Le 14 mai dernier, l’Olympique de Marseille annonçait brutalement l’éviction de son directeur sportif Andoni Zubizarreta. Une annonce qui a provoqué le courroux de l’entraîneur marseillais André Villas-Boas. Il faut dire que le technicien portugais a toujours clamé haut et fort qu’il liait son avenir à Marseille à celui du dirigeant espagnol. Alerté par son président Jacques-Henri Eyraud la veille de l’officialisation du départ de Zubizarreta, Villas-Boas a pensé à claquer la porte.

La suite après cette publicité

Excédé, le coach lusitanien s’est senti lâché par sa direction. Suffisant pour remettre en cause son engagement dans le projet phocéen. Mais après plusieurs jours de réflexion, Villas-Boas a finalement décidé d’honorer sa dernière année de contrat à l’OM. Dans une interview accordée à l’Equipe, le principal protagoniste explique ce qui a fait pencher la balance en faveur de la formation olympienne. Le moment de découvrir également l’influence exercée par un vestiaire soudé derrière son entraîneur.

AVB est resté à l’OM pour les joueurs et Frank McCourt

« Ces moments ont été très difficiles pour moi, c’est très dur de revenir sur ma parole alors que je m’étais exposé publiquement. Tu perds un peu la face. Les joueurs, et seulement les joueurs, ont été la clé pour me faire changer d’avis. C’est d’ailleurs la première chose que j’ai voulu faire le jour de la reprise, leur rendre hommage. J’ai fait une petite réunion à la Commanderie, après les tests Covid, et je leur ai dit merci. J’ai eu beaucoup d’entre eux au téléphone, pendant des jours d’incertitude par rapport à mon futur à l’OM, et ils ont fait en sorte que je change d’avis. Parfois, une personne peut changer d’avis. J’espère qu’à la fin de la saison on dira que c’était une bonne chose. On a bien travaillé cette année, on mérite la deuxième place, et je suis heureux d’avoir reçu tous ces appels qui, petit à petit, m’ont aidé à changer mon opinion », confie ainsi l’ancien entraîneur du FC Porto. Plus que jamais plébiscité par ses joueurs, André Villas-Boas ne se voyait pas quitter le navire sans aller au bout de son histoire marseillaise.

En froid avec sa direction et notamment avec le président Eyraud, le technicien olympien n’entretenait pas forcément une relation de proximité avec l’actionnaire majoritaire Frank McCourt. Mais ce contexte a radicalement changé depuis cet épisode rocambolesque. L’intervention du propriétaire américain fut salvatrice à un moment où l’incertitude demeurait à son paroxysme. « Pendant ce moment d’incertitudes, pour la première fois, j’ai parlé directement au téléphone à Frank McCourt. Cela n’était pas arrivé de la saison, il a d’autres choses à penser. On a une ligne directe qui n’était pas là avant, parce qu’on avait une direction sportive qui fonctionnait bien. Il m’a dit quelque chose de marquant : il voudrait continuer à faire des investissements pour l’OM mais il est mis en difficulté par le fair-play financier. J’ai senti qu’il était sincère, qu’il voulait continuer à investir mais que juridiquement il ne peut pas. » Cette conversation avec McCourt aura donc contribué à faire changer d’avis André Villas-Boas. Pour le plus grand bonheur de ses joueurs mais aussi des supporters phocéens qui n’ont cessé de lui témoigner toute leur affection. Après avoir passé cette zone de turbulences sans trop de dommages collatéraux, l’Olympique de Marseille peut se projeter sur la saison prochaine et la prestigieuse Ligue des champions…

.

Source de l’article, Cedric Rablat 2020-07-09 23:37:16

Déjà 302 000 dans de Foot inscrits
Recevez par email chaque semaine au choix les actualités, les résultats, les meilleurs articles et les pronostics sélectionnés par le Dr Socrates.
Tir Au But !
close-link