Karim Benzema était de nouveau loin de l’équipe de France, mercredi lors de la large victoire des Bleus face à l’Ukraine (7-1). Depuis novembre 2015, il n’est plus sélectionné malgré une forme étincelante avec le Real Madrid. Son implication présumée dans l’affaire du chantage à la sextape contre Mathieu Valbuena est la principale cause, tout comme ses propos sur le fait que Didier Deschamps, sélectionneur, ait cédé “à une partie raciste de la France” pour ne pas le retenir à l’Euro 2016. 

Dans une interview accordée à l’émission “Universo Valdano” sur la chaîne Movistar+, l’attaquant a de nouveau été interrogé sur son absence en sélection. “Je pense que tous les joueurs veulent jouer en équipe nationale, a-t-il souligné. Je n’ai jamais eu d’explication, je pense que ce sont des choses qui viennent d’en haut. La bonne chose pour moi c’est que je peux me reposer et se concentrer sur Madrid.”

Il assure s’être remis du sacre mondial des Bleus en 2018, auquel il n’a pas participé. Mais la cicatrice ne s’est pas fermée sur le modus operandi. “Qu’ils aient été champions ne m’a pas fait de mal, poursuit-il. Bien sûr que je voulais être champion du monde mais ça m’a fait plus mal de ne pas avoir d’explications que le fait qu’ils aient gagné la Coupe du monde. J’ai demandé, ils ne m’ont pas répondu et c’est tout. Je me concentre sur moi-même, le club, ma vie à Madrid et c’est tout.”

Son avenir en Bleus s’obscurcit

Il y a quelques semaines, Noël Le Graët, président de la Fédération française de football, s’est montré pessimiste sur le retour, un jour, de Benzema en équipe de France. “Je ne regrette rien, a expliqué le dirigeant à Téléfoot. Si on est logique, Didier va être là jusqu’en 2022, au moins. Je ne suis pas certain qu’il va reprendre Karim, cela devient difficile. La justice a aussi un rôle négatif sur cette carrière. Quatre ans, même si c’est une grosse affaire (ndlr, Benzema a été renvoyé devant le tribunal dans l’affaire de la sextape), c’est un peu long.”

Dans un documentaire sur La Chaîne L’Equipe, Didier Deschamps, lui, a rappelé qu’une “ligne blanche” avait été franchie au moment des propos de Benzema avant l’Euro 2016. “On peut parler de tout, a-t-il reconnu. Mais après, avec les conséquences que ça peut avoir dans sa propre vive privée… Il y a des choses pour lesquelles je fais preuve de beaucoup de tolérance et d’empathie. Mais à un moment donné, la ligne blanche est là pour tout le monde.”



Source de l’article, 2020-10-08 09:12:58

Déjà 302 000 dans de Foot inscrits
Recevez par email chaque semaine au choix les actualités, les résultats, les meilleurs articles et les pronostics sélectionnés par le Dr Socrates.
Tir Au But !
close-link