Après l’officialisation de la signature de Lionel Messi au PSG, la presse espagnole – et notamment catalane – se lève groggy ce mercredi. Le sextuple Ballon d’or a tiré un trait sur ses années barcelonaises.

Après d’interminables heures d’attente, notamment pour les supporters du PSG réunis en masse au Bourget puis devant le Royal Monceau, l’officialisation de la signature de Lionel Messi est enfin arrivée, mardi soir, aux alentours de 22 heures. Une officialisation qui signe l’acte de divorce du sextuple Ballon d’or avec son club de toujours, le FC Barcelone, deux jours après sa dernière conférence de presse remplie d’émotions au Camp Nou.

Ce mercredi, la presse espagnole se fait l’écho de ce tremblement de terre pour le club blaugrana, mais aussi pour tout l’écosystème d’un football mondial qui n’aurait pas forcément cru, il y a encore quelques semaines en arrière, à un tel dénouement. Forcément, les médias catalans se montrent les plus abattus ce mercredi. Mundo Deportivo titre simplement, en français dans le texte, « c’est fini » en une de leur édition du jour. Une – énorme – page se tourne.

Avec Messi, « Paris est une fête »

L’autre quotidien catalan, Sport, mettra en avant la même image, celle de « La Pulga » exhibant sa nouvelle tunique floquée du numéro 30, et qui s’arrache déjà sur le site officiel du PSG. Mais les mots, ou maux, se veulent plus amers et se passent de commentaires : « ça fait mal ! »

Du côté de la presse madrilène, l’heure est davantage au chambrage et au second degré. Pour As, « Paris est une fête », en insistant sur le démontage du panneau à l’effigie de Lionel Messi sur les murs extérieurs du Camp Nou, tandis que Marca utilise une formule nettement plus historique : « Messi arme la révolution française ».





Source link
rmcsport.bfmtv.com #ça #fait #mal #cest #fini #presse #espagnole #pleure #départ #Messi

Auteur

Pied droit en or, pas de grigri, pas de chichi, un crochet une frappe et nous fermons le jeu, catenaccio :)