Transféré de l’Atlético Madrid au Bayern Munich l’été dernier en échange de la somme record de 80 millions d’euros, Lucas Hernández enchaîne depuis les galères. Handicapé par une fissure du ligament intraarticulaire de la cheville d’octobre à décembre, le champion du monde français a ensuite vu David Alaba être replacé avec succès en charnière centrale aux côté de Jérôme Boateng et la pépite Alphonso Davies exploser, match après match, aux yeux de tous les observateurs de la Bundesliga.

La suite après cette publicité

Une situation qui lui laisse pour l’instant comme seul place que celle du banc (il a joué 23 minutes depuis la reprise). Il n’en fallait pas moins pour que les premières rumeurs de transfert l’annonçant sur le départ n’apparaissent. Mais dans ce méandre, le défenseur de 24 ans a reçu un renfort de poids.

En effet, lors d’ une interview exclusive avec AZ à paraître dans l’édition du journal de ce vendredi, Bixente Lizarazu (joueur emblématique de la formation bavaroise entre 1997 et 2004, puis lors de la saison 2005-2006) a déclaré : « je crois très fermement en Lucas Hernández. (…) Nous n’avons pas vu tout son potentiel à cause des blessures. Mais il n’y a aucun doute sur sa classe. » L’homme de 50 ans allant même jusqu’à lui prédire un avenir radieux en Bavière à la condition qu’ Hernández retrouve son niveau affiché avec les Bleus : « (il) deviendra un joueur très important pour le Bayern s’il atteint le niveau qu’il affiche en équipe de France. Et je n’en doute pas. il n’y a pas tant de défenseurs arrière dans le monde qui soient défensifs et offensifs. Hernández peut faire les deux. » Lizarazu ajoutant même des déclarations aux airs d’encouragements à l’égard du joueur : « ce n’est pas fini pour Hernández, il doit se battre. Et encore : je crois fermement en lui ! »



Source de l’article, Augustin Delaporte 2020-05-28 21:19:33

Déjà 302 000 dans de Foot inscrits
Recevez par email chaque semaine au choix les actualités, les résultats, les meilleurs articles et les pronostics sélectionnés par le Dr Socrates.
Tir Au But !
close-link