des dommages collatéraux sur le terrain. En parallèle, Claude Puel a dû appréhender au mieux les multiples pépins physiques de ses joueurs. On pense évidemment à Yvann Maçon, rayonnant avant sa grave blessure, mais aussi à Retsos, Debuchy, Moukoudi, Trauco ou encore Nordin. Certes, le technicien stéphanois a pu compter sur les retours de Gabriel Silva, Charles Abi et Timothée Kolodziejczak, mais c’était insuffisant cependant pour inverser la tendance et retrouver une certaine sérénité dans le jeu. Car les Verts manquent cruellement d’assurance, élément qui faisait leur force jadis.

Claude Puel pointe un manque de confiance

« C’est une question de confiance. La confiance touche le domaine défensif comme offensif aujourd’hui. On peut donner plus, j’en suis persuadé. L’adversaire profite souvent de notre situation. On manque de confiance devant le but, on est moins fluide dans le jeu et lorsqu’on se procure des situations, on se précipite. On a des possibilités pour revenir dans le match, mais les situations ne débouchent pas sur des occasions. Ce groupe a besoin de confiance », décrypte ainsi l’ancien manager de Leicester quelques minutes après la défaite face au MHSC.

Un manque de confiance criant alors que se profile un derby très attendu face à l’Olympique Lyonnais dimanche prochain. « Le derby reste quelque chose à part, on va se préparer et remettre notre cœur à l’ouvrage comme il se doit. Nous devons rester solidaires. » Car comme dirait l’adage, un derby ça ne se joue pas, ça se gagne…

Footmercato