À moins d’une semaine du début de la Coupe du monde (20 novembre-18 décembre), Christian Eriksen et Bruno Fernandes ont sèchement critiqué le Qatar, même si le Danois ne veut pas oublier l’aspect sportif de la compétition.

Après la victoire de Manchester United à Fulham (2-1), Bruno Fernandes et Christian Eriksen ont haussé le ton. Alors que les deux joueurs sont attendus avec le Portugal et le Danemark, ils ont fortement critiqué l’organisation de la compétition.

« Nous avons vu ce qui s’est passé au cours des dernières semaines et des derniers mois et les personnes qui sont mortes lors de la construction des stades. Nous ne sommes pas heureux de cela, a déclaré Bruno Fernandes au micro de Sky Sports. Nous voulons que le football soit pour tout le monde et que tout le monde soit inclus et impliqué dans la Coupe du monde. C’est la Coupe du monde, c’est pour tout le monde. Je pense que ce genre de choses ne devrait jamais se produire. Mais une Coupe du monde est plus que du football, c’est une fête pour les fans et les joueurs, et une joie à regarder. Cela devrait être fait d’une meilleure manière. »

>> Suivez toute l’actualité de la Coupe du monde en direct

Les critiques se multiplient

De son côté, Christian Eriksen partage l’avis de son coéquipier, même s’il ne faut pas oublier l’aspect sportif. « J’ai travaillé dur pour la Coupe du monde et j’ai hâte d’y être. On en a beaucoup parlé. Peu importe où elle se déroule, c’est du football. Nous nous sommes qualifiés, et nous allons simplement jouer au football. Je suis d’accord avec Bruno. On se concentre beaucoup sur la façon dont la Coupe du Monde s’est déroulée et pourquoi elle se déroule au Qatar. Nous sommes des footballeurs, la politique, c’est quelque chose au-dessus de nous pour prendre cette décision. Nous essayons de dire ce que nous avons à dire et de faire ce que nous pouvons. Nous voulons nous concentrer sur ce sujet mais le changement doit venir d’ailleurs. »

À l’approche du coup d’envoi de la compétition, les critiques envers le Qatar fleurissent de jour en jour. Philipp Lahm, Jorge Sampaoli ou encore l’équipe d’Australie… Tous ont élevé la voix contre le pays organisateur de la 22e Coupe du monde. Il y a quelques jours, le comité organisateur du Mondial répondait aux critiques émises sur les droits humains dans l’émirat, expliquant notamment qu' »aucun pays n’est parfait ».



Source link
rmcsport.bfmtv.com #Bruno #Fernandes #critique #Qatar

Auteur

Pied droit en or, pas de grigri, pas de chichi, un crochet une frappe et nous fermons le jeu, catenaccio :)